AccueilHomeGalerieFAQCalendrierRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Rappels importants

Ici, nous demandons : 15 lignes de RP minimum,
une orthographe soignée, et avoir au moins 13 ans.
La lecture du règlement est indispensable. Pensez-y !

Et l'intrigue ?

L'histoire de notre forum est construite comme une énigme
à résoudre. Ici, tout le monde peut devenir un héros.
Vous voulez y participer ? Lisez ceci.

Partagez | 
 

 "Pourquoi être assommant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: "Pourquoi être assommant...   Dim 17 Fév - 16:52

...quand avec un petit effort on peut être insupportable?" (O. Wilde) (argggggg p***** de truc qu'on peut pas mettre toute la citation en entier!!!!!! m'oblige à couper du Wilde!!!!! je ne sais pas si je m'en remettrai....)

Donc, à la demande de la dirlo (hihi, rarement l'occasion de le placer, cui-la!), je remets ici même la fiction susnommée, résultat non encore abouti de la plume d'une amie (amie connue sous le nom d'Adénora sur un certain forum) et de la meilleure autrice de fanfic qui ait eu l'occasion d'écrire -j'ai nommé : moi-même. (ohhhh allez, laissez moi ce petit moment de gloire...)
Pour plus de clarté, je vais poster chaque chapitre séparément. Si je la mets ici, c'est aussi pour que vous me disiez ce que vous en pensez...donc, n'hésitez pas, ici, ou même par mp Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 17 Fév - 17:05

Juste une petite note avant le prologue : on a commencé à écrire cette fiction il y a bientot 2 ans, et nous souhaitons revenir sur l'écriture des premiers chapitres, moins à notre goût...enfin, je vous laisse (re)découvrir ca...

Disclaim (bah oui, on avait oublié, mais
quand même) : l'univers d'Harry Potter a été entièrement créé par JK
Rowling (sans dèc'?). Cependant, les perso principaux sont issus de
notre imagination démoniaque. Un grand merci à JK Rowling pour son
oeuvre qui est à l'origine de tant de fics trop bien qui nous ont
incitées à nous mettre à notre tour à l'écriture...


Notes des auteuses :
Attention! Produit de notre imagination débordante et machiavélique!!

Ce n'est pas toujours évident de suivre les délires de deux tarées...
Soyez indulgents, laissez des reviews pour nous dire ce que vous en
pensez, ça nous encouragera à continuer (comment ça, c'est fait pour?).


Nierk!
Bonne lecture!

PROLOGUE


Tiens j'ai un trou dans la chaussette...
Dumby admirait le somptueux cadre de cet hôtel quatre étoiles situé à
Ibiza, tout en remuant gaiement des orteils. Sa chaussette laissait en
effet apercevoir un ongle.
Il faudrait que je demande à Pompom si elle peut faire quelque chose pour ce trou...
Il regarda sa montre pour la énième fois : 3h du matin. Les filles
n'étaient pas encore rentrées. Il était confortablement allongé dans un
transat au bord de la piscine. Il sortit un paquet de sa poche et
l'ouvrit en y attrapant avec la plus grande délicatesse un Fizwizbiz.
-Bonbon bonbonne bonbouille, chantonna t il pour lui même en remuant la
tête de bas en haut pour marquer le rythme. Le tube de l'été avait été
à son goût cette année.
En rentrant, je me ferai une bonne mousse au chocolat pensa t il avec un sourire radieux.
Ses pensées vagabondèrent ainsi pendant une bonne heure, avant qu'il ne sombre peu à peu dans le sommeil.


BWAHAHAHHAHAHAHAHAHAHAH!!!
Un cri le sortit brusquement de ses rêves "bonboniques".
C'est pas trop tôt! pensa t il en regardant sa montre qui indiquait 7h11.
Il claqua du bec : il avait la bouche pateuse.
je devrais arrêter les bonbons, c'est plus de mon âge!
Se rendant compte de l'énormité de ses pensées, il se réprimanda mentalement Non mais qu'est ce que je raconte?! Les bonbons, c'est bon!.
Rassuré par son retour à la raison et les cris de rire persistant, il
se leva difficilement de son transat et se tourna face aux deux filles
qui le pointaient du doigt en hurlant de rire. A leur allure plutôt
négligée, le directeur de Poudlard déduisit intelligemment que les deux
serpentardes avaient quelques peu abusé de la boisson.
Il leur fit un immense sourire, la bouche toujours collée par le sucre des bonbons.
-Bonjour! finit il par dire d'un ton joyeux.

Voyant que cette chose étrange à chaussette trouée et à la barbe
emmêlée pouvait communiquer, les deux jeunes filles se turent, bouche
bée.
...
-Professeur..? intervint difficilement la rousse.
-Hum...euh, bonjour...essaya la brune en tentant de remettre tant bien
que mal ses cheveux en ordre. Que nous vaut l'honneur de votre visite?
articula t elle avec le plus de sérieux dont elle était capable en cet
instant.
-Qu'est ce qu'il nous veut, le vieux chnoque chtarbé? marmonna la rousse, suspicieuse.
A ces mots, la brune ne put retenir une nouvelle crise de fou rire. Dumby toussota pour se donner de la contenance
-Oui...voyez vous, il fallait que je vous parle. Je pense que je peux
vous faire confiance. En fait, je recherche activement des serpentards
capables de garder un oeil sur les septièmes années...

Pendant le discours du directeur, les deux filles s'étaient
nonchalament assises par terre et le fixaient d'un regard méprisant
mais dans lequel on pouvait déceler une lueur d'incompréhension.
-Hum...oui, donc, poursuivit Dumby, étant donné la montée en puissance
d'un certain Seigneur des ténèbres, je crains que certains de vos
camarades de serpentards se laissent attirer par le côté obscur de la
force...Cette mission vous est dévolue, jeunes filles! finit il sur un
ton mélodramatique.

Après un long silence, la brune, la main sur la hanche, déclara d'un ton pateux :
-Si je comprends bien, vous nous demandez de faire la garderie.
La rousse acquiesca avec un hochement de tête frénétique. Puis elle
posa délicatement un doigt sur ses lèvres en signe de réflexion
intense, et marmonna, plus pour elle-même :
-Mais au fait...keskiveu?!

-C'est donc d'accord! s'écria Dumby, l'air ravi. Je suis sûr que vous vous en sortirez très bien!
-Non, mais il a rien compris, murmura la brune à la rousse. Pourquoi nous? demanda t elle plus haut.
-Parce que je sais que vous avez de l'influence sur les jeunes, et que les septièmes années ne vous suspecteront pas.

Quelques dizaines de secondes plus tard, les jeunes filles affichèrent un large sourire.
-Vous, vous savez parler aux filles, dit la brune avec un sourire qu'elle voulait charmeur.
Elle consulta la rousse du regard, puis avec un nouveau pseudo sourire, elles s'écrièrent d'une même voix :
-Yeah beïbey yeahhhhhh! mettant le pouce en avant en signe d'accord, sourire colgate aux lèvres.

Silence consterné mais ravi du directeur. L'instant se figea, le temps sembla s'arrêter...


YOUHOUUUUUUU! LES FILLES!!
En même temps, le sourire des deux serpentardes s'effaca.
-Je crois qu'on vous appelle...intervint inutilement Dumby.
Un surfeur body-buildé et au QI manifestement égal à celui d'une moule
leur faisait des grands gestes en sautant derrière la haie
-Vous avez oublié de me donner vos noms et vos numéros avant de partir !!
-C'était fait essprèèès! lui gueula la rousse.
-Tu crois quand même pas que deux déesses telles que nous
s'intéresseraient à un débulbé du cerveau, ajouta la brune, sourire
moqueur et méprisant aux lèvres, le regard toutefois légèrement hagard
en raison de la quantité non négligeable d'alcool ingurgité en l'espace
de quelques heures.

-Hum...retoussota Dumby, je crois que je vais vous laisser à vos petites affaires.
Il leur sourit avant de transplaner
Si elles savaient...



*****************************************
FLASHBACK

*****************************************

-Non mais ca va pas?! hurlèrent en coeur Remus, Sirius, James et Peter.
-Béh coué? demanda Dumby un peu dépité par la réaction des garcons,
mais suçotant toujours avec enthousiasme un bonbon Ricola (il avait
passé de superbes vacances en Suisse, à manger de la fondue au milieu
du lac Léman)
-C'est des serpentardes! asséna Sirius en croisant les bras, comme si cette seule affirmation justifiait leur réaction.
-Et puis elles sont méprisantes! ajouta James, choqué.
-On ne les connait pas...pourquoi nous? demanda Rémus.
Tous les regards se tournèrent vers Peter, attendant sa réaction. Celui-ci bredouilla en rougissant :
-C'est vrai ca!

-J'ai besoin de personnes de confiance pour cette mission très importante. Flatté, James bomba le torse.
-Ouai mais quand même! Devoir surveiller deux nanas aussi chiantes
qu'elles, deux serpentardes en plus! On n'est pas à la garderie!
-Enfin, Sirius, c'est quand même pour une noble cause, intervint Rémus. James haussa les épaules.
-Ouai, mais quand même...grommella Sirius.
Le groupe étant indécis, ils se tournèrent à nouveau vers Peter :
-Et toi? Qu'est ce que tu en penses?
-Euh...je sais pas trop, dit Peter, paniqué par la soudaine
responsabilité qui pesait sur ses épaules. Il prit une grande
inspiration pour savourer ce moment, et se lanca :
-Ecoutez...J'écoute ceux qui sont contre, mais j'écoute également ceux qui sont pour...
-Merci Peter pour ton intervention utile et efficace, ironisa James. Que ferait-on sans toi?! Il se retourna vers les autres :
-Je trouve que ca peut être une bonne expérience pour notre formation d'Auror.
-Booooooooooon d'accord, abdiqua Sirius.

Dumby avait suivi l'échange un sourire aux lèvres. Il transplana dans un grand tourbillon de cape tout en pensant : Quelle classe!!

*****************************************
FIN DU FLASHBACK

*****************************************
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 17 Fév - 17:11

Ah oui, autre petite précision, chaque chapitre se situe d'un point de vue différent, histoire de faciliter les choses (mais finalement, avais-je besoin de préciser quelque chose qui parait évident?)

CHAPITRE 1 : EXPEDITION ETHNOLOGIQUE

Point de vue de Jetna





J’ouvre un œil et le referme aussitôt : la gueule de bois et la lumière du jour, ca devrait pas être permis


Je pousse un grognement et tente désespérément d’échapper à cette torture lumineuse.

…Tiens, il y a un corps à côté de moi...


Oh noooon…ca y est, je vais devoir me coltiner un abruti qui croit que je suis la femme de sa vie…

...


Comment je vais m’en débarrasser, de celui là ?
C’est le genre de truc qui ne me donne pas envie de lutter contre le soleil…

Allez ! Courage Jet’! Tu peux le faire !
Rassemblant toute ma volonté, j’ouvre à nouveau un œil
...

Tiens ? C’est un roux… ?
Ca faisait longtemps…C’est pas trop mon délire, les roux…

J’ai vraiment trop bu hier soir…Promis, demain, j’arrête de boire !

Et puis il a les cheveux longs…
Un roux hippie…
J’ai un sourire en imaginant le portrait. Tout ce suspense me pèse…Je
tourne la tête et mon champ de vision se limite maintenant à une jungle
rousse…



Je connais cette jungle



-Bordel, Adé, tu pourrais ranger tes cheveux !
L’Adé en question me répond par un grognement significatif et digne d’un Yeti en colère…

J’ai remarqué un truc : le lit manque de coopération quand j’ai trop bu
la veille…C’est vrai, quoi, on dirait qu’il me retient, il tangue,
c’est dur pour se lever !!
Non tu ne m’auras pas ! Laisse moi !



Je crois que j’ai tendance à tomber dans la paranoïa






Après moults efforts, j’enfile enfin mon peignoir fétiche : celui en
soie noire et à motifs verts offert par mon père il y a deux ans. Je me
dirige vers la cuisine d’un pas conquérant pour préparer le thé.

Tiens, je vois qu’Adé a autant de mal que moi à faire coopérer le lit…



Je ne me souviens pas de la première fois où j’ai rencontré Adénora…
Ah non ! Détrompez-vous, c’est pas que j’étais bourrée…non, non,
c’aurait été grave, quand même, à 2 mois, d’avoir déjà des problèmes
d’alcool. Nos parents nous avaient destinées à nous marier…niark niark
niark…j’ai eu la bonne idée d’être une fille. Ca a beaucoup d’avantage,
une fille. Déjà, ça parait plus innocent…c’est plus facile de manipuler
les gens, ils ne se méfient pas. Et puis c’est tellement plus beau, une
fille ! J’aimerais pas avoir…je sais pas moi…de la barbe, par exemple…




Oui, bon, où j’en étais, moi ?!
Ah oui, Adé. Nos parents sont très proches…du coup, on a quasiment vécu
ensemble depuis notre naissance ; on est comme deux sœurs, limite des
jumelles, sauf qu’on se ressemble pas vraiment : elle est rousse, je
suis brune ; elle a les yeux chocolat, je les ai bleus ; elle est
plutôt blanche, j’ai un teint naturellement hâlé ( je précise
"naturellement" pour les jalouses qui penseraient que je fais force
usage des U.V…)…Par contre, on est aussi belle l’une que l’autre, et
c’est pas peu dire.
Oh, arrêtez, je sais ce que vous vous dites : « Elle est pas modeste,
celle là ! » mais je suis réaliste et j’ai raison…la nature est parfois
injuste, mais rassurez vous, on le vit bien !


Je verse avec précaution le thé dans les deux tasses pendant qu’Adé enfile son superbe kimono noir…C’est le même que le mien
Après avoir mis mes lunettes de soleil ( je suis quand même pas
suicidaire des yeux ) j’apporte le plateau sur le balcon. Adé me
rejoint enfin et nous sirotons avec volupté le délicieux breuvage…

-Bien dormi ?
-Moarf, j’aurais pu dormir un peu plus sans tes cris hystériques du matin…
Je sens comme une pointe d’agressivité dans sa voix…j’affiche un sourire sadique :
-C’est pas de ma faute si tu ressembles à un hippie roux !
Elle me regarde interloquée. Adé manque singulièrement de répondant
quand elle manque de sommeil. Je prépare mentalement une nouvelle
pique, lorsque quelqu’un toque à la porte.
-On avait pourtant demandé au groom de nous déranger sous aucun prétexte ! Tiens, Adé a retrouvé sa langue de vipère…
On se lève toutes les deux pour aller achever ledit groom mais nous
restons sans voix devant la chose qui se présente à la porte. Horreur
et putréfaction ! Qui c’est ce body-buildé décoloré, huilé et cramé des
U.V. ?




-Bonjour les filles ! Enfin je vous retrouve !
Je trouve qu’il prend un peu trop de familiarité, celui-là.
Adé répond avec ce ton hautain que j’affectionne particulièrement :
-On se connaît ?
J’ai besoin de toute ma maîtrise zygomatique pour ne pas éclater de
rire devant la mine dépitée du pseudo surfeur…Faut pas croire, ce
masque impénétrable de froideur qui fait la fierté des serpentards
dignes de ce nom, c’est tout un art !

-Mais on s’est rencontré hier soir ! Répond il l’air totalement abasourdi qu’on ait pu oublier jusqu’à son existence
Hier soir…j’ai comme un trou de mémoire…
-Mais si ! Vous pouvez pas avoir oublié ! On a passé une super soirée
ensemble…Je vous ai proposé de vous ramener mais je vous ai laissées
devant l’hôtel pour ne pas abuser de votre gentillesse…
Traduction : on l’a laissé à la porte..
La prochaine fois qu’on va en expédition ethnologique chez les moldus,
il faudra qu’on soit plus sélective sur nos fréquentations…
Le moldu en question a l’air passablement énervé face à notre manque de
réceptivité et d’intérêt. Pour clore la discussion, Adé lui claque
posément la porte au nez. Nous retournons à nos thés accompagnées par
ses doux braillements. Parmi la masse de phrases incompréhensibles,
l’une d’entres elles nous interpelle :
-SI VOUS PREFEREZ LES VIEUX CHNOQUES, FAUT ALLER EN MAISON DE RETRAITE, PAS EN BOITE !!!
-Les vieux ? me demande Adé
-Faut vraiment qu’on soit plus sélective…
-VOUS CROYEZ QUE JE VOUS AI PAS VUES, AU BORD DE LA PISCINE, AVEC CET ESPECE DE BARBU ?!

...

Je lance tranquillement un sort d’insonorisation sur la porte et soupire :
-Un barbu… ce pauvre garçon ferait vraiment n’importe quoi pour se rendre intéressant…
-Que veux tu ? C’est la rançon de la gloire…Mais quand même, Jet’, un barbu…ca m’étonne.
Je lui répond d’un ton sentencieux
-Mais tu sais, Adé, quand on part en expédition ethnologique, il faut
s’attendre à tout. C’est ca quand on découvre une autre culture…
-Tiens, ca me fait penser, j’irai bien faire un tour à la piscine, histoire d’exposer nos corps de rêves à l’envie de tous…

C’est ainsi que nous nous retrouvons à faire bronzette nonchalamment
allongées sur les transats à observer et analyser le comportement de
ces étranges créatures que sont les moldus…
En les voyant galérer à étaler leur crème solaire, une pensée
philosophique très intense me vient à l’esprit. Je me penche vers Adé
pour la lui faire partager :
-J’aimerais pas être moldu…
Une jeune fille interromp cette discussion qui promettait en s’étalant
lamentablement à nos pieds, ayant apparemment glissé sur quelque chose.
D’un même geste, nous relevons nos lunettes de soleil pour lancer un
regard moqueur et méprisant à la fille rouge de honte. Elle se relève
et détale sans demander son reste…Vraiment étrange, ces moldus…
C’est alors que j’aperçois par terre quelque chose qui scintille au soleil. Je me baisse pour le ramasser .
-On dirait un papier de Fizwizbiz, s’étonne Adé
-Mais qu’est ce qu’un papier de Fizwizbiz ferait dans un hôtel moldu ?!


Vieux

Barbu

Fizwizbiz

TILT

Je regarde Adé
-Tu penses ce que je penses ?!
-DUMBLEDORE !!s’écrie t on en cœur, nous attirant les regards curieux des garçons bizarrement attroupés autour de nous.
-Un vieux barbu qui mange des Fizwizbiz, ca ne peut être que lui…dis je plus bas.

...
Silence
...


-… Maintenant je m’en rappelle, réfléchit tout haut Adé…Il était là hier soir ! Il nous a même demandé un truc, je crois…
-Bof, dis je à mon tour, on verra ça à la rentrée…il n’avait qu’à pas nous déranger pendant nos vacances.

Et dans un même mouvement, nous remettons nos lunettes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 17 Fév - 17:18

Chapitre 2 : Poudlard express




Point de vue Adénora



-On peut savoir pourquoi vous vous êtes réservé un compartiment à vous
toutes seules alors que certains premières années n’ont nul part où
s’installer ?

Sarah Connor….

Cette fille me donne de l’urticaire…

J’avais malheureusement oublié que les dindes étaient acceptées dans
notre bien aimée école. A peine installées dans le Poudlard Express et
elles nous harcèlent déjà : monde cruel !

Jet’ me jette un regard éloquent et lance d’un ton laconique :
-Pour éviter d’avoir à côtoyer des gens comme toi.
Oh oh oh ! La voilà qui prend une sale couleur rouge, mauvais ça quand
on a la malchance de ressembler à une mini poupée de porcelaine avec
yeux bleus, bouclettes blondes et tout le tralala.
Sa voix part dans les aigus :
-En tant que préfète de Gryffondor je vous ordonne de laisser accès aux autres élèves !

Je sors enfin de mon silence dédaigneux :
-Je croyais que ce privilège était dévolu à Evans ?
-Non ! Maintenant c’est Sarah qui est préfète ! Lily a été nommé
préfète en chef, alors ils cherchaient quelqu’un pour assumer cette
responsabilité ! Et ils l’ont bien sûr choisi ! N’est ce pas Sarah ?
Elle, c’est Amy Backer, une petite rondouillarde aux cheveux châtains
frisés sans vraiment de personnalité. Ce qui est bien avec ce genre de
nanas c’est qu’elles ne réservent aucune surprise : toujours fourrée
dans les jupons de Connor, ses seuls actes de noblesse consistent à
aller piquer des pâtisseries en cuisine enfreignant ainsi le règlement
de l’école ( quelle rebelle ! )

-Donc maintenant vous devrez obéir à ce que Sarah vous dira !
continue-t-elle d’un ton triomphant. Vous vous amusiez à nous mépriser
mais c’est fini ! Vous n’êtes plus au dessus des autres !
-Dommage pour toi Baker mais le mépris que tu nous inspires ne risque
pas de changer de si tôt… en tout cas pas tant que tu continueras à te
balader avec cet air crétin au visage, dit Jet’ d’un ton acide.
-Mais pour qui tu te prends pour insulter ma copine !! Espèce de sale … serpentarde ! réplique audacieusement Connor
-Quel sens de l’observation, Connor, dis-je, méprisante … tu m’étonneras toujours…
-Au moins, elle, elle est ouverte sur ce qui l’entoure ! s’exclame Backer, comme si elle avait eu un éclair de génie…

- Silencio !
-Tu as toujours maîtrisé ce sort à la perfection, me dit Jet’ avec un sourire éblouissant.
- Je te retourne le compliment ma chère…
Je range ma baguette avec un petit clin d’œil lorsque j’entend une sorte de couinement étouffé.
Après vérification, il semble que ce soit Connor qui ait atteint le
stade de l’implosion interne : elle est écarlate et sa ridicule petite
queue que cheval sautille dans tous les sens tandis qu’elle lance des
regards affolés à Backer. Franchement, cette fille manque
singulièrement d’à propos, au lieu de nous lancer ces pseudo regards
haineux, elle ferait mieux de libérer sa chère camarade du sortilège,
m’enfin ce que j’en dis…
Et voilà c’est parti elle se met à brailler à plein poumon qu’elle va
nous dénoncer auprès du directeur… Tss tss la délation, c’est du beau…
Jet’ et moi lui offrons notre plus beau sourire de garce.

-Finite incantatem !
Pfff ! Ca y est, un rabat-joie qui vient gâcher ce moment de pure
jouissance. On parie combien que c’est un gryffondor en veine d’actions
chevaleresques ? C’est pas comme si Backer ressemblait à une princesse
des contes de fées...




Bingo !

Lupin et son perpétuel air de bon samaritain.
Et, inséparables comme les mousquetaires, les trois autres pseudo
gentlemen se présentent derrière lui. Potter paraît visiblement choqué
par notre attitude ( entre nous, quand on sait comment il prend un
malin plaisir à humilier Rogue, ce type est un sacré hypocrite ), Black
arbore l’habituel air dédaigneux qu’il réserve à tous les Serpentards
(il me semble pourtant lire une lueur de soulagement dans son regard…
apprécierait-il de ne plus entendre glousser les dindes ?) et enfin
Pettigrow qui cherche visiblement à se fondre dans le décor, ce qui est
plutôt difficile étant donnée sa masse corporelle…
Connor sert convulsivement sa suiveuse dans ses bras. C’est pas comme
si elle venait d’échapper à la mort… Les manifestations de sentiments
dégoulinantes de guimauve sont toujours leur qualité première à ce que
je vois. Rien n’a changé. Cette année promet d’être aussi ennuyeuse que
l’année précédente…Je jette un coup d’œil à Jet’ qui a l’air aussi
atterrée que moi. Heureusement qu’elle est là.
Et Potter et son regard vicieux…apparemment, les effusions chez les filles n’ont pas l’air de le déranger…

-Non mais ça va pas ! nous hurle dessus Connor. Ca aurait pu très mal tourner si Remus n’était pas intervenu !
Lupin rougit légèrement, ce qui ne manque pas d’échapper à Connor, qui
nous fait comprendre son bonheur en rougissant à son tour, laissant
ainsi quelques secondes de repos à nos pauvres oreilles.
Je hausse un sourcil sarcastique : ne sont ils pas trognons ?
Backer, elle, n’a toujours rien dit… étrange. Je jette un coup d’œil
dans sa direction… forcément, elle a les yeux rivés sur son « sauveur
», limite la bave aux lèvres, croyant manifestement que s’il est
intervenu c’est pour sa beauté et son intelligence fulgurante… pauvre
fille…

Les maraudeurs (les grands et uniques) ayant visiblement décidé de
prendre racine avec leur fan club, Jet’ et moi décidons de migrer vers
d’autres horizons. Comme nous passons devant eux Lupin et Black nous
lancent un regard noir.
-On se reverra ! jette Potter comme une lourde menace pesant sur nos épaules…
C’est d’une évidence flagrante puisque nous allons malheureusement
devoir passer un an dans la même école, Potter… ce mec est d’une bêtise
consternante…et dire qu’il est l’un des garçons les plus populaires de
Poudlard… J’ai comme une intense envie de retourner chez moi…

Sans prendre la peine de nous retourner, nous nous dirigeons posément
vers l’autre bout du train, et nous mettons en quête d’un nouveau
compartiment.
L’un d’entre eux n’est occupé que par deux élèves, Candy Ingalls et
Emily Shadow, 7ème année à Serdaigle. C’est étrange qu’on ne les ait
pas vues avec Connor et Backer…elles font elles aussi partie du fan
club officiel des maraudeurs, toujours à couiner en cœur dès que l’un
d’entre eux pointe le bout de son nez.

Nous leur lançons notre plus beau regard méprisant, accompagné de notre
sourire ultra hypocrite qui ne trompe personne, et nous asseyons en
face d’elles.

Moment de silence, où nous entamons un début de joute visuelle,
qu’elles laissent rapidement tomber, baissant les yeux au bout de
quelques secondes.
-Vous voyez pas que ce compartiment n’est pas libre ? lance enfin Ingalls tout en se tortillant sur son siège.
-Ah ?! Désolée, dit Jet’ avec un sourire pseudo compatissant…votre
présence est tellement insignifiante que nous n’avions pas senti votre
rayonnement intellectuel…




Quelques secondes après (le temps de cogitation d’une glousseuse étant
malheureusement augmenté par les secousses que provoquent le train sur
leur cerveau), Ingalls affiche la même mine rouge de colère que Connor
il y a quelques minutes. C’est dingue comme elles se ressemblent toutes
!

Elle se lève précipitamment, cherche à préserver un minimum de dignité
en gardant la tête haute, pendant que nous essayons de conserver notre
sérieux face au ridicule de la situation
-Viens, Emily, nous n’avons plus rien à faire ici…
…et sort rapidement du compartiment, suivie de près par sa copine qui tache de prendre le même air dégoûté qu’elle.

Nous verrouillons la porte, j’ai eu ma dose de glousseuses pour le
trajet, et passons le reste du voyage à nous apitoyer sur notre sort et
sur l’incompréhension dont nous faisons l’objet auprès de nos « chers
camarades poudlariens ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 29

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Jeu 21 Fév - 11:57

Vous comptez tout réécrire? Shocked
Bref, j'ai tout relu... mwahaha, et j'adore toujours autant! Twisted Evil
Mais j'aimerais bien savoir la suite et fin de cette histoire... alors... vivement la suite! Rolling Eyes lol

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 18 Mar - 20:32

Voilà le 3ème chap' !
On espère qu'il vous plaira tout autant que les précédants.. n'hésitez
pas à nous donner votre avis et of course reviewez, ça fait toujours
plaisir Wink
Bonne lecture ...




Chapitre 3 : Home, sweet home !


POV Jetna


Après un voyage relativement tranquille —si l’on excepte l’intervention des glousseuses- nous arrivons à la gare de Pré-au-Lard.
Enfin ! Ce n’est pas que les voyages en train m’indisposent, mais être
tenue de rester dans un espace aussi réduit qu’un compartiment sous
peine d’invasion fortuite de dindes… non merci !

Les carrosses sont au rendez-vous, toujours aussi ponctuels.
Je ne voudrais pas avoir l’air d’être sans arrêt en train me plaindre
mais je trouve ça franchement suspect ces trucs qui se déplacent tous
seuls…Encore une idée de Dumby à tous les coups…

Un représentant mâle de Serdaigle cherchant visiblement à attirer notre
attention nous ouvre la porte de l’un d’eux, se contorsionne dans une
pseudo révérence à deux mornilles et déclare d’un ton se voulant
charmeur :
- Le carrosse de ces dames est avancé…



Y en a vraiment qui n’ont pas peur du ridicule…Heureusement qu’il ne
tue pas sinon cela ferait longtemps que ce pauvre garçon aurait été
foudroyé sur place…

Je passe devant lui en lui jetant un regard dédaigneux mais néanmoins
rapide : il ne faudrait pas qu’il croit que j’accorde la moindre
importance à son existence (quand je vous disais que c’était tout un
art !).

Adé me suit et ferme posément la porte avant que l’importun individu
n’est eu le temps de nous imposer sa compagnie. Non mais c’est vrai
quoi ! Ca fait six mois, date fatidique à laquelle nous avons fait
l’erreur de le toiser d’un regard moqueur un peu trop appuyé, qu’il
essaie tant bien que mal de faire connaissance… tu peux toujours rêver
mon coco, j’ai un espace vital à préserver !


Nous faisons donc la fin de voyage toutes les deux, charmante compagnie ma foi.


Poudlard…s’il y a bien quelque chose que l’on ne peut nier c’est
l’atmosphère délicieusement mystérieuse qui s’en dégage. Ce lieu est
propice à l’imagination…tant chez les gothiques (imaginez un endroit
macabre où ils pourraient s’épanouir dans les rituels sataniques…) que
pour les « princesses » des contes de fée (dîner aux chandelles, grand
lit à baldaquin où elles pourraient au choix dormir cent ans ou
s’ébattre avec leur prince charmant).
Voilà maintenant six ans que j’y suis et il reste encore de nombreux
lieux inexplorés… peut-être à voir cette année, si l’envie m’en prend.
Je ne suis pas une grande aventurière. Non, l’aventure ça implique des
situations ridicules et des appels à l’aide… faut pas déconner j’ai une
image de marque à conserver.


Tiens, en parlant d’image…installés à notre table et attendant que le
choixpeau magique fasse son entrée Adé et moi observons avec un
amusement non dissimulé la très crainte bande des leaders des
Serpentards (dixit nos chers petits camarades poudlardiens) qui nous
fixent en parlant à voix basse. Ils ruminent certainement un ordre de
leur « maître » consistant à rallier à sa cause le plus de sang-pur
possible …


Tu parles de leaders ! Des moutons, oui.


J’ai constaté une chose : chez les moutons il y a plusieurs races, ceux
qui suivent le berger et ceux qui suivent les autres moutons (vous
saisissez la métaphore ?). En gros, ils ont quand même une hiérarchie,
un semblant d’ordre quoi.

Où on se trouve Adé et moi ?

Nul part.

Nous nous refusons avec acharnement à tomber dans la moutonnerie même si c’est à la mode en ce moment…
Bref, ces moutons leaders (par la suite nous les appèlerons ML pour
plus de simplicité, autant utiliser le moins de ma précieuse salive
quand il s’agit de ce genre de personnes) nous fixent avec insistance,
cherchant visiblement à adopter l’attitude glaciale qui fait notre
succès….MWAHAHAH !
Autre détail amusant à noter : au sein même des ML il y a une
hiérarchie : les leaders, en général au nombre de deux, un représentant
de chaque sexe (pour une raison purement reproductrice ? Je me le
demande) et les proche leaders.

… Faut pas croire c’est toute une organisation ! Beaucoup de complication pour pas grand chose si vous voulez mon avis.

Tenez, nous, par exemple, il n’y a pas de schéma plus simple : il y a
nous et les autres. Point barre, rien à commenter. Parfois un « autre »
a l’insigne honneur de prendre une infime place dans notre vie, honneur
de courte durée. Attiré par notre lumière, le papillon vient s’y brûler
les ailes. Malheureusement pour lui, alors que le papillon laisse des
traces de brûlés sur l’ampoule, l’ « autre » ne laisse aucun souvenir
derrière lui…tant pis pour lui, nous, on le vit bien.


Le choixpeau entame enfin sa chanson… toujours le même blabla à propose
de l’union et la solidarité entre les maisons. Ce serait tellement plus
original de parler…je sais pas moi…des personnalités singulières de
Poudlard par exemple…. Dumby le gourmand (un hymne dédié aux Fizwizbiz
ça ça nous changerait ! — tiens, en parlant de ça, il faudrait qu’on
aille le voir pour éclaircir le mystère du papier près de la piscine…),
ou Peeves le destructeur… Il y a de quoi dire, sur Poudlard ! Mais non,
ce vieux bout de tissu usé jusqu’à la moelle et rapiécé de partout
s’obstine à prôner l’entente entre les maisons … vu la situation
actuelle il ne risque pas de changer de rengaine avant longtemps…
Et il a le don pour les faire de plus en plus longues, ses chansons !


S’ensuit la cérémonie de répartition. J’applaudis poliment à chaque
nouveau arrivé à Serpentard… non, je ne suis pas comme tous ces
hystériques qui tapent bêtement dans les mains et qui s’époumonent en «
bienvenue »…Comme je le disais, j’ai une image à préserver.


Le festin commence…chaque année, les elfes de maison se surpassent en
qualité de cuisine, un vrai régal ! Je me sers tranquillement,
susurrant quelques pertinentes remarques à Adé concernant la
gloutonnerie de nos congénères poudlardiens. Aucune éducation, à croire
qu’ils ne sont jamais nourris… c’est à pleurer sur la noble maison de
Serpentard ! S’il nous voyait, il se retournerait dans sa
tombe…heureusement que quelques dignes élèves de sa maison (hum
hum…nous, bien entendu…) sont encore aptes à le représenter comme il se
doit !


A la fin du repas Dumby reprend la parole pour nous rappeler les
différentes interdictions propres à cette année… Les maraudeurs ne
peuvent s’empêcher de ricaner bêtement, le mot règlement semblant
provoquer chez eux des réactions assez inquiétantes… pitoyable. Il clôt
enfin la soirée.

Enfin ! Ces retrouvailles avec nos chers camarades m’ont épuisée.




A ma grande joie, je m’aperçois qu’elles ne sont pas encore terminées :
reste à supporter les glousseuses de Serpentard qui ont le privilège de
partager notre dortoir. Oui, vous avez bien entendu, il y a aussi des
dindes dans notre maison bien que l’on note quelques différences avec
leurs petites camarades.

Par exemple, une glousseuse venue d’une autre maison dira :
-Oh, si vous saviez les filles ! Ce garçon est tellement formidable !
Mais j’ai tellement peur de sa réaction…que je n’ose pas lui avouer mon
amûûr !
-Chérie, je suis sûre qu’il éprouve les mêmes sentiments que toi, tu es
tellement jolie et intéressante, il ne peut pas ne pas s’intéresser à
toi ! s’empressera de répondre sa copine.


Alors qu’une dinde de Serpentard, elle, dira :
-Ce mec est fou de moi… Je peux l’avoir comme je veux, mais j’hésite. Je ne suis pas cruelle au point de lui briser le cœur…
-Il n’y a aucun doute, vu comme il te regarde…répondra sa copine.


Vous saisissez la nuance ?
Finalement, le message est le même
: ce mec m’intéresse, je ne sais pas comment l’aborder. Mais la
glousseuse Alpha le dira franchement à ses copines et cherchera à se
faire rassurer par elles, alors que celle de Serpentard affichera une
pseudo assurance, qui ne trompe personne, mais que tout le monde fait
mine de croire pour le bien-être de l’entente serpentarde.


A notre entrée dans le dortoir, elles sont déjà installées à papoter de leurs vacances et à étaler leur vie privée à la ronde.

-Ce mec est fou de moi…commence Alicia Carvey, proche leadeuse de son état.
J’affiche un sourire victorieux : qu’est ce que je vous disais !
J’adresse un clin d’œil à Adé qui me le rend bien, et nous nous
dirigeons discrètement vers nos grands lits.


-Alors, combien de conquêtes, cet été ? nous lance Carvey, qui,
bizarrement, a interrompu son histoire qui promettait pour nous
adresser la parole.
C’est étrange, d’habitude, elles nous fuient plutôt comme la peste… notre aura pourrait leur faire de l’ombre…
Je me retourne doucement, pour m’assurer que c’est bien à nous qu’elle
adresse la parole. Les ordres de leur maître doivent vraiment être
pressants… Elle nous fait un sourire pseudo amical.

-Tu serais déprimée de l’apprendre, ma chérie, répond Adé avec une moue
compatissante hypocrite à souhait. Je tiens bien trop à ta santé
mentale pour te le dire.
Elle lui envoie un de ses plus beaux clins d’œil et se retourne pour aller se coucher.
J’ai l’honneur de voir Carvey rougir de colère. J’en rajoute ?! Non ?! …oh, c’est trop tentant…Je la regarde froidement
-Tu devrais éviter de poser des questions de ce genre, c’est mauvais pour ton karma ma chérie.
J’entends un petit rire glacial derrière moi. Apparemment, Adé est la
seule à apprécier mon humour. Tant mieux, je ne voudrais pas me mettre
à devenir drôle !

Je me glisse enfin sous les couvertures chaudes et moelleuses de mon lit.

Il va y avoir un changement, cette année… je le sens, et mon intuition
ne me trompe jamais. Je sens que les Serpentards vont être de plus en
plus insupportables, s’ils se mettent à essayer de faire ami-ami avec
nous… Enfin, on verra bien…Je m’endors sur ces pensées…Poudlard, nous
revoilà !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 18 Mar - 20:32



Chapitre 4 : Les dures lois de l'attraction



POV Adénora






J’aime le matin.

J’ai constaté une chose : c’est pendant les douces heures du lever du
jour, alors que les élèves descendent d’un pas mécanique pour prendre
leur petit déjeuner , les yeux encore embués par le sommeil, que notre
supériorité apparaît la plus éclatante.

Jet’ et moi débutons en effet cette nouvelle année par une entrée fort
remarquée dans la grande salle : fraîches comme des roses malgré
l’heure matinale, un sourire satisfait aux lèvres nous avançons d’un
pas décidé jusqu’à notre table sans même daigner accorder un regard aux
visages qui se lèvent pour nous voir passer. Pourquoi se fatiguer ?
Nous n’y lirons rien de bien nouveau : admiration en ce qui concerne
les représentants mâles et pitoyables signes de jalousie pour nos
chères petites camarades.


Je suis en train de siroter un chocolat chaud lorsqu’une voix hélas bien connue vient me susurrer dans le creux de l’oreille :
- Adénora, mon amour, j’espère que je ne t’ai pas manqué… Je t’ai apporté ton nouvel emploi du temps.
Je lâche d’une voix glaciale et sans desserrer les dents :
- Rosier, éloigne tout de suite ta bouche de mon oreille ou tu risques de tâter de ma baguette.


Jetna pousse un soupir de résignation.

Le moindre des défauts d’Evan Rosier n’est pas de penser avec ce qui se
cache sous son pantalon. En effet, ce charmant jeune homme est
accessoirement un Mangemort en puissance et le leader des ML, chefton
de toute notre joyeuse petite bande de moutons avec Eléna Dorofeia son
homologue féminin
Depuis que j’ai eu le malheur l’année dernière d’accepter d’aller au
bal d’Halloween avec lui et de lui laisser quelques libertés sur ma
personne ( car rendons à César ce qui est à César, Rosier possède
certains arguments physiques convaincants ) ce sombre crétin s’est mis
dans la tête que je n’attendais qu’un signe de sa part pour me jeter
dans son lit. Depuis, il ne cesse de me poursuivre, persuadé que ce qui
me retient de succomber à son charme torride n’est qu’une timidité mal
placée… timide… ce mec a un ego inversement proportionnel à son
intelligence.


Rosier est sur le point de se lancer dans une de ses longues
déclarations d’amour éternel dont il a le secret lorsqu’il est
(malheureusement ?) interrompu par un espèce de grand bellâtre qui
après lui avoir donné un coup de coude, se met à gueuler avec un accent
à couper au couteau :
-Bah alors Evan ! Tu ne me présentes pas à ces charmantes demoiselles ?
Le gus se fend d’un clin d’œil égrillard destiné à Jet’.

Charmant…

L’ensemble de l’école est maintenant au courant des tourments que notre charme irrésistible implique…

Rosier se retourne vers le nouveau venu et s’écrie avec un large sourire :
- Ah, Bruce ! Tu tombes bien ! Voici les fleurons de la noble maison de Serpentard ( je dois reconnaître à Rosier, malgré tous ses défauts, un certain sens des réalités !) : Adénora Flannaghan et Jetna Donleavy…
Adénora, Jetna, je vous présente Bruce Rosier, mon cousin. Il vient de
l’école de Salem aux Etats Unis et vient étudier pendant un an à
Poudlard. Il a bien sûr été accepté chez les Serpentards !


Mon Dieu, pourquoi tant de haine ?
Un Rosier bis…
Pendant un an…


-Ravi de rencontrer d’aussi belles créatures de l’autre côté des océans, lance l’Américain avec un sourire colgate.
Rosier ajoute ensuite dans un chuchotement audible pour l’ensemble de la tablée :
- Je te préviens Adénora est ma chasse gardée… Alors pas touche !
Rosier bis acquiesce avec un clin d’œil complice accompagné d’un rire gras.
-Tu me connais Evan, j’ai toujours préféré les brunes !



Jetna, sache que tu as toute ma sympathie pour ses durs moments à venir…


Rosier a toujours été caractérisé par son manque flagrant de finesse
mais il semble se dépasser en cette rentrée. Je lui lance un regard
suspicieux : le pseudo-Lord doit être vraiment en manque d’adeptes pour
tenter de recruter de nouvelles ouailles via des crétins pareils. Mais
je me méfie Rosier. Sous ses dehors de faux séducteur c’est un mec qui
peut faire froid dans le dos. En cours de DCFM, je lui trouve un air un
peu trop intéressé lorsque l’on parle des sorts impardonnables.

Continuant posément à tartiner de confiture ses tranches de pain,
Jetna, sans même lever la tête, lance un « Oui, oui, c’est cela »
charriant des glaçons qui vient clore la conversation. Les deux garcons
quelque peu décontenancés par notre manque d’enthousiasme s’éloignent
enfin après nous avoir tout de même saluer.


Je jette un coup d’œil sur le papier que Rosier a déposé sur la table : notre emploi du temps.
-Jet’ c’est toi qui va être contente, on débute par les potions !



Trois heures plus tard, lorsque nous sortons du cours, Jetna arbore un
large sourire satisfait. Il faut dire que les potions sont sa
spécialité : Slughorn est littéralement en extase devant « sa
perception profonde des subtilités que demande cette matière », dans
laquelle seul Evans ou Rogue sont susceptibles de lui faire de l'ombre.

Personnellement je préfère la botanique. Le professeur Li a l’art
d’intéresser les élèves aux plantes et à leurs mystères. Allez savoir
pourquoi, depuis qu’il a déclaré que j’étais la plus belle fleur
venimeuse qu’il est eu l’occasion de croiser durant de sa carrière je
l’apprécie encore plus … quand on sait que le brave homme atteint
joyeusement les quatre-vingt ans…

Tandis qu’il explique de sa voix douce le sujet du cours, en
l’occurrence la taille des plantes à Pipaillon, j’ai la désagréable
surprise de voir Lupin s’installer à ma droite, sur la même table de
travail …

Je croyais que depuis l’épisode du Poudlard Express Jet’ et moi avions
été définitivement classé au rang des génies du mal à fuir par tous les
moyens ?

Je le toise d’un air mauvais mais peine perdue, il continue à déballer
ses affaires avec son éternel petit sourire aux lèvres. Tout être
normalement constitué aurait compris le message mais manifestement il
ne fait pas partie de cette catégorie de personnes. Jet’ semble aussi
dubitative que moi. Dans ma grande magnanimité je chuchote donc au
Gryffondor :
-Casse toi d’ici tout de suite, Lupin.
-Tiens, bonjour, Flannaghan. Fais attention, tu es sur le point de renverser le sachet d’engrais.




Essaierait-il de m’énerver ?
Ce mec est suicidaire, inutile de m’intéresser plus longtemps à lui.
Je me re-concentre donc sur les directives du professeur Li et me
tourne vers la plante à Pipaillon qui tremble et frémit doucement
devant moi. Habituellement j’éprouve un intense plaisir à m’occuper des
plantes et champignons magiques et je dois dire que je suis plutôt
douée. Mais c’est sans côté le sombre crétin à côté de moi qui observe
le moindre de mes mouvements. Je le surprend même à lorgner dans mon
sac. Il cherche quoi au juste ? A croire que le caractère pervers de
Potter a déteint sur lui. Avant que j’ai eu le temps de lui lancer une
remarque bien sentie, il prend son ton le plus innocent et dit :
-Désolé de te déranger encore Flannaghan, mais je crois que tu n’as pas taillé correctement cette branche là.


Il l’aura voulu.


Un demi sourire diabolique apparaît fugitivement sur mon visage tandis
que je saisis posément le sécateur posé devant moi et commence à
découper joyeusement sa cape.
-Et tu penses que là, la taille est bonne ? dis-je la bouche en cœur.

La voix du professeur Li vient briser cette intense moment de bonheur.
-Miss Flannaghan ! 20 points de moins pour Serpentard ! Et je veux vous
voir ce soir dans mon bureau !Vous méditerez en retenue la portée de
votre geste !

La sanction est saluée par les couinements hystériques de tout le
fan-club de Lupin, horrifié que j’ai pu attenter à la vie de l’ange de
bonté. Les autres Maraudeurs, manquant singulièrement de solidarité,
ricanent bêtement en regardant le morceau de gruyère qu’est devenu la
cape de leur ami.
Quant à moi, le plaisir d’avoir pu voir le visage effrayé de Lupin vaut toutes les retenues.



Il est plus de minuit lorsque le professeur me libère enfin. Je profite
alors de l’occasion pour « visiter » quelques couloirs. Jet ‘ a
toujours taxé ma curiosité d’esprit aventureux mais le spectacle devant
lequel je tombe au détour d’un couloir risque fort de la faire changer
d’avis.

Je vole littéralement jusqu’à la salle commune. J’ai un sourire amusé
en découvrant le tableau : Jet’, confortablement installée dans un des
divans, et lisant stoïquement un ouvrage sur les potions tandis que
Rosier Bis tente d’attirer son attention en roulant des mécaniques. En
voyant ma mine elle se lève immédiatement.

C’est avec un air triomphal que je la mène jusqu’à la porte
entrebâillée sur laquelle je suis tombée il y a quelques instants.
Après lui avoir fait signe de se taire, nous approchons nos deux
visages de l’étroit interstice. Malgré la faible lumière aux lueurs
verdâtres nous discernons avec netteté le visage anguleux de Rogue,
penché au dessus d’une potion en pleine préparation.

Je me retiens à grandes peines d’exploser de rire devant le regard de
pure adoration qu’il jette à son chaudron …Rogue est en effet
mondialement connu pour n’aimer personne et le monde le lui rend bien
mais de là à lancer des œillades langoureuses à un bout de ferraille…

Personnellement, je lui trouve un chouia plus d’intérêt que les ML.
Servilus, comme le surnomme Black lorsqu’il se veut comique, est en
effet persuadé de posséder la science infuse pour tout ce qui relève de
la magie ancienne, noire de préférence. On le voit sans arrêt traîner
du côté de la réserve et le nez fourré dans des ouvrages poussiéreux.
Par conséquent, nous autres, vulgaires élèves de Poudlard, sommes mis
au rang de merdes de mouche, ne comprenant strictement rien à la
supériorité de son intellect.

Mode de pensée plutôt positif à mon humble avis.

Malheureusement pour Rogue, son manque singulier de classe (il n’y a
qu’à regarder ses cheveux gras pendouillant en rythme au dessus de la
mixture pour en être persuadé ) lui amène plus de moqueries que de
reconnaissance, ça le rend un poil aigri…
Que voulez vous, tout le monde ne peut pas être nous…

Jetna me chuchote à l’oreille :
-Je ne l’avais jamais vu dans un tel état de jouissance interne…
Elle se retient avec difficulté de rire, elle aussi, mais sa remarque a
l’inconvénient de me laisser lâcher un léger ricanement. Heureusement,
trop absorbé par sa mixture, Rogue n’entend rien.

Nous l’observons quelques temps.
-Ce mec est vraiment impayable ….
-Concocter des potions la nuit dans le noir et en total secret, c’est pourtant bien son genre, me susurre Jet’.

Nous finissons par entrer discrètement dans la salle… Rogue, toujours
obnubilé par sa potion, n’a pas l’air de nous remarquer. Tss tss, un
serpentard manquant à toutes les règles élémentaires de prudence,
mauvais ça.
Jet’ prend confortablement place sur une table, tandis que je m’appuie nonchalamment contre le mur.
-A qui la destines tu ?

J’adore surprendre, c’est un de mes péchés mignons. Et à voir l’air
abasourdi de Rogue lorsqu’il lève la tête vers nous cela est plutôt
réussi. S’il n’avait pas déjà le teint délicat d’un mort-vivant je
dirais qu’il a blêmi.

- Je ne vois pas en quoi cela te regarde, Flannaghan répond il d’un ton acerbe après quelques secondes.
Jet’ s’approche du chaudron fumant, l’air expert.
-Il me semble que tu as oublié les épines de rose observe-t-elle

Deuxième sursaut…c’est jouissif !
- Je ne vois pas comment tu pourrais savoir ce qui manque à ma potion
puisque tu n’en sais pas la teneur, lâche Rogue. Je distingue cependant
une lueur de doute dans son regard…

- Pour ce que j’en ai vu jusque là, ta potion ressemble étrangement à
un philtre d’amour, Rogue… Mais au lieu d’essayer de te défendre,
ajoute plutôt les épines. Si tu ne les mets pas dans les trente
secondes, tu peux tout recommencer à zéro…continue Jet’ avec un sourire
moqueur

Rogue ravale sa fierté le temps d’ajouter les ingrédients manquants.
- Tout de même…dis je en m’avançant vers eux, en arriver à ce genre d’extrémité… tu nous fais un peu de peine, mon chou…
- Moi j’aimerais vraiment savoir pour qui elle est…ajoute Jet’ en le
regardant, suspicieuse. Je ne voudrais pas avoir à surveiller mon jus
de citrouille tous les matins…
- Oh non, ne vous inquiétez pas…elle n’est pas pour vous, vous n’êtes
pas mon genre, répond Rogue d’un ton que je qualifierais de
dangereusement moqueur.

Comment peut on ne pas être le genre d’un garçon de 17 ans normalement constitué ?!? Ce mec est vraiment trop bizarre…

Légèrement offusquée, Jet’ réitère sa question :
- Mais qu’est ce que vous en avez à faire ! s’exclame-t-il. Je vous dis qu’elle n’est pas pour vous !
- On la connaît ? dis-je, changeant d’approche.

Ma question semble troubler Rogue qui hésite un instant avant de
grogner un « peu importe ». Ah ah ah ! Cela cache quelque chose ! Je
jette un regard complice en direction de Jet’ et continue l’attaque. Ma
longue expérience en matière de torture mentale m’a appris que le
meilleur moyen de tirer les vers du nez à quelqu’un une fois celui-ci
déstabilisé consiste à le surprendre en lançant une nouvelle
insinuation totalement invraisemblable. Trop content de pouvoir
reprendre le dessus, l’individu relâche son attention et va nier avec
force, lâchant du même coup quelques informations.
- A moins qu’il ne faille chercher du côté de la population mâle de l’école ? dis-je avec une moue coquine.


Le résultat est bien au dessus de mes espérances.
Rogue vire en un instant à l’écarlate, brandit sa baguette dans notre direction et hurle :
- Comment osez vous ! Je…je … non…. !
Manquant visiblement d’inspiration pour continuer sa diatribe, Rogue
sort de la pièce en se drapant dans sa cape et ce qu’il lui reste de
dignité mais non sans avoir emporter dans un flacon une quantité plus
que raisonnable de la potion.


Lorsque je me tourne vers Jet’, je sais que mon visage doit afficher le
même état de jubilation intense : Rogue composant un philtre d’amour
pour un garçon ! Ca c’est de l’information en or !
Avant de quitter à notre tour la pièce nous prenons soin de prélever un
petit flacon de la potion préparée par Rogue : pas que nous en ayant
besoin, notre charme y suffit, mais cela peut toujours servir…

Et c’est en énumérant tous les noms des mâles habitant Poudlard
susceptibles d’avoir mis le feu à la libido de Rogue que nous
retournons à la salle commune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 29

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Sam 29 Mar - 15:46

J'ai enfin relu la suite!
Toujours aussi excellent évidemment! Twisted Evil

Mais suis-je la seule à lire ou les autres sont-ils trop timides pour poster un petit commentaire? Faut pas craindre Lili, elle est pas en mode Jetna ici (quoique... Rolling Eyes lol)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Nor Mordaunt
avatar
Sorcier confirmé
Féminin
Age : 29

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Sam 29 Mar - 17:26

Nan mais moi aussi j'attend la suite pour pouvoir donner un avis différent que touus ceux que j'ai déjà donné ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 30 Mar - 14:29

Stephy -> disons qu'on avait envie de reprendre un peu les premiers chapitres, qui correspondent moins à notre style actuel, et du coup, qui jure avec le reste...ceci dit, il est devenu de plus en plus difficile de nous voir, et je ne sais même pas si on pourra la finir. On va tout faire pour, mais ça va être compliqué.

Bref, la suite...

Pardon, pardon pour le retard mais vous savez ce que c'est : les vacances, la plage, les fans... on était ultra demandé :p
Mais rassurez vous ô lecteurs car voici venu le temps des rires et des chants, voici venu le temps du spécial bonus !
Nous tenons à vous préciser quelques petites choses avant de vous
laissez lire tranquillement. Ceci n'est PAS la suite proprement dite.
Durant notre joyeux séjour nous avons bien sûr écrit la suite des
aventures de Jet' et Adé ( lesquelles seront publiées petit à petit )
mais nos cerveaux embrouillés par la téquila, les mars glacés, les
lapinous roses et tutti quanti ont également produit quelques idées
géniales qui ont pris la forme de bonus.
Il s'agit donc d'un petit délire en annexe de l'histoire proprement
dite, il reprend les mêmes perso et permet de les voir sous un autre
angle... le but étant que vous riiez autant que nous quand nous l'avons
imaginé et écrit !
Enjoy !


Bonus : le mystère du prénom enfin dévoilé !


POV James



Ahhhh….
Enfin couché !
Rude journée, bien remplie, comme je les aime !
J’ai fait ma crasse du jour à Servilus ….AHAHAHAH ! La gueule qu’il a
fait quand son porridge lui a explosé à la figure ! Divin ! Sirius a
toujours énormément d’inspiration en ce qui concerne les serpentards.
Bon, après beaucoup moins drôle il m’a coincé dans un couloir avec un
sort de jambencoton. Mais il faut prendre le bon côté des choses, Pearl
McGregor, une septième année de Serdaigle physiquement intelligente
m’est avis, a volé à mon secours et m’a réconforté à l’infirmerie.
En DCFM, mon cours préféré, je me suis retrouvé en binôme avec un
certain Cower de Poufsouffle. Je l’avais jamais remarqué celui-là.
C’est vraiment dégueulasse Rémus et Peter, eux étaient ensembles !
Pourquoi c’est toujours Sirius et moi qui sommes séparés ? Enfin bref,
plus important je crois que Lily m’a regardé en cours de métamorphose !
Trop bien ! Bon, possible que ce soit parce que j’étais en train
d’imiter ( admirablement bien ) McGonagall. Et puis quel rabat-joie,
elle n’a même pas répondu à mon clin d’œil ! Après j’ai été à mon
entraînement de Quidditch et grmblllll….attrapé vif d’or gnaniaa…trop
doué….yeah….




Bah tiens, qu’est ce que je fous ici, moi ?
Je vous jure, ce coup-ci c’est pas de ma faute ! je sais pas comment je
me suis retrouvé dans la forêt interdite ! Me punissez pas ! Pitié, je
veux pas récurer encore une fois le sol des cachots ! Ca fait mal aux
mains et puis après c’est pas esthétique !
Youhouuuuuuuuu, y-a quelqu’un ?

-Potter, dépêche toi ! COURS ! VITE !

Premier réflexe : ma baguette.
Oh non, j’ai du l’oublier sur ma table de nuit…
Un truc déboule devant moi.
Cower ?
Bah qu’est ce qu’il fout là celui-là ? Il a l’air totalement paniqué.
Quand je vois ce qui surgit du bosquet je comprend mieux : une horde de
sangliers ! Mais pas des sangliers normaux, non non. Des sangliers de
cauchemars ! Avec des jupes, des chignons et des petites lunettes !
AU SECOURS !
Je me mets à courir comme un dératé, me prenant les pieds dans des
racines. Je parviens finalement à grimper à un arbre. Sauvé ! Cower a
moins de chance que moi, je le vois emporté pas un flot de sangliers en
furie. Son corps gît, disloqué, au sol. Je me précipité vers lui et ne
peux que constater la gravité de ses blessures.

-Parle moi, Cower ! reste avec moi ! Où est ta baguette que je prévienne Dumbledore !
Je dois tendre l’oreille pour entendre sa réponse :
-…pas la peine…fini ! je vais mourir, dit-il dans un sanglot.
-Mais qu’est-ce que tu dis ? Bien sûr que non ! On va te soigner ne t’inquiète pas.
-…sert à rien…tout le monde s’en fiche….j’ai toujours été insignifiant…
-Mais non, moi je ne m’en fiche pas !
Il trouve encore la force de m’agripper le bras
-Je ne veux pas que l’on m’oublie ! Je veux que l’on se souvienne de moi ! Si tu as un fils promets moi de l’appeler comme moi !
-Hein, quoi ? !
-Promets moi ! Promets moi ! crie-t-il.
-Euh…oui, oui, d’accord ! Mais c’est quoi ton prénom ?
-Harry…Harry Cower…

Ce sont ces derniers mots. Son corps devient soudain flasque et avant que je réalise quoi que ce soit il se volatilise…
Je me réveille dans mon lit en sueur et sanglotant.
-Je tiendrai ma promesse, Harry Cower !


THE END


Alooors ?
Verdict ?
Autant vous prévenir tout de suite : on en a pondu deux autres comme ça
que nous sommes susceptibles de balancer à tout moment entre deux
chapitres de la fic ! Quel sadisme ! Nierk nierk !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 30 Mar - 14:30


Chapitre 5 : parano or not parano ?


POV Jetna


Cela ne fait qu’une semaine que nous sommes rentrées en cours et
pourtant la pression sur nos frêles épaules se fait de plus en plus
forte.
Tenez, par exemple, les ML se sont mis en tête de nous appeler par nos
prénoms, pensant probablement qu’un peu de familiarité pourrait nous
rapprocher. Quel manque total de respect ! Ils souillent nos divins
prénoms à en faire des mots si banals… J’essaie de leur faire
comprendre que c’est une attitude intolérable, j’ai parfois
l’impression d’expliquer à un enfant de 5 ans le fonctionnement
complexe du polynectar…inimaginablement impossible…

Je suis tranquillement installée dans un fauteuil près de la cheminée, dans la salle commune, et je rumine ces pensées.
Et ce Rosier bis qui n’en finit pas de se trouver sur mon chemin. Ils
l’ont fait livrer en express, cet Américain sensé me faire tomber du
coté obscur de la force ?!
Je laisse peut être trop libre court à ma parano, mais cette impression de forcing se vérifie chaque jour un peu plus…

Tiens, quand on parle du loup, on en voit la queue (pardonnez moi
l’expression…huhu). Il entre dans la salle…moi qui pensais être à
l’abri de ce genre d’assiduités, Adé ayant subjugué de son charme
légendaire Rosier premier du nom… il a fallu qu’ils en importent un
tout frais d’Amérique juste pour moi !

Quelle veinarde !

Bref, Rosier 2 entre dans la salle. Je l’ignore superbement. Pour
paraître occupée, je saisis posément le journal sur la table à coté de
moi et me plonge à corps perdu dans la lecture d’un article consacré à
une enquête sur un meurtre mystérieux…ils se sont multipliés, ces
derniers temps…Personnellement la perspective d’une joute verbale avec
Rosier bis me terrifie bien d’avantage…

Il se dirige vers moi d’un pas conquérant



Horreur et putréfaction !
Repérée !

Je regarde désespérément autour de moi, cherchant vainement une porte de secours.

Rien, la confrontation est inévitable, je suis piégée…
Que vais-je devenir ?! Je ne supporterai pas une année entière cette moule sur patte !

J’aperçois une lueur d’espoir sur ma droite, descendant l’escalier des dortoirs…

Adé !

Je la supplie du regard…


Elle me sourit d’une air sadique …traîtresse, tu me paieras ça !

Je la maudis mentalement et échafaude rapidement 3 ou 4 plans
machiavélico-diaboliques pour me venger de me laisser seule dans ma
galère, avant que « Bruce » se poste face à moi.

-Il faut que je te parle, Jetna…commence t il, sérieux.

Faut il que je lui explique une énième fois qu’il n’a aucun droit
d’utiliser mon prénom ?!? Je crois qu’il faut que j’abandonne. Je vais
plutôt essayer de le repousser pour qu’il n’ait plus jamais envie de
m’appeler…
Je lève la tête du journal et adopte mon air des plus blasés, que je n’ai aucun mal à afficher lorsqu’il est dans les parages
-Je t’écoute, Rosier
Heureux de cette « réponse », il s’assoit sur le fauteuil libre d’à
coté. Je m’étais pourtant évertuée à faire fuir par des répliques
cinglantes et mesquines tous ceux qui auraient pollué mon air par une
trop grande proximité.

-Je crois que nous sommes partis sur de mauvaises bases…recommence t il, interrompant désagréablement mes pensées.

Il rougit légèrement… ?!

C’est peut être le regard plein de haine avec lequel je le fixe depuis
qu’il est assis dans le fameux fauteuil…tant mieux, moins il sera à
l’aise, plus il m’évitera, mieux je me porterai.
Et puis, c’est quoi ça ? Un serpentard devrait avoir le contrôle total
de son corps, et ne pas se laisser aller à des effusions corporelles
telles que le rougissement…

Je profite de cet instant de pause pour savourer ma victoire
prochaine…facile, il est vrai, mais une victoire reste une victoire.
-Regarde moi bien, Rosier…entre nous, il n’y a pas de bases, et il n’y
en aura jamais, et ce n’est pas avec l’unique neurone dont t’a si
généreusement doté la nature que cette situation risque de changer…
Je me lève avec un sourire froid et me dirige vers la sortie, savourant
pleinement la vision de son regard éberlué gravée dans ma rétine.

Adé me suit. Nous nous retrouvons dans le couloir et décidons
tacitement d’aller faire un tour dans le parc, pour ce qui est surement
un des derniers beaux dimanches de l’année.

-Tu aurais pu venir m’aider…
-Pour quoi faire ? Tu m’aides, avec Rosier numéro 1 ?

J’aime pas quand Adé marque des points, mais force est de constater
qu’elle n’a pas tort…Mais ça a toujours été très drôle de la laisser se
débrouiller avec Rosier. Il fait partie de cette race de garçon fort
heureusement assez rare, qui s’accroche même lorsqu’ils se font
repousser violemment. C’est pour cela que je n’avais pas vraiment eu de
problèmes avant l’arrivée du « Bruce ».

Les couloirs sont presque vides : la plupart des élèves profitant des
derniers beaux jours. Nous croisons une fille qui doit être en
troisième ou quatrième année. Elle n’a pas l’air très bien…
C’est son problème, après tout .
Nous poursuivons notre chemin lorsqu’elle pousse un cri qui trouble
notre marche impériale. Après un regard perplexe, Adé et moi nous
retournons. La fille en question a les yeux révulsés, on dirait qu’elle
fait une crise d’épilepsie…Nous sommes seules dans le couloir, mais
soudain, une voix caverneuse se fait entendre, paraissant lointaine…En
y regardant bien, il paraîtrait que cette voix sorte de la jeune fille.
« Celle qui conquerra le cœur du seul capable de vaincre l'ombre des
Ténèbres est celle qui naîtra lorsque mourra le troisième mois de
l’année suivant la naissance de l’Elu. Elle aura une crinière
flamboyante et sera seule fille d’Eve parmi sa fratrie. Elle devra
mourir plantée par une chaussure à talon, car elle perturbera l’Elu
dans sa tache…ce fait entraînera la mort par dépression du survivant,
et le monde basculera dans le chaos… »

Je regarde Adé, totalement atterrée.
-Adé, ôte moi d’un doute, la chose qui se roule par terre avec la voix
d’un mec qui aurait fumé depuis sa plus tendre enfance c’est un
humanoïde ?
-Il me semble Jet’, sans trop m’avancer, que la réponse est affirmative.
-Ah oui c’est vrai ! J’ai lu dans Sorcière Hebdo que la possession ferait fureur cette année…
-Ces gens qui suivent la mode comme des moutons… lâche Adé d’un ton blasé.

Après ce petit intermède fort divertissant, nous nous dirigeons vers le parc, laissant cette pauvre fille seule avec elle-même.
Cependant notre joie enfantine est de courte durée puisque nous
constatons que notre arbre fétiche est honteusement squatté par les
Maraudeurs et leur bande de groupies.
Soit.
Nous décidons tout de même de nous installer à l’ombre de ce grand
chêne dont les jeux de feuillage se marient si bien avec notre teint.
Bizarrement, un silence pesant se crée autour de nous.
Beh coué ?
Notre présence troublerait-elle leurs petits jeux de séduction ? Même
Potter daigne se déventouser de sa copine du jour, Sarah Connor,
laquelle nous lance un regard haineux. Je croyais que c’étais Lupin qui
avait ses faveurs à celle-là ? …tsss, aucune constance !
-Qui vous a permis de venir avec nous, lâche-t-elle d’un ton mauvais.
-On pourrait vous retourner la question ! dis-je avec un sourire sadique, sûre que cette réponse va les déstabiliser.
Certes, techniquement et en toute objectivité ( comme quoi nous savons
nous remettre en question !) c’est nous qui nous incrustons. Mais, car
il y a un mais, cet arbre a toujours été estampillé « domaine privé ».
Donc légalement ce sont eux les intrus.
Leur réaction est au dessus de mes espérances : un flot de piaillements vient envahir mes oreilles.

-Bah alors les filles, fallait nous le dire que vous vous interressiez
à nous, dit Potter. Avec vos qualités indéniables on ne pourrait rien
vous refuser…
Tout en disant cela il se fend d’une regard appuyé vers nos décolletés.
Qualités indéniables, mon œil, oui ! espèce de pervers !
Un silence consterné s’installe.
Je constate avec délectation le regard horrifié de Black, celui blasé
de Lupin et enfin le désespoir total de Connor. Les autres glousseuses
se contentent de porter la main à la bouche. Seul Pettigrow semble
l’approuver, hochant frénétiquement de la tête.
-Mais Jamesie ! s’écrie Connor d’une voix suraiguë, je croyais que j’étais la seule à tes yeux !
Lupin lève les yeux au ciel.
C’est dingue il a suffit d’une seule de nos répliques pour que la belle entente de toute un groupe vole en éclat.
Connor se lève, au comble de la vexation devant l’absence de réaction de Potter.
-Tu peux toujours courir pour que je vienne ce soir ! Tant que tu n’auras pas réfléchi à tes propos se sera niet ! Que dalle !
Et dans un tourbillon de bouclettes blondes Connor quitte les lieux,
bientôt suivie des autres glousseuses marquant ainsi leur solidarité
avec leur camarade.
-Pffff…soupire Potter ça fait une semaine qu’elle me fait poireauter pour cette soirée et je vais finalement me retrouver seul.
-Si tu tiens tant à ta soirée t’as qu’à aller t’excuser, conseille doctement Lupin.
-Ah ouais ! Pas bête ! Si je m’excuse elle va me tomber dans les bras
et ce sera encore mieux ! s’exclame-t-il avec une lueur libidineuse
dans le regard.
Aussitôt dit il se lève et court à la recherche de la gryff’ , suivi de loin par les trois autres.

Décidément ma petite phrase a été plus qu’efficace : en moins de cinq
minutes la place a été déserté. Epatées par notre exploit nous nous
auto-congratulons : vive nous !
-On va enfin pouvoir avancer notre enquête sur Rogue, dit Adé en sortant de son sac un parchemin vierge.
Après l’avoir tapoté de sa baguette les noms des septième année de
Serpentard apparaissent : Rogue ne daignerait pas accorder la moindre
importance à des élèves plus jeune. Question de fierté.

-Pour ce qui est des Rosier, on peut d’ores et déjà les éliminer….je
crois que nous sommes d’accord pour dire que Rogue ne pourrait
s’intéresser qu’à un mec ayant un minimum de cervelle et nos deux «
amis » en sont manifestement dépourvus…
-Dans ce cas, on peut réserver le même sort à Andrew Shepard me répond
Adé. Ce gard là est proche de l’homme de cro-magnon… Par contre, je
t’avoue que j’ai quelques doutes sur les préférences sexuelles de
Gregor Marshall. Avec ses airs efféminés et sa petite mèche dans le
vent il formerait un beau couple tous les deux…
Je ne peux m’empêcher de ricaner à l’image qui se présente à mon esprit.
-C’est vrai qu’ils iraient bien ensemble… mais tu oublies que Rogue se
fiche de lui depuis la première année en l’appelant le « pulmonaire » !
Adé jette un coup d’œil à la liste :
-Ca nous laisse William Hanson et Julio Copas…Concernant Hanson j’ai eu
tout le mal du monde à récolter des infos, ce mec est d’une timidité
maladive. En plus il est trop zarb, je l’ai surpris en train de
murmurer tout seul « Hum Bop ! »
-Hum Bop ?
-Encore un possédé, laisse tomber, ça peut pas être lui, répond-elle.
-Ne reste plus que Julio Copas dis-je. J’ai déjà testé il se défend pas
mal : il a oublié d’être bête et niveau physique on ne peut pas lui
reprocher grand chose…En plus ils s’entendent plutôt bien, c’est assez
rare pour être noté. J’imagine bien Rogue craquer pour lui, il a
suffisamment de charisme et est hautain à souhait.
-En même temps je ne suis pas sûre qu’il est besoin d’un philtre
d’amour pour le mettre dans son lit. Tout Poudlard est au courant que
Copas est plutôt ouvert à toute expérience…Mais le problème c’est qu’il
ne nous reste plus personne, faudrait élargir nos recherches, conclut
Adé.
-On a peut-être éliminé trop rapidement les autres maisons…
Adé me lance un regard perplexe. Nous nous repenchons sur le parchemin mais le problème reste insoluble.

Nous finissons par rentrer au château décidées à mener notre enquête
chez nos petits camarades de Poufsouffle, Serdaigle et Gryffondor.
Je laisse Adé retourner à la salle commune tandis que je me rends à la
bibliothèque. Une heure plus tard j’en ressors un livre à la main :
cette potion de Felix Felicis m’a l’air fort interessante !
Je suis en train de faire le point sur les ingrédients que je possède déjà lorsqu’un bruit derrière moi me fait me retourner.

Rien.
Etrange.

J’ai pourtant une drôle d’impression qui persiste tout le long du chemin comme si quelqu’un lisait au dessus de mon épaule.

Lorsque je rejoins notre dortoir Adé m’apparaît soucieuse.
-Jet’ tu déteins sur moi, je deviens parano…j’ai la désagréable sensation d’avoir été suivi.
Je lui lance un regard interloqué.
-Toi aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 30 Mar - 14:31


Chapitre 6 : Opération séduction


POV Peter



Et merde….

J’suis sûr qu’elle m’a repéré…

J’veux pas qu’elle découpe ma cape ! ! ! Rémus m’a dit qu’il en avait
fait des cauchemars pendant des nuits… Et puis qu’est-ce qu’il fait ?
Ca fait une heure que je l’attend dans le hall ! Il devait suivre
Donleavy, j’espère qu’il ne lui ai pas encore arrivé un malheur…

Tiens, en parlant du loup ( garou huhu ! ) le voilà qui arrive. Pas trop tôt !
Il a l’air passablement désespéré.
-Alors ? je lui demande.
-Une armure…
-Quoué ?
-Je me suis pris une armure… forcément elle m’a grillé… Quand je pense
que j’avais pris la cape invisible pour faire plus discret, tu parles
d’une réussite. J’suis foutu : entre la rousse hystérique et la brune
ultra suspicieuse je vois pas comment je vais m’en sortir… Queudver,
j’en peux plus, je craque, comment on va faire !

Pourquoi c’est toujours moi qui doit répondre à ce genre de questions insolubles ?
J’ai jamais vu Rémus dans cet état là. Lui qui maîtrise toujours tout
il a l’air passablement désemparé face à ces deux filles. Et c’est pas
avec James toujours occupé avec ses multiples conquêtes ni Sirius qui
boude dans son coin qu’on va réussir à obtenir des informations sur
elles… On est vraiment mal barré. Franchement, Dumbledore aurait pu
trouver d’autres pigeons pour cette mission !
Nous rentrons à la salle commune bien décidées à prendre entre quatre
yeux les deux déserteurs. Nous somme accueillis par des
braillements…c’est encore James qui fait son numéro.
-Mais enfin Sarah, tu peux pas me faire ça ! ! C’est maintenant que j’ai besoin de toi ! !
-Je sais que c’est dur pour toi mais comprend ma position ! Tu as du
manquer d’amour dans ton enfance pour agir comme ça mais c’est pas en
allant voir à droite et à gauche que tu trouveras une constante dans ta
vie ! Je sais que c’est moi que tu aimes mais j’ai besoin de preuves,
tu comprends ?

Oulahhh…..

Comment il va s’en sortir ce coup ci ? Il l’a vraiment bien embobiné celle-là, je vois pas comment il va s’en sortir.
Ah ! Joli coup de la part de James Potter ! Il s’écroule sur le canapé
et plonge son visage entre ses mains. Et l’on assiste à une superbe
victoire par KO, elle se précipite vers lui en s’excusant.
Faudra vraiment qu’il me donne ses techniques, elles fonctionnent à tous les coups….
Leur réconciliation buccale est de courte durée, Rémus vient les interrompre, à bout de nerfs.
-JAMES POTTER ! Dans le dortoir tout de suite !
D’un même mouvement il embarque Sirius qui tentait vainement de se
fondre dans le canapé. Un silence étonné tombe sur la salle. Un mythe
bien de tomber : non, Rémus Lupin n’est pas parfait, il peut lui aussi
perdre son sang froid. Heureusement qu’aucun Serpentard n’a assisté à
la scène…
Des regards interrogateurs se posent sur moi, j’hausse les épaules et
les suit dans le dortoir. Une fois la porte fermée Rémus laisse libre
cours à sa colère.

-J’en peux pluuuuuuus ! Je craque totalement ! C’est même pas la peine
que j’essaie de m’approcher d’elles, c’est foutu d’avance !
-Non, c’est pas vrai ? T’as craqué sur une fille ? ! s’écrie James tout content.
-Oui je craque et vous ne m’aidez pas !

Oh Oh …
Je ne crois pas qu’ils parlent de la même chose ….
Je regarde Sirius qui a l’air tout aussi enthousiaste que James. J’interviens ? Oh et puis non qu’ils se débrouillent tout seul.

-Je t’aiderai à trouver à trouver une technique si tu veux ? propose James.
Rémus sort littéralement les crocs.
-T’aurais pas pu me proposer ça avant ? Maintenant Donleavy m’a grillé !
-DONLEAVY ? ? ! ? s’écrie Sirius. C’est quoi ce nouveau délire … il lui
lance un regard dégoûté. Tu me déçois, je ne pensais pas qu’une nana
pareille pourrait t’intéresser.

De son côté, James, après un instant de flottement, affiche un sourire éclatant.
-Mais t’as raison mec ! Elle est géniale c’te nana ! …

Qu’est ce qui lui prend ?

-…et t’as vu la poitrine qu’elle se paye ! C’est une valeur sûre !
C’est clair que si j’avais une chance avec elle j’hésiterais pas une
seconde !

Ah, je comprend mieux …c’est l’appel des hormones …

Rémus s’écroule sur son lit, avec un long gémissement.
-Mais qu’est ce que j’ai bien pu faire pour mériter deux crétins pareils ?
-Tu t’intéresses à Donleavy et c’est nous que tu traites de crétins !
s’énerve Sirius qui n’a toujours rien compris. T’as vraiment perdu la
tête, c’est une serpentarde !
-Queudver, j’ai pas la force de leur expliquer…
Je lui tapote la tête en signe de réconfort.
-Je m’en charge Lunard. Vous vous souvenez que Dumbledore est venu nous
voir pendant les vacances ? Qu’ils nous a donné une mission ? …On est
sensé surveiller Flannaghan et Donleavy pour savoir de quel côté elles
sont … On se tape tout le travail depuis le début et là on commence à
en avoir marre ! C’est vrai quoi ! Elles sont super méchantes et on
sait pas comment s’y prendre !
-C’est vrai ça qu’elles font peur … murmure James les yeux dans le
vague. Je me rappelle qu’en 3ème année quand je leur avais demandé de
m’accompagner au bal : elles n’avaient même pas pris la peine de me
répondre… J’étais tout vexé …
-T’aurais du t’en douter, on peut rien attendre d’autre de serpentardes !
Sirius et sa haine inconditionnelle des serpentards…
Je dirai qu’il fait comme un rejet de son éducation. Classique chez les adolescents.

Rémus étant sur le point de rendre l’âme James et Sirius semblent enfin prendre conscience de son état de désespoir profond.
-Allez Lunard ! T’en fait pas on va prendre les choses en main, déclare solennellement Sirius.
-OUAIS ! s’enflamme James, tant qu’on est tous ensemble on peut le
faire ! C’est pas de vilaines serpentardes qui viendront à bout des
Maraudeurs !
-Faut qu’on trouve un plan infaillible ce coup ci, dis-je.
Suit un silence concentré.
-Beh puisque les suivre n’a rien donné on peut toujours essayer d’approcher les autres filles de leur maison, non ?
-Ouais pas mal comme idée Queudver, dit James. En plus, je me rappelle
que je plaisais bien à Carvey. Il me semble qu’elle est aussi en 7ème
année. Sûr qu’elle ne pourra rien me refuser !

Rémus émerge enfin de son tas de coussins, le regard à nouveau plein de
détermination. Ah ! revoilà le Lunard qu’on aime ! Je me faisais du
souci. Et puis je ne me voyais pas canaliser les deux autres à sa place…

-Queudver, tu continueras à les suivre sous forme de rat. Ca peut
toujours servir de savoir où elles vont et qui elles voient, dit-il.
-J’ai pas l’impression qu’elles soient très sociables, dis-je, sceptique.
-Tutut ! Ca peut nous servir. Cornedrue, tu mets Carvey dans ta poche, tu ne devrais pas avoir de mal. Patmol …. ? Une idée ?
-Je suppose que les suivre sous forme de chien c’est pas envisageable ? demande-t-il avec une lueur d’espoir dans les yeux.
-Non Patmol, je ne crois pas… répond Rémus.
-Bon, j’aurai essayé… je ne vois plus qu’une seule solution, alors…. Il
prend une grande inspiration et sort d’une voix d’outre-tombe : faire
le sacrifice de ma personne !

Trois paires d’yeux de fixent sur lui, interloquées.
Le petit sourire en coin et l’ai sadique qu’il arbore en regardant Rémus ne me disent rien qui vaille.
-Ca a l’air de bien fonctionner avec Flannaghan, je te la laisse… moi je m’occupe de Donleavy.

Ricanement général.

-Roh arrêtez un peu avec ça les mecs ! dit Rémus en rougissant. Tout ça
pour une cape… Faudrait voir à vous renouvelez, ça fait une semaine que
vous me ressortez toujours la même blague !
-Oh ça va, te plains pas, moi je dois me taper Carvey et ses yeux de merlan frit, râle James.

Nouveau ricanement général.

-Finalement c’est Queudver qui a le beau rôle. Veinard va !
-C’est ça…plaignez vous d’être beaux gosses, dis-je amer.
Rémus me donne un petit coup de coude.
-Allez… tu préfèrerais avoir ma tête de déterré 24h/24h ? ! L’autre jour Rogue m’a même traité de mort-vivant.
-Wah l’insulte ! Z’y va le mort-vivant ! Il t’a cassé ! sort soudain James, hilare.

Je crois qu’il tente de communiquer…
-Avant de mettre au point les détails du plan je crois qu’il nous
manque quelque chose, s’écrie Sirius en se précipitant vers sa valise.
Il en sort victorieusement une bouteille de…
-Whisky pur feu ! ! Buvons au succès de la mission « Opération Séduction » ! !

[…]


Rohlala …j’ai eu de ces barres dans le crâne ce matin …
Je me masse les tempes en repensant à hier soir. Sacrée fiesta … Il me
semble bien qu’on en était arrivé à se donner des noms de code…
Les autres émergent à leur tour.

-Alors petit lapinou rose, demande James à Sirius d’une voix doucereuse, bien dormi ?
-Rooh non ! grogne Sirius en se cachant sous sa couette. Vous voudriez pas qu’on oublie ça… ?


AHAHAHAHAH !



En même temps je viens de me souvenir de mon nom de code…Il est pas
beaucoup plus glorieux. Finalement, ce serait pas plus mal de zapper
cet épisode. A voir les sourires qui s’effacent progressivement des
visages de James et Rémus, j’en déduis qu’ils se font les mêmes
réflexions.
-Ca marche pour moi, dis-je.
Tout le monde acquiesce…
-OK, donc on en parle plus ! s’écrie Sirius soulagé.
-Eh les gars, je vous signale qu’il est déjà 7h15. Si vous voulez avoir
le temps de déjeuner avant les cours, vous avez intérêt à vous
dépêcher, intervient Thomas Jefferson, l’autre occupant du dortoir avec
Richard Strong.
Nous nous précipitons tous en cœur vers la salle de bain…

Arrivés dans la grande salle, nous constatons que la plupart des élèves
ont déjà quitté les lieux. Cela n’empêche pas Flannaghan et Donleavy de
murmurer dans leur coin des saletés sur ceux qui restent. Et dire qu’on
va devoir les approcher…
-On a cours avec elles aujourd’hui, ça va être l’occasion de mettre en
place la phase A de notre plan , dit Sirius en se penchant vers nous,
l’air conspirateur.
Je leur murmure :
-Vous avez intérêt à me faire un rapport complet ce soir.

Comme je veux travailler au Ministère j’ai trouvé plus intéressant de
choisir l’étude des Moldus et l’histoire de la magie, alors que les
autres ont pris potions et botanique. James et Sirius pour leur
formation d’auror et Rémus parce qu’il envisage de devenir médicomage.

Après un petit déjeuner bien consistant, nous rejoignons nos salle de cours respectives.
-On se voit ce soir, Queudver ! lance James.


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


POV Sirius


-Alors Lunard, prêt à affronter ta Dulcinée ?
Rémus me lance un regard haineux auquel je répond par un clin d’œil amusé. Quelqu’un me barre soudain le passage.
-Sirius, faudrait que je te parle. On pourrait se voir après les cours ?

J’ai même pas envie de répondre …
C’est qui cette fille ? Je jette un vague coup d’œil vers son écusson :
Poufsouffle. Elle doit être en 5ème ou 6ème année … Et puis le groupe
de nanas qui gloussent derrière en attendant ma réponse ça a le don de
m’exaspérer.
-Tu vois pas que je suis occupé ?
Je continue mon chemin tandis que Rémus me lance un regard accusateur.
-Quoiiiii ? C’est toi qui m’a dit de me concentrer sur ma mission, alors me fait pas la morale. Elle va pas en mourir …

J’aperçois alors Carvey un peu plus loin devant nous.
-Hé Cornedrue ! Regarde y a ton objectif là bas !
-Ouais, non, je m’en charge cet aprem’. Ce matin j’ai un objectif bien plus stimulant !
On parie combien qu’il parle d’Evans ?
-… Lily !
Trop facile, je le connais par cœur.
Il nous laisse en plan et se dépêche d’entrer dans la salle de cours pour être sûr d’être assis à côté d’elle.

Flannaghan et Donleay daignent enfin nous faire l’honneur de leur
présence. Il est temps pour nous de passer à l’action. Rémus lance
discrètement un sort de cracbadaboum sur le sac de Flannaghan dont le
contenu s’étale par terre.
-Oh, c’est pas vrai ! s’écrie-t-elle en se penchant pour ramasser ses
affaires. Jet’, je te rejoins dans deux minutes. Garde moi une place.
Le plan fonctionne comme prévu.
En même temps qui en douterait ?
Rémus se précipite pour l’aider tandis que j’emboîte le pas à Donleavy.
J’ai le temps d’entendre la réaction plein de reconnaissance de la
serpentarde.
-Désolée de te décevoir Lupin mais je ne me sens pas l’âme d’une jeune fille en détresse, alors lâche moi.
Pauvre Rémus, je lui souhaite bien du courage.
Bon, à nous deux Donleavy ! Je m’avance d’un pas conquérant vers la
place laissée libre à côté d’elle. Le regard qu’elle me lance est rien
moins qu’aimable … Respire un bon coup Sirius, ça va aller !
-Si tu n’y vois pas d’inconvénient Black, je préfère la douce compagnie
d’Adénora plutôt qu’avoir à supporter ton charisme animal.



En fait, non, ça va pas… Contrôle toi Sirius, l’insulter n’aiderait pas
la mission. Plus vite j’en serai débarrassé mieux je me porterai. Je
fixe stoïquement le tableau noir tandis que des murmures surpris
s’élèvent autour de nous.

-Je ne savais pas que la surdité faisait partie des qualités des Gryffondors…
-Et les Serpentards, tu crois que… !
Je suis coupé dans mon élan par des éclats de voix.
-Mais tu vas me rendre mon sac oui ! s’exclame Flannaghan.
-Mais c’était pour t’aider !
-Tu crois vraiment que j’ai besoin de l’aide de quelqu’un ? !
Slughorn intervient :
-Miss Flannaghan, Mister Lupin ! Quand on arrive en retard on se fait
discret ! Il reste une table au fond de la classe, dépêchez vous de
vous installer ! Où j’en étais ? Ah oui, la préparation complexe de la
potion de lévitation. Elle s’étalera donc sur deux semaines, nous lui
consacrerons les quatre prochaines séances. Vous travaillerez en
binôme, je veux du calme et de la concentration.

C’est pas vrai, je vais devoir bosser avec elle ! Moi qui pensais que ce serait rapide !
Rémus affiche le même air désespéré que moi. Malgré l’horreur de la
situation, je ne peux pas m’empêcher de rire tout bas devant le
charmant tableau qu’il forme avec Flannaghan. Seul James semble
enthousiaste. Allez savoir pourquoi, Evans ne paraît pas partager ce
sentiment…

Deux heures plus tard, Rémus et moi sortons épuisés du cours. James nous rejoint, tout exité.
-Elle m’a dit « à la prochaine » ! C’est un signe ça, non ?
Je lui lance un regard écœuré.
-James… tais toi, pour le bien de notre amitié, tais toi…
-Beh quoi ? Vous êtes pas cool les mecs, c’est mon bonheur qui est en jeu !
-Tu sais ce que je viens de vivre ces deux dernières heures ? Un
calvaire ! J’ai du rester assis sans rien dire à côté d’une serpentarde
qui critiquait le moindre de mes gestes ! Et gnagnagna coupe plus fin …
gnagnagna…. T’es un boulet… gnagna….J’ai rarement ressenti une telle
envie de meurtre !
-Toi au moins elle t’a parlé ! dit Rémus la tête basse. Moi elle m’a
superbement ignoré pendant tout le cours… Comment tu veux que je la
séduise ?
-Faut persévérer les mecs, intervient James, arrachant un soupir à Rémus. Regardez faire le pro et prenez en de la graine !

Il rattrape Carvey qui marchait juste devant nous.
-Eh Alicia !
Elle se retourne l’air méfiant.
-Qu’est ce que tu veux, Potter ?
Il lui passe le bras autour des épaules.
-Eh ! Pas la peine d’être agressive ! répond James de son ton le plus
charmeur. Je me disais juste que ça faisait longtemps qu’on n’avait pas
discuté tous les deux.
Carvey, légèrement troublée, murmure en rougissant.
-C’est vrai que ça fait longtemps…
-Tu voudrais pas qu’on se retrouve après les cours ?
-Bon… puisque t’insistes, c’est ok.
Il a vachement eu a insister… Elle a vraiment rien pour elle, celle-là.
Non seulement c’est uen serpentarde mais en plus elle est conne. C’est
dégueulasse, nous on doit se taper les frigides et lui, il n’a qu’à
claquer des doigts !
-Alors on se retrouve à 18h dans le hall, lui lance James avant de se
tourner vers nous avec un sourire triomphant. Alors, des questions ?

Je le déteste …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 30 Mar - 14:32

Bonus 2 : L'alcool est mon ennemi, fuir mon ennemi est lâche.


C'est re-nous!! Voila le 2ème bonus, pour notre plus grand plaisir.
Comme pour le premier, il faut savoir qu'il ne fait avancer en rien
l'histoire de nos deux héroïnes...on a juste jugé intéressant d'en
savoir un peu plus sur ce que les maraudeurs sont capables de faire
lors de leurs petites...réunions...bref. On a vraiment déliré à le
faire, on espère que vous pourrez rentrer dans notre trip, et que vous
rirez autant que nous...
On vous avait prévenu...ca peut tomber à n'importe quel moment...

Enjoy!

Pitit rappel de l'épisode précédent...

- Avant de mettre au point les détails du plan, je crois qu'il nous
manque quelque chose, s'écrie Sirius en se précipitant vers sa valise.
Il en sort victorieusement une bouteille de ...
- ... Whisky Pur Feu!!! Buvons au succès de la mission "Opération Séduction"!



P.O.V. Rémus


- Ouaiiii! Hurle James, moi aussi j'ai une petite surprise pour vous!
Il se rue également sur son sac. J'ai ramené ça d'Espagne,
continue-t-il en balançant 2/3 paires de chaussettes. TADAMMM! Tequila!
Il entame une petite danse en chantonnant un air de samba...j'hésite à
lui dire que la samba, c'est pas espagnol...mais il a l'air tellement
heureux...
- Alors, vous allez vous y prendre comment? demande Peter tout en se servant une large rasade de whisky.
- Tout est une question de subtilité, répond James l'air expert
Sirius a atteint son rythme de croisière ; il en est déjà à son quatrième verre et grommelle pour lui-même :
- C'est pas une serpentarde qui va me faire peur. Tu vas l'avoir, Sirius, tu vas l'avoir...
Je décide donc de leur exposer mon idée...


[...]


- Hinnnnnn! Trop nul! Il me manque des doigts pour compter combien de verres j'ai bu! C'est vraiment mal foutu le corps humain!
- Bah t'as qu'à ajouter tes doigts de pieds, me répond James en ricanant.
- Tu m'éblouis de ton intelligence supérieure, Cornedrue! T'es mon pote, toi, s'écrie Peter.
- Ouai moi aussi je vous aime les mecs!! dit James.

Nous trinquons tous les trois. Trois?! Beh il est où le quatrième? Patmoooool??
Nous le découvrons gisant sur son lit, fixant intensément le plafond
comme s'il allait lui révéler la vérité sur l'existence humaine. Il
s'anime soudain :
- LAPINOU ROSE!!!
...
...
"Nieh?" est la seule réaction que nous sommes capables de lui fournir.

- Oui, à partir de maintenant, pour tout ce qui concerne la mission
'pération 'duction, je serai connu sous le nom de code "Lapinou rose".
Je porterai une cape rose qui se mariera à la perfection avec mon
caleçon fushia!

Nous mettons quelques temps à intégrer l'information.

...
Mais c'est une super idée, ça, de se donner des noms de code! Comme ça on passera inaperçu!
Faut que je trouve un truc classe et évocateur...
James a attrapé la bouteille de Téquila et la fixe droit dans les yeux :
- Just for you, Baby. Je te dédicace mon nom de code. Je serai mondialement connu en tant que "Tequila boum boum".
Il accompagne cette déclaration d'une petite
pirouette...malheureusement pour lui, il s'étale lamentablement par
terre. NIAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHHHH!!!

- Eh les gars! j'en ai un moi aussi, s'écrie Peter. Il prend l'air
solennel, le regard dans le lointain. Moi je serai
celui-qui-court-dans-la-plaine-tel-un-taureau-ailé. Ou pour faire plus
court cqcdlatuta, comme vous préférez...

La pressionnnnn! Il reste plus que moi! Vite, vite, inspiration! Muuuuuses, viendez à moi!
Hiiiiiiin...j'ai vu un truc à la lévision moldue cet été. C'était une
série trop classe! Comment ça s'appelait déjà? C'était un héros avec
pleins de méchants, il les tuait tous avec son épée...trop classe...
Ah oui!

- XENA LA GUERRIERE!!

Peter me regarde en fronçant les sourcils.
- Beh, si c'est "guerrière", c'est pas une fille?
- Possible, je répond, mais là n'est pas la question.

Pendant ce temps, Sirius continue à interpréter à la perfection le rôle de lapinou rose
- Tremble, vile carotte issue de Satan! Lapinou rose arriiiiive!!
Il bondit de lit en lit le bras en avant.

- Je viens de penser à un truc horrib' les gars, gueule James. REUNION D'URGENCE!!!

Nous nous précipitons au centre de la pièce et nous penchons les uns vers les autres.
- Si on garde nos vêtements, on va nous reconnaître! Et notre vie et
celle de nos proches sera en danger! Je propose d'agir à poil!

Acquiescement général.
-Prêts? ACTION! DISPERSION!

Mon pantalon fait de la résistance, mais j'en viens à bout! Victoire!
Nous bondissons tous joyeusement à travers la pièce, libérés de toute
contrainte matérielle. Sirius semble inspiré et se met à chanter. Nous
nous asseyons bien sagement pour l'écouter :

- Quand les cris de femmes
S'accrochent à mes larmes je sais
Que c'est pour m'aider
A porter tous mes chagrins
Et je me dis qu'elles rêvent
Mais ça leur fait du bien

A coups de poings dans l'âme
J'ai trouvé la trame qu'il faut
Pour mourir célèbre
Il ne faut rien emporter
Que ce que les autres
N'ont pas voulu garder



Entrainés par le rythme, nous nous levons et entamons une chorégraphie super synchronisée!!! On a trop la classe!


- C'est pour ça qu'aujourd'hui
Je suis fatigué
C'est pour ça qu'aujourd'hui
Je voudrais crier

Je n'suis paaaaas un héros
Mes faux pas me collent à la peau
Je n'suis paaaaas un héros
Faut pas croire ce que disent les journaux
Je n'suis paaaaas ...


Richard et Thomas entrent à ce moment là dans la pièce. Ils semblent
quelques peu étonnés par la scène qui s'offre à eux... Me demande bien
pourquoi?!?
- Mais qu'est ce qui vous prend! Vous avez vu dans quel état vous êtes?
Mais vous êtes complètement bourrés! observe avec pertinence notre ami
Richard.
Nous nous efforçons d'avoir l'air piteux.
- Vous savez pas que l'alcool tue lentement? nous sermonne Thomas
...
- On s'en fout on n'est pas pressé! s'exclame James, tout content de sa trouvaille.

THE END
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nor Mordaunt
avatar
Sorcier confirmé
Féminin
Age : 29

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Dim 30 Mar - 16:14

J'avais oublié ce dernier bonus XD Bien trouvé quand même cette dernière réplique....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Sam 29 Nov - 19:11

Voilà voilà, après quelques (hum...) mois de pause qui étaient essentiels à la bonne continuation de la "chose", je continue à poster ici. Sachant que sur le site twwo, la fic est à jour (chap 11, bonus 5). Et pour la énième fois : n'hésitez pas à nous (c'est une coécriture...non, je n'en suis pas encore à me nounoyer) faire part de vos remarques, ici ou ailleurs.
Bonne lecture Wink


Chapitre 7 : Contact avec les mortels




POV Adénora



-J’ai vraiment du mal avec cet exercice de potions. T’as mis quoi toi pour la question B ?
-Bah c’est simple si tu mélanges des racines de baobab avec un bézoard
tu obtiens l’antidote à la potion de défiguration. Et puis si en plus
tu ajoutes…

Exaspérée, Jet’ se retourne et lance un regard assassin aux dindes de la table d’à côté :
-Au cas où votre cerveau n’aurait pas enregistré l’information, on est dans une bibliothèque ici…
Interloquées, les-dites dindes se taisent. Ahh ! Ca fait du bien quand
ça s’arrête ! Sur le visage de Jet’ s’affiche le même sourire de
contentement intense. Mais ce bonheur est de courte durée, de furieux
chuchotements retentissant bientôt à nouveau dans la salle :
-Regaaaarde Mary ! C’est Sirius et Rémus !
-Oh c’est pas vrai ! Je rêve !

Mais comment peut on être aussi cruche ? Je jette un regard désespéré à Jet’ qui me le rend bien.

-Je ferai n’importe quoi pour aller au bal avec Rémus ! T’imagines pouvoir me blottir dans ses bras… Whaaaa …
-Non, moi ce que je préfère chez lui c’est ses yeux noisettes ! Il a un regard tellement envoûtant…

Elles vont se le découper ou quoi ? Pauvre garçon…

-Sirius a quand même vachement plus de classe…
-Arrêtez, arrêtez, ils viennent vers nous !

Le silence retombe, uniquement troublé par quelques gloussements convulsifs.

-Vous nous avez pas trop attendus, j’espère ? demande Sirius avec ce petit sourire charmeur qu’il met à toutes les sauces.
Sous les regards déçus de nos si adorables voisines, les deux Maraudeurs s’installent à notre table.
-Alors Flannaghan, comment on va s’organiser pour travailler ensemble ? demande Lupin.


Travailler ensemble…
….
C’est à dire partager des moments complices au dessus de vieux grimoires ?
Il va être déçu…
Je lui tends sèchement le parchemin que je viens de rédiger.
-J’ai fait deux colonnes, ça c’est ton boulot. Pour bien que tu repères, j’ai mis des petites fleurs histoire de pas de dépayser.
-Et…les quelques lignes sur le côté … ?
-Ca ? C’est ma colonne.
Avant qu’il ait eu le temps de se rebeller, j’enchaîne :
-Tu as un problème avec ma manière de répartir le travail, peut-être ?
-Euh…. C’est à dire…Pour moi travailler en binôme c’est plus voir les choses ensemble… Enfin, tu vois…Pas chacun de notre côté…
-Bah à priori on n’a pas la même vision des choses, Lupin.
Cette dernière réplique lui ayant rabattu le caquet, il me regarde,
dépité. Black semble considérablement refroidi par la tentative avortée
de son petit camarade. Il lance tout de même à Jet’ un regard chargé
d’espoir :
-Et toi, tu as la même vision des choses ?
Un large sourire sadique apparaît sur son visage.
-Tiens, ta feuille de route, finit-elle par lui dire en tendant son parchemin. Je pense que vous pouvez disposer maintenant.
Sans plus donner d’importance à leur présence, nous nous re-concentrons sur notre travail.
-Je crois que t’as mal compris, Donleavy, lance Black, quelque peu agressif, travailler en binôme, ça veut dire à deux !
-C’est vrai, c’est valable pour toi aussi Flannaghan, renchérit Lupin.
-Tu sais que ce que tu viens de dire me fait beaucoup de peine, Mumus ?
dis-je d’une voix mielleuse et en papillonnant des yeux. Moi qui
pensais qu’on allait travailler dans la joie et la bonne humeur.
-Voyons Adé, ne sois pas aussi sensible, dit Jet’ en me tapotant
l’épaule d’un air compatissant. Regarde dans quel état tu me la mets «
Mumus » !
Black ne semble pas apprécier nos talent théâtraux :
-Vous avez fini votre cinéma ? !
-Je te rappelle Black, que c’est à cause de toi qu’on doit travailler
ensemble. Alors si t’es pas content fallait y penser avant, répond
Jetna.
Après un léger moment de crispation, Black semble se détendre. Tout en
la regardant droit dans les yeux, il lance avec un sourire espiègle :
-Bon, je te l’accorde, pour le coup tu as raison. Et maintenant ?
-De toutes façons, j’aurais du repasser derrière toi pour vérifier les
âneries que tu aurais pu écrire alors autant qu’on bosse directement
ensemble.
Black affiche une mine victorieuse et reprend ses manières de
séducteur. Lorsque je me tourne vers Lupin, celui-ci me supplie du
regard. Je capitule :
-Bon, d’accord, mais à deux conditions. Tu gardes ta colonne et t’arrêtes de me regarder avec ces yeux de chien battu.

Deux heures plus tard, nous ressortons de la bibliothèque, débarrassées
de ces deux boulets. Soyons objectives, ils ont quelques qualités mais
franchement pas de quoi en faire tout un pataquès.
-Adé, je trouve qu’en ce moment on fait preuve de beaucoup de
mansuétude. Tu te rends compte que je suis presque arrivée à supporter
l’idée de passer deux heures avec les Maraudeurs !
-Certes, Jet’, certes… Je suppose que c’est cela s’ouvrir au monde :
connaître l’autre et prendre conscience de la supériorité infinie de
notre être…

C’est le cœur et l’esprit remplis de bonnes résolutions que nous arrivons devant notre salle commune.
Tiens qu’est ce que Potter fout ici ?

-JAMES ! ! !
Une tornade faite de bouclettes blondes nous passe sous le nez.
-J’ai tout vu ! ! Je t’ai suivi dans le parc quand t’étais avec Carvey ! !

Ouais, non finalement, y a des « autres » qui ne méritent pas d’être connu… Ne serait-ce que pour notre équilibre personnel.
Potter a l’air passablement embarrassé :
-Mais non Sarah, c’est pas ce que tu crois…
-Tu me prends pour une imbécile ? !

En cela Potter se montrerait pertinent…

-Comment peux-tu me faire ça ? Me tromper avec une Serpentarde
! Si tu me surprenais avec…euh…je sais pas moi… Rosier par exemple ! Tu
dirais quoi, hein ? !

Si elle pouvait m’en débarrasser de celui-là ça m’arrangerait bien.
Peut-être même qu’elle remonterait dans mon estime… Ah, bah non, ce ne
sera pas pour cette fois : sur un dernier braillement, elle gifle
Potter et s’en va en courant, la morve au nez.
-JE TE DETESTE ! ! !
-Attends Sarah ! Je vais t’expliquer !

Mooooon Dieu…

Bon, y a plus rien à voir. Le spectacle étant terminé, nous rentrons
dans la salle commune. Mais le show continue : arrivées au dortoir,
nous tombons sur Carvey en train de parader.
-Qu’est ce que je vous disais les filles ? Potter est fou de moi, je n’ai qu’à claquer des doigts pour l’avoir !
Elle nous lance un regard triomphant tout à fait consternant. Je ne
vois vraiment pas ce qu’il a de glorieux à se faire peloter par Potter…
C’est le cas de la moitié des filles de cette école…
Nous préférons nous éloigner de la triste scène.

-Tu ne trouves pas ça bizarre que le même jour trois des Maraudeurs se
rapprochent des Serpentards ? me demande Jetna, l’air sombre. Tout
d’abord Lupin, puis Black et maintenant Potter…
-Jet’, t’en fais trop ! Depuis quand il faut chercher une logique derrière les agissements des Gryffondors ?
-Ouais, mais là quand même t’avoueras que c’est gros… Je te rappelle
qu’il y a quelques semaines les mêmes Maraudeurs nous classaient au
rang des « génies du mal ». Et maintenant ils essaient de faire
connaissance ? !

Effectivement…

-T’as raison Jet’, c’est louche et ça ne me dit rien de bon. S’ils
pensent qu’on va se laisser avoir par des manœuvres aussi bidons ils
vont être déçus.
-Il faut absolument qu’on trouve un moyen de savoir ce qui se trame.

Nous passons une bonne partie de la nuit à mettre au point notre plan et décidons d’agir dès le lendemain.

Les deux premières heures de sortilège sont un véritable calvaire.
Connor est particulièrement en forme… On pourrait croire qu’avec les
cris hystériques qu’elle a poussés hier elle serait atone ce matin. Mais
non, elle sort connerie sur connerie. Même le professeur Flitwick,
pourtant très patient, ne semble plus pouvoir la supporter.
Et dire que l’on va devoir priver l’humanité d’une telle merveille de
la nature pendant quelques heures, c’est bien triste… NIERK !
Jet’ et moi excellons dans le rôle des prédateurs suivant pas à pas
leur future proie, si innocente et naïve. Plus j’observe Connor et plus
je suis sidérée par tant de bêtise réunie en un seul être…. Cette fille
n’a aucune dignité. Alors que la nouvelle de Carvey/Potter a déjà fait
le tour de Poudlard et qu’elle est très officiellement cocue, la voilà
en train de bavouiller dans le cou de son très fidèle « Jamesie ». Le
niveau baisse encore d’un cran (si, si, c’est possible) avec ses
copines. Attroupées autour de « Sorcière et Jolie », le magazine
ramenée par l’une d’elle, elles poussent des piaillements à faire
trembler les fondations de l’école… Pitoyable….

Heureusement, l’heure de l’action est proche.

Lorsque, accompagnée de Baker, elle prend la direction du parc, nous leur emboîtons silencieusement le pas, baguette en main.
Cette habitude qu’elles ont de s’éclipser pour se raconter leurs petits
secrets à l’abri des oreilles indiscrètes (ce qui a longtemps alimenté
certaines rumeurs…) nous facilite grandement la tâche.
Le piège se referme au moment où elles prennent la direction d’un
bosquet à l’orée de la Forêt Interdite. Personne ne vient jamais par
ici : c’est le moment ! Jetna murmure rapidement un wingardium leviosa
sur une grosse branche qui se trouve à nos pieds et la fait léviter vers
les deux Gryffondors… Celle-ci retombe « malencontreusement » sur leur
tête, les assommant du même coup.
Voilà un travail comme je les aime, propre et bien fait ! Notre plan fonctionne comme sur des roulettes.
En même temps, qui en douterait ? C’est nous.
Nous nous approchons, méfiantes. Les dindes ont la peau dure. Nous les
tâtons prudemment du pied. Pas de réaction. Après avoir enfilé des
gants, question de précaution, nous prélevons une mèche de cheveux sur
chacune d’elle.
Je sors alors précautionneusement de mon sac un flacon de polynectar, pioché dans la réserve personnelle de Jetna.

-Adé, j’peux pas ! me dit soudain Jet’.
-Hein ? Pourquoi ?
-Des boucles blondes ! Je vais avoir des boucles blondes ! Je ne m’en remettrai pas !
-Et tu préfères laisser les Maraudeurs tenter de nous manipuler ?
dis-je. Et puis t’es pas curieuse de voir à quoi peut ressembler le
Q.G. des Gryffondors ? Allez, à la tienne !

Et sans plus attendre nous avalons nos verres cul sec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Sam 29 Nov - 19:34

Je me demandais si je devais poster ce machin. Pis finalement, je me suis dit que s'il y avait des talents capables de grandes choses, c'était ici. Voilà, comme ça, vous avez tout le processus réflexionnaire d'avant postage Wink



Avis à la populace !

Oyé Oyé bonnes gens !
Avis à la populace
Dans leur grande magnanimité Jet et Adé cherchent des peintres de talents pour fixer sur le papier leur beauté pour l'éternité.
Toute personne susceptible d'être intéressée par cette tâche de la plus
haute importance est priée de se faire connaître. Les représentations
de créatures inférieures (telles que Connor ou autres maraudeurs,
glousseuses serpentardesques ou autres pot-de-colle incultes) sont
également acceptées.
Lesdites œuvres d'art auront l'insigne honneur d'être publiées en même
temps que les chapitres à venir après une rigoureuse sélection.


Signé : NOUS


PS : Toute représentation malséante ou insultante entraînera la
sentence de mort immédiate pour leur auteur (fulguration de haine!
TADAMMM)





Note des auteuses :

Comme vous avez du le remarquer, nos deux héroïnes sont enchantées de
l'enthousiasme qu'elles suscitent... à tel point qu'elles se mettent à
parler d'elles à la 3eme personne, tel JC (César en personne, hein, n'y
voyez aucune connotation religieuse...)
Bref, nous avons pris un grand plaisir à répondre à vos riviou autant qu'à vous lire !

Continuez à nous encourager, la suite n'en viendra que plus rapidement (pressiooooon)
Tres bientôt le chapitre 8 "Dans la gueule du lion" ! A venir : des
larmes, des hurlements, des travestis, des claques, des ventousages !!!
TADADAM !


Voilà voilà...si jamais vous avez des "oeuvres" à nous proposer, faites le par mp Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Sam 29 Nov - 19:48

Bon, pour la peine, je vous mets le chapitre suivant (parce qu'un seul, c'est limite, quand même Wink)



Chapitre 8 : Dans la gueule du lion




POV Jetna



Ohmondieumondieumondieumondieu…

-JET ! !

Le cri hystérique d’Adé parvient avec peine à m’arracher à la
contemplation horrifiée de l’image que me renvoie mon miroir de poche.
Je suis… blonde… Alors ça fait ça….

-JET ! ! Cette fille est anormale ! Je refuse de rester une seconde de plus dans la peau de Baker ! Regarde !

Je jette un regard apathique dans la direction qu’Adé pointe du doigt.
Oui, bon, c’est le ventre de Baker, rien d’extraordinaire.

-Elle est déformée je te dis ! Elle a des bouts de peau qui devraient pas être là !

Je soupire et range mon miroir dans ma poche.
-Ce sont des bourrelets, Adé, de simples bourrelets. Un truc que la majorité des filles se trimballent.
Le visage de Baker, qui d’ordinaire arbore le même air de crétine
réjouissance du matin jusqu’au soir, se tord dans une grimace haineuse.

-Ces saletés de Maraudeurs, ils me le paieront, siffle-t-elle. Je leur
ferai cracher tous leurs minables petits secrets et ensuite, crois moi,
ils ne chercheront plus jamais à nous doubler !

Alors qu’Adé continue à fulminer, mon cerveau échafaude une multitude
de moyens de torture longs et raffinés pour leur faire payer cet
affront. Moi, Jetna, la classe incarnée, la brune pulpeuse et
mystérieuse, transformée en blondasse sans une once de personnalité,
obligée de me plier aux volontés d'un gryffondor pervers pour pouvoir
obtenir des informations...OH OUI, ils le paieront!!
Adé ne me laisse pas le temps de lui déclarer solennellement mon désir
de vengeance ; la voilà déjà en train de foncer en direction du
château. Je ne donne pas cher des Maraudeurs s'ils viennent à la
croiser en cet instant… Les quelques élèves présents s'étonnent de voir
Baker en plein élan d'initiative... je la rattrape et lui murmure en
lançant un regard mauvais à nos spectateurs :

-Amy …
-…
-Amy …
-Oui, bon, ça va j’ai compris ! finit-elle par lâcher d’un ton boudeur tout en me laissant passer devant.
Mais la séance de contrition ne dure pas bien longtemps car un sourire
sadique apparaît deux secondes plus tard sur les lèvres de la fausse
Gryffondor (je ne souhaite à personne d’avoir à supporter un spectacle
d’une si rare violence !)
-Après toi « Sarah », que j’admire ta svelte démarche de jeune fille en
fleur… N’oublie pas que tu aimes plus que tout mettre en valeur ta
jolie petite queue de cheval blonde ET bouclée par un balancement
étudié du chef… Il serait dommage que tu failles à ton image vu ton
statut d’égérie du groupe…

Serrant les dents j’entame mon chemin de douleur, Adénora s’ingéniant à
me rappeler les mille et un détails qui font la délicieuse personnalité
de Connor : le regard, tout est dans le regard, non, là ça va pas du
tout tu parais intelligente ! Ah, c’est mieux ! Un peu plus écarquillé
dans le genre bovin… Oui, c’est parfait ! N’oublie pas le sourire
crétin distribué à la ronde. Le credo de Connor : tout le monde est
digne de devoir supporter son visage radieux de bêtise sauf les
Serpentards, etc, etc.

J’ai l’immense regret de dire que malgré tous nos efforts et nos
talents dramatiques, ni Adé ni moi ne parvenons à saisir parfaitement
l’essence de nos personnages… Le monde est ainsi fait et il faut
apprendre à se résigner.. Des abîmes insondables nous séparent des
dindes…Mais je n’ai malheureusement pas le temps de méditer ces graves
réflexions métaphysiques, il y a une vengeance à accomplir.

A peine entrées dans le hall, nous tombons sur le groupe des ML de
Serpentard au grand complet : Dorofeia, Carvey et les deux Rosier.
Comme à son habitude, Carvey trottine lamentablement derrière les
autres, essayant tant bien que mal de faire valoir son intelligence
hors du commun…Pitoyable…
Pas le temps pour ce genre de choses, re concentrons nous sur l’objectif : VENGEANCE !!!
- Tiens, Connor… alors, ça fait quoi d’être la nana la plus cocue de
l’école ? lance Carvey, toute contente de pouvoir casser de la
Gryffondor devant ses idoles…

Elle aurait mieux fait de se taire…
Je me retourne lentement, un sourire moqueur et méprisant aux lèvres :
- Tiens, Carvey…la célèbre Carvey…la seule Serpentarde à s’être laissée
tripoter par le Gryffondor le plus pervers de toute l’histoire de
Poudlard.

Vu le regard de pure haine qu’elle me lance, une pensée généreuse me
vient à l’esprit l’espace d’un instant : je devrais peut-être
conseiller à Connor de se planquer pour les trois mois à venir…oh, et
puis non, ça sera beaucoup plus drôle de les regarder s’entretuer…Mon
sourire s'élargit. Alors que nous nous retournons pour poursuivre notre
chemin, Adé lance un superbe clin d'œil à Rosier number one. Sur son
visage se lit l'horreur d'avoir subjugué de son charme légendaire la «
séduisante » Amy Backer. Voilà qui devrait calmer sa libido pendant
quelques temps.

Nous continuons notre route, le cœur un peu plus léger. Flitwick
apparaît au détour d'un couloir : c'est l'occasion de mettre à
l'épreuve la crédibilité de nos personnages...Je me rue sur lui :
- Professeur Flitwick !!!
Il se retourne, l'air passablement ennuyé.
Alors, récapitulons : je suis Connor. Dans ce contexte, comment
réagirait une dinde persuadée que tout le monde l'adore ? Réponse : un
gloussement bête, un sourire radieusement niais, un mouvement de
cheveux et un petit battement de cils signifiant sa joie à l'idée
d'être le rayon de soleil de cette école. Mise en application.
- Miss Connor, que puis-je pour vous ?
L'illusion a l'air de fonctionner...Et si j'en profitais?
- Et bien voilà, professeur. Je disais justement à Amy à l'instant
(elles aiment bien les phrases longues, ça leur donne l'impression
d'être intelligente...) que ce serait profitable à tout le monde si je
pouvais aider les élèves en difficulté en leur donnant des cours de
soutien...pas vrai, Amy?
Je jette un coup d'œil à Adé qui joue parfaitement son rôle, c'est à
dire plantée derrière moi, souriant bêtement et acquiesçant au moindre
de mes mots.

Il me regarde, l'air totalement paniqué à l'idée de devoir imposer à des élèves la présence de Connor.
- Euh...oui...vous savez, je ne suis pas sûr...
- Oh mais prenez votre temps, professeur. Je ne vous demande pas une
réponse immédiate! Sur ce, nous vous laissons! Passez une bonne
journée, professeur, et vivement le prochain cours!
Une dernière pirouette, et je pars d'un pas sautillant, Adé me suivant consciencieusement.

Arrivées devant la salle commune des Gryffondors, un problème se pose à
nous : comment entrer ? Après avoir essuyé plusieurs échecs, nous
finissons par obtenir le mot de passe via un première année...

Nous voilà dans l’arène !



On m’a souvent dit que j’avais une imagination débordante mais là,
franchement, je suis totalement dépassée. Quel esprit malade a pu
concevoir l’idée d’une telle abomination ? Ca mériterait au moins un
jugement pour crime contre l’humanité ÇA :
- aux fenêtres des petits rideaux en crochet main
- sur les fauteuils des plaids roses moelleux
- une douce lumière tamisée appelant aux confidences
- ça et là des éclats de rire et des murmures complices
- des sachets de friandises mis à la disposition de chacun
- des visages réjouis révélant des sourires éclatants
- des petits papillons multicolores voletant à travers la salle
- des bouquets de fleurs embaumant l’air à chaque coin

Bref, une ambiance générale assez glauque en accord avec le
comportement des autochtones : un monde d’hypocrisie dans un enrobage
mielleux.
J’avoue un moment de panique devant la vision de tant de visages ennemis. Comment repérer nos cibles ?

-SIRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII ! ! ! ! ! couine une voix femelle.
J’ai appris un truc trop trop horrible ! Il paraît que tu as été obligé
de travailler avec ces sales serpentardes !
-Pfffff, tu sais on en fait toute une histoire de ces deux nanas là
mais finalement, elles sont assez faciles à manipuler… pas vrai, Lunard
?
Petit gloussement de la femelle :
-Je suis certaine qu’elles étaient en fait super contentes que des gars comme vous s’intéressent à elles !
-Sûrement Peggy, sûrement…


Cibles repérées.
Menace d’implosion imminente.
Je me tourne vers Adé : elle est écarlate et fume littéralement.
Oublions cet affront dans l’action : je fonce sur Potter, bouclettes au vent.
-JAMESIIIIE ! Oh comme tu m’as manqué mon amûûûr ! [ euhhh… ça fait
peut-être un peu forcé là ? Quoique vu la non réaction des autres
Maraudeurs, ça doit pas être si excessif que ça pour du Connor ]
Je pose un doigt sur mes lèvres et affiche une moue qui se veut innocente.
-Dis Jamesie… je peux te parler ?
-Bah vas-y, je t’écoute.
-Mais, euh….c’est-à-dire que je préfèrerais qu’on parle seul à seule, tu comprends ?
Il a pas l’air vraiment motivé le Potter…. Niark !
A force de cajoleries, je finis par l’éloigner du groupe.
-Je me disais comme ça que c’était quand même pas normal que tu sois
sorti avec cette fille de Serpentard, Cravey ou quelque chose comme ça,
alors que tu m’aimes moi. Essaie de me comprendre, c’est vraiment dur
pour moi [qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre…]
-Mais je te l’ai déjà expliqué, répond-il en soupirant.[Oups…] Tu
sais bien, c’est pas moi mais Dumbledore [Dumby ? ! Qu’est ce qu’il
vient faire là dedans ?], il voulait qu’on les surveille [Hein ? ? !]
et franchement c’est pas une partie de plaisir ! C’est Lunard qui a
voulu accepter, moi, j’étais contre…
-Et Carvey alors ?
-Mais t’es bête ou tu le fais exprès ? [Allelujah ! Enfin un éclair de
lucidité de la part de Potter] C’est pour pouvoir me rapprocher de
Flannaghan et Donleavy. Faut quand même vérifier si elles ne sont pas
du côté de Tu-sais-qui [ARRRRRGH ! ! ! ! Il nous prend pour des ML là
? Des ML ! ! ! ! ! !] Et puis moi je mets mes atouts au service de la
mission….
-Tu vas voir ce que je vais en faire de tes atouts espèce de gros naze ! ! ! ! ! !
Abasourdi, Potter fixe ma baguette.
- Ocus Mamellus !



Potter laisse enfin éclater sa colère :
-Nan mais t’es malade ou quoi ? ! [Mais… Mais…] Qu’est ce qui te
prends ? [Pourquoi ça marche pas ?] Comme si tu savais lancer des
sorts ! T’imagines si tu m’avais blessé ! [Mais pourtant on l’avait
vachement travaillé… J’étais persuadée qu’il était au point] … assez
supporté tes conneries ! ! … Mais tu m’écoutes au moins quand je te
parle ?

J’émerge de ces réflexions angoissantes pour lui lancer un regard
haineux. Il a vraiment l’air en colère… Je dirais même qu’il est en
train de gonfler telle la grenouille de ce vieux moldu…
Soudain le visage de Potter affiche une panique totale, ma foi assez réjouissante. Il se tâte fébrilement le torse.
-Mais qu’est ce que tu m’as fait salope ! ! ! hurle-t-il tandis qu’une
paire de seins émerge progressivement de sous sa chemise.
Je manque me faire éborgner par un bouton qui ne résiste pas à la pression.

Mais c’est que ça continue de gonfler !

Potter tente désespérément de contenir le développement de son sein
gauche qui prend des proportions dantesques. Il pousse des cris de
goret qu’on égorge.
-Je vais étouffer ! J’vois plus rien ! Au secours ! braille-t-il tout en tendant le cou pour happer un peu d’air frais.

PAAAAAAAAAF !

1 minute 36 exactement avant que les seins ne s’autodétruisent.
C’est pas mal. En tout cas assez pour dégoûter Potter de tout pelotage
pendant quelque temps. Après lui avoir jeté un dernier regard
méprisant je tourne les talons, un sourire victorieux aux lèvres.




POV Adénora (même scène)


Jet’ se précipite sur Potter, bouclettes au vent.
-JAMESIIIIE ! ! Oh comme tu m’a manqué mon amûûûr !
Vraiment effrayant… je dois avouer que j’y croirais presque.
En ma qualité de pauvre fille sans personnalité je la suis donc
docilement et m’assoie avec le groupe. Personne ne semble remarquer ma
présence. Je conçois un vague sentiment de pitié pour Baker, dotée à la
naissance du don d’invisibilité naturelle.



Mon dieu qu’on s’ennuie quand personne ne nous regarde…
Tandis que Jet’ s’éloigne avec Potter j’observe les Maraudeurs d’un œil
morne : Black est assiégé par Peggy la couinarde qui lui lance des
œillades énamourées.

Cette pauvre fille est dotée d’une dentition assez impressionnante mais
je dois reconnaître à Black une certaine classe dans sa manière
d’ignorer superbement ses vaines tentatives.
Les deux autres quant à eux jouent aux échecs.

Vraiment passionnant.
Je soupire, attirant ainsi l’attention de Lupin.
-Tiens, Baker ! Je ne t’avais pas vu, ça va ? demande-t-il avec son sourire de jeune premier.

Sale gentil !
Puisque Jet’ semble maîtriser la situation autant en profiter pour
s’amuser un peu : dans un gracieux mouvement d’hippopotame je me
transporte jusqu’à lui.
-Oh oui Rémus, mon doux prince !
Il me regarde, méfiant.
-Dis Mumus, je peux m’asseoir à côté de toi ?
-Heu…oui…tu fais comme tu veux.
Je rentre dans la contemplation niaise de son visage.
-Il y a quelque chose qui ne va pas Baker ? Je peux t’aider ?
-Ils sont longs et soyeux….
Il me lance un regard effaré.
-… avec des paillettes d’or ! continue-je.
-Hein ? ! répond-il horrifié
-TES CILS ! ! ! ! !

Mon hurlement le fait bondir de sa chaise. Il entame une retraite
stratégique mais je me lance à sa poursuite entamant un chant d’amour :
-J’avais dessiné sur le sableuh, son doux visageuh, qui me souriait ! Et j’ai crié, crié-eh MUMUS POUR QU’IL REVIENNE ! ! !
La fuite de Lupin est accompagnée du cri déchirant de Potter :
-Je vais étouffer ! Je vois plus rien ! Au secours !
Ma proie, sidérée par le spectacle du gonflement mammaire de son
camarade stoppe sa course. J’en profite pour m’agripper à sa jambe :
-et j'ai pleuré, pleuré-EH, OH J’AVAIS TROP DE PEINE ! ! !



PAAAAAAAAAF !


Le martyr de Potter prend fin dans un bruit assourdissant.

Jet' semblant avoir obtenu les informations désirées, je la rejoins
après un dernier petit bisou sur la joue de "Mumus", toujours sous le
choc. C'est le pas fier et conquérant que nous sortons de la salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Ven 19 Déc - 15:53

*roulement de tambour*
Chose promise, chose due, voici donc le tout nouveau bonus :)
Réjouissez vous ô lecteurs car cette petite merveille, certainement
notre plus belle création ( *mode auto-lançage de fleurs*) attend bien
sagement le moment d'être publiée depuis cet été...Bref, on espère que
vous rigolerez autant que nous pendant sa création.
Mais trêve de bavardages, on vous laisse découvrir la chose : bonne lecture !


Ah oui, j'oubliais, ce bonus est dédié à la mémoire de notre bien aîmé
Colombus Café du CCR qui a vu la naissance de tant de chapitres... Il
restera dans nos mémoires, paix à son âme :p




Bonus 3 : Mémoires d’une jeune Gryffondor

Journal intime de Sarah Connor

Il est 21h03, le mardi 19 septembre.

Cher Journal, j’utilise cette encre rose car aujourd’hui est un jour
particulier. Je viens enfin de comprendre le sens du mot « Amour ».
Mais pour cela, il m’a fallu passer moult épreuves.
Laisse moi te raconter Journal : la journée s’est bien passée dans son
ensemble. Les cours, comme d’habitude, étaient très intéressants. Le
professeur Flitwick m’a même félicitée pour la pertinence de mes
questions !
Tout a dégénéré lorsque nous avons été faire un tour, moi et Amy, dans
le parc, après les cours. Comprends moi Journal, j’avais besoin de
parler : je sentais que cet amour qui avait été si fort entre moi et
Jamesie était en train de faner. Cette histoire avec Carvey dont je
t’ai parlé hier m’a beaucoup blessée : comment continuer à croire à la
sincérité et la pureté de ses sentiments ? Non, Journal, je ne le
pouvais plus.
Mais continuons mon récit … Nous nous baladions donc quand nous avons
été sauvagement attaquées. Malheureusement, nous ne connaissons pas
l’identité de nos agresseurs, mais je soupçonne Tu-sais-qui d’avoir
voulu mettre à l’épreuve notre fidélité envers Dumbledore, notre
bien-aimé directeur. Comment mettre des mots sur ma peur ? Nous sommes
restées inertes un long moment jusqu’à ce que deux élèves de 6ème année
nous découvrent dans un bosquet : je ne te raconte pas ce qu’ils
étaient venus y faire, ils avaient déjà commencé leurs petites affaires
! Quelle gêne pour nous ! Mais ce n’était que le début d’une longue
série d’évènements douloureux, cher Journal.
Nous nous sommes précipitées à la salle commune. Tu te doutes que
j’étais en larmes. J’avais atrocement besoin de réconfort, mais encore
une fois, James m’a déçue. Je me suis jetée dans ses bras et il m’a
violemment repoussée. Oui Journal, tu as bien lu ! Et il m’a même dit «
Tu me prends pour un con ? » (Excuse moi pour la vulgarité de mes
propos Journal, mais je te retranscris texto ce qu’il m’a dit ) J’ai
essayé de le ramener à la raison en lui rappelant tout ce qui nous
liait, mais il n’a rien voulu savoir et il m’a laissée tomber. Tu te
rends compte : j’ai été largué devant toute la salle commune ! La honte
! Je suis montée à mon dortoir, aveuglée par le chagrin et la douleur.
Je ne supportais aucune présence, pas même celle d’Amy qui m’avait bien
sûr suivie. Allongée sur mon lit, une chanson d’un moldu que j’ai
entendue cet été et qui m’avait touchée au plus profond de mon cœur m’est
revenue en tête et m’a paru appropriée à la situation que je vivais. En
voici les magnifiques paroles :

Goodbye my lover.
Goodbye my friend.
You have been the one.
You have been the one for me.

Le temps a passé, terrible.
Et puis j’ai pris la décision d’être forte, et j’ai réalisé que nous
n’étions pas faits l’un pour l’autre. Cette histoire m’a fait grandir.
J’ai séché mes larmes, je me suis recoiffée, et je suis descendue pour
le dîner en essayant de faire bonne figure. Les Maraudeurs étaient tous
là. Et là, la Vérité m’est apparue comme une évidence : c’est le destin
qui a voulu que moi et Jamesie nous séparions aujourd’hui, et ce afin que
mon cœur soit libre pour le véritable amour : Sirius Black.
Tu vas me dire Journal, que je ne suis qu’une gourgandine pour passer
ainsi d’un amour à l’autre et que j’essaie de me faire tous les
Maraudeurs. Que nenni Journal ! Il est vrai que Mumus a beaucoup compté
pour moi, c’est quelqu’un de bien. Mais nous avons décidé d’un commun
accord de ne rester que de simples amis. Je pense que cette décision
l’a beaucoup affecté : en effet cher Journal, j’ai remarqué combien son
visage est marqué par de profondes cernes. Cela doit beaucoup le
travailler la nuit. Ensuite, il y a bien sûr eu ma grande histoire
avec James, il restera à jamais dans mon cœur. Avec le recul, je pense
que notre rupture est due à une dichotomie entre le bien et le mal. En
effet, il manquait entre nous un élément stabilisateur. Il y a bien sûr
Peter… Mais comment te dire Journal… Quand je suis près de lui je ne
ressens rien. C’est donc bien la preuve que je ne cherche pas à me
faire tous les Maraudeurs !
Car Sirius est particulier. Tu veux
savoir comment la révélation m’est venue ? Nous étions à table. Il
s’est penché sur son assiette et une mèche de ses cheveux d’ébène est
tombée devant ses magnifiques yeux. Il l’a alors ramenée en arrière
d’un geste négligé. J’étais totalement subjuguée. Je n’avais jamais
remarqué à quel point ce geste est une habitude chez lui. C’est d’une
telle sensualité que j’en suis toute troublée !
Oui, je l’avoue Journal ! Je ressens d’étranges émotions. Je l’ai
observé discrètement pendant tout le repas, ne pouvant détacher mon
regard de tant de beautés réunies en une seule personne. Il me vient de
fols espoirs : je m’imagine dans la chaleur de ses bras, sentant la
douce odeur de sa peau contre la mienne. Nos lèvres se rapprochent
jusqu’à s’unir pour ne former qu’un. Oui Journal, je l’avoue ! Je suis
folle de lui : son corps ferme et musclé, son allure négligée mais
néanmoins classe, son sourire coquin et sa bouche… sa bouche Journal !
Comment te la décrire ? Elle est tellement… tellement elle ! Et la
petite fossette qu’il a quand il rit… Enfin, ses yeux, son regard
mystérieux qui semble cacher comme une douleur secrète. Je veux être
celle qui le protègera et le délivrera de ses démons intérieurs. Je
l’aime, Journal, je l’aime de tout mon cœur. Tout mon corps le réclame
! !
Sur ces bonnes paroles, je te laisse Journal et je vais me coucher le
cœur gonflé de bonheur… le destin frappe à ma porte, il faut que
j’aille lui ouvrir. Mais ne t’inquiètes pas Journal, je lui ouvrirai en
grand !
Bisous ! Bonne nuit ! A demain !

PS : Sarah Black, ça sonne bien, non ?





Alors ? Pas trop traumatisés par cette excursion dans les méandres de l'esprit d'une dinde ?
Bien, alors ils ne vous restent plus qu'à nous donner votre avis via le petit bouton review ! Wink
Dernière chose, une question nous taraude l'esprit : lisez vous les
réponses aux reviews ? Parce que l'autre jour on s'éclatait à y
répondre, déployant des trésors d'humour débile, quand on a réalisé que
peut-être tout le monde s'en fichait ! MDR


Dernière édition par Lili le Mar 7 Sep - 17:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Jeu 25 Juin - 16:28

On vous avait prévenu, les bonus peuvent tomber n'importe quand :p
En
l'occurence la "chose" nous est venue après une lutte intense dans un
resto que je ne citerai pas pour pouvoir se sustenter sans avoir de
p'tites bêtes non identifiées dans nos verres... Ne nous demandez pas
comment on est passé des p'tites bêtes à notre James national, on ne le
sait même pas nous même Wink
En attendant le prochain chapitre, enjoy :)






Bonus 4 : Chère Maman


POV James



*gratte, gratte, gratte*

Alors…
Comment
tourner ça pour éviter qu’elle ne me fasse une crise d’hystérie ? Bon,
je préfère qu’elle apprenne ça de ma part plutôt que par Sorcière Hebdo.

Si je rajoute « léger » ça devrait mieux passer…

Ouais, c’est bien comme ça ! !
Ah,
mince les cours ! Faut que j’en parle sinon elle va encore me dire que
je n’en fiche pas une ! Je le rajoute au début ça fera bonne impression…

-Lunaaaaaard ! Ca s’écrit comment « virilité » ?
-Ben, comme ça se prononce… Mais qu’est-ce que tu fais ?
-Attends, je vais te lire. Dis moi ce que tu en penses.


Télégramme
Destinataire : Mrs Potter

Chère
maman STOP cours ok STOP eu léger problème poitrine STOP rentré dans
l’ordre STOP virilité retrouvée STOP youpi STOP bisous STOP signé :
bichon d’amour STOP


-Alors, verdict ?
- …







Oui, on sait c'est court mais c'est du James tout en intensité et en boulettitude, alors :p


Dernière édition par Lili le Mar 7 Sep - 17:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 7 Sep - 17:14

Chapitre 9 : Crimes …

POV Adé

-Tu rigoles, là ?

Jet' me lance un regard lourd de sous-entendus.

-Non mais c'est dingue quand même ! Ca fait 6 ans qu'on entretient cette distance entre nous et les autres et voilà qu'on nous prend pour de vulgaires moutons à surveiller !

-Et apprendre ça de la bouche de Potter, crois moi que ça m'a fait un sacré choc, en rajoute Jet'.

Le peu d'espoir que j'avais en l'intelligence du genre humain vient de s'éteindre définitivement…

-C'est franchement décevant de la part de Dumbledore, continue-t-elle, confier une mission nous concernant à des crétins pareils pas étonnant que ça ait foiré !

-De toutes façons, entre nous, Dumbledore à part manger des fizwizbizs à longueur de journée…



TILT

- Attends Adé… il ne nous avait pas confié un truc à nous aussi ?

- J'ai comme un vague souvenir…

- Bon, écoute, on n'a qu'à aller le voir pour mettre tout ça au clair, parce que là j'ai vraiment du mal à comprendre son nouveau délire de confier des missions débiles à tout le monde ! Non mais c'est vrai ! A combien d'élèves il en a données ? Si ça se trouve tout Poudlard a une mission ! C'est de pire en pire !

- Remarque, ça expliquerait peut-être pourquoi Connor est si niaise… Elle a la lourde charge de rassurer tous les autres élèves de leur supériorité intellectuelle, dis-je avec un sourire en coin.

Nous atteignons enfin l'antre du vieux chnoque.

Mince… c'est quoi déjà le mot de passe ?

- Connaissant Dumbledore y a de grandes chances pour que ce soit le ô combien original « Fizwizbiz »…

Rien.

-Bon,à tout hasard, Chocogrenouilles…Dragées surprises de Bertie Crochue… Plumes en sucre…

Toujours rien.

-Mais c'est pas vrai, ne me dit pas qu'il s'est mis au régime !

-Attends, me dit Jet', soyons logiques. Dumby, qu'est ce qu'il aime le plus au monde ?

Je lui lance un regard ironique.

-Oui, à part les sucreries…

-Hummm, j'sais pas… les chaussettes, les Fizwizbizs mais ça marche pas c'est des sucreries, les Moldus ?

-Mais attends, qu'est-ce qu'ils mangeaient les Moldus cet été ?

-Des Twisques ! Des Tics Tacs ! Des Kamidos !

-Les p'tites billes qui fondent dans la main !

Encore et toujours rien.

-Ah oui, y avait aussi ce truc trop bon avec de la glace, du caramel fondant du chocolat croquant !

-MARS GLACÉ ! ! ! !



J'ai jamais douté de la puissance de mon sens de déduction mais là j'aurais pas parié un gallion qu'on tomberait juste. Je m'étonne moi même chaque jour un peu plus !

Je lance un regard suspicieux aux tableaux qui ornent l'escalier menant au bureau de Dumbledore : quel esprit malade a pu avoir l'idée de peindre des animaux en fruits ? ! lapin, souris, escargot, coccinelle, tout y passe !

-AH AH ! Je vois que vous admirez en connaisseuses ma collection de peintures privée ! mais trêve de bavardage. Je suppose que seule une raison impérieuse a pu vous pousser jusqu'à moi, s'exclame notre vénéré directeur avec un clin d'œil pseudo complice. Vous savez que vous pouvez tout me dire !

-Ben justement on a quelques petites questions à vous poser, lâche Jet'.

-Mais je vous en prie mes enfants, entrez.

Je tombe nez à nez avec un immense tableau représentant… un plat de moules-frites. On découvre chaque jour de nouvelles facettes de Dumbledore…

-Oui, ce tableau me rappelle mon enfance, se justifie-t-il devant notre regard interloqué. Je ne vous l'avais pas dit ? Je suis Belge ! Bon, je sais ce que vous vous dites, Dumbledore ça ne fait pas très belge. Mais en fait c'est un nom d'emprunt, mon vrai nom c'est Von Dumdunden. Allez savoir pourquoi personne ici n'arrive à le prononcer !

[…]

Une heure plus tard, et après moult détails sur la vie de « Von Dumbunden », les choses s'éclaircissent. Il semblerait que jadis nous ayons été chargées de la mission, ô combien cruciale, de surveiller les orientations électorales de nos chers camarades de Serpentard… M'étonne qu'on ait oublié un truc aussi chiant ! Quant aux Maraudeurs, ils étaient chargés de nous surveiller ! C'est d'une logique… Cet acharnement à vouloir faire ami-ami avec nous, tout s'explique…

-… Vous comprenez, mesdemoiselles, continue Dumbledore imperturbable, mon objectif de cette année est de rassembler en un même corps les différents éléments de cette école, avec tout le panel de caractères que cela implique. Cette école qui est un formidable organisme vivant de jeunesse et de fourmillement intellectuel ! ! !

Et là, la révélation : nous sommes dirigés par un profond crétin.. fourmillement intellectuel… Fallait la trouver celle-là . Je lance un regard désespéré à jet' qui me le rend bien.

-… Et c'est justement pour cette raison que j'ai décidé d'organiser, tenez vous bien mesdemoiselles ! UN SPECTACLE ! Non vous ne rêvez pas ! Spectacle qui sera organisé par TOUS les premières années de TOUTES les maisons ! Comme ça ils seront copains dès le début ! Et ça marche ! Ils se sont déjà mis d'accord pour faire des mimes, des chorégraphies, et même des cracheurs de feu ! ! !

Nous avons atteint le point de non retour, le mur de la connerie vient d'être allégrement franchi.

-Je lis dans votre regard une pointe de jalousie. Ne soyez pas inquiètes mesdemoiselles ! J'ai également prévu quelque chose pour vous… Vous allez pouvoir mettre vos talents de danseuses en avant ! Mais je n'en dis pas plus, je ne voudrais pas vous gâcher la surprise ! ! !

Nous entamons une retraite stratégique.

-Bien, merci Professeur, tout devient très clair… On va vous laisser, on a du travail. Désolées du dérangement.

Ces quelques formules de politesse énoncées, nous fuyons.

C'est en état de choc que nous rejoignons la salle commune. Mais au lieu du havre de paix tant espéré nous tombons sur un étrange attroupement. Tandis que nous nous approchons, des hurlements emplissent les cachots :

-Jamais, jamais, JAMAIS j'mettrai de la farine sur mon visage ! C'est mauvais pour le teint !

-T'façon t'as vu ta tronche ? ! C'est pas de la farine que tu devrais mettre, c'est un masque pour cacher les dégâts !

-Salaud de Serdaigle !

-Non mais c'est pas vrai qu'elle se met à chialer ? T'avais qu'à pas t'inscrire dans la section mimes si ça te plait pas !

-T'as raison, j'aurais du me mettre avec les cracheurs de feu, comme ça j'aurais pu te cramer le cul et t'aurais moins fait la fière !



Le résultat de l'idée lumineuse de Dumbledore….

Non mais je craque là ! Ces hurlements c'est plus possible, C'EST INSUPPORTABLE !

Je fonce à travers la foule, envoyant tout valser sur mon passage tandis que Jet' hurle derrière moi :

-BARREZ VOUS CONS DE MIMES !

C'est avec un long, très long, soupir de soulagement que nous nous installons finalement dans nos fauteuils favoris. Mais le repos est de courte durée…


Dernière édition par Lili le Mar 7 Sep - 17:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 29

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 7 Sep - 17:23

Ho super, la suite est arrivée. ^^
Excellent. Mon pauvre Dumby s'en prend plein dans la face. Mais ça m'a bien fait rire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Noble vieillard
Lili
avatar
Noble vieillard
Féminin
Age : 34

Espace perso

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 7 Sep - 17:57

Oulalah... En relisant, j'ai décelé plein de fautes, toutes mes excuses. Ca a été corrigé (ouf, l'honneur est sauf !)

Oui, c'est vrai qu'on a une image un peu particulière de Dumby (mais avoue, Von Dumbunden et ses moules frites, c'est sympa Wink). Et puis, tu sais à quel point on l'aime (bien que peu à côté de l'immense adoration que nous vouons à Sirius et Snape... Mais cette conversation me dit quelque chose Wink).
Oui, la fiction continue, contre vents et marées, parce qu'on n'habite plus du tout à côté et que les occasions de se retrouver se font rares, mais on a toutes les 2 la volonté de la finir, et des idées à la pelle. Maintenant, je sais à quel point ça peut être frustrant d'avoir une suite au compte goutte, mais ça ne reste qu'une petite fanfiction Wink.
(Par exemple, je suis toujours ultra frustrée par G.R.R Martin, qui fait traîner la sortie de la suite du Trône de fer depuis 5 ans...dur dur. Mais là, ça n'a rien à voir Wink).
Je mettrais le chapitre 10 dans la semaine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 29

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   Mar 7 Sep - 18:06

haha, comme tu dis : c'est frustrant. ^^
En tout cas, c'est chouette que ça continue. Malgré la distance.
Surtout que depuis le temps que je suis cette fanfic, j'ai envie d'en connaître la fin. =)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: "Pourquoi être assommant...   

Revenir en haut Aller en bas
 

"Pourquoi être assommant...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Hpsse - Forum RPG, Poudlard interactif :: Hors RPG : en rapport direct avec le forum. :: La Bibliothèque de Poudlard-