AccueilHomeGalerieFAQCalendrierRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Rappels importants

Ici, nous demandons : 15 lignes de RP minimum,
une orthographe soignée, et avoir au moins 13 ans.
La lecture du règlement est indispensable. Pensez-y !

Et l'intrigue ?

L'histoire de notre forum est construite comme une énigme
à résoudre. Ici, tout le monde peut devenir un héros.
Vous voulez y participer ? Lisez ceci.

Partagez | 
 

 Les aventures d'un Gryffondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 26 Mai - 14:55

Alex ne savait pas quoi faire. Il était en troisième année à Poudlard, école de magie, et dans la maison des Gryffondor. C’était une belle après midi ensoleillé mais fraiche avec un vent à peine croyable. Alex avait passé la matinée à étudier à Poudlard et avait finit sa journée de cours. Il avait encore des cours à suivre mais l'envie ne lui disait rien. Il décida alors d'aller faire un tour à Pré-au-lard dans les rues vides de ce petit village. La solitude le guettait d'un mauvais œil et il voulut trouver quelqu'un pour discuter ou même pour ne rien faire mais pour avoir de la compagnie. Il arpentait tristement les rues désertes du village en regardant de gauche à droite d'un air pensif, perdue et confronté à lui même. Il passa dans une rue bien connue de Pré-au-lard, la rue principale ou se trouvait le salon de thé de Madame Piedodue ainsi que Honneyduke et Zonko. Il regarda à l'intérieur du salon de thé depuis la rue et vit qu'il n'y avait pas grand monde. Il reprit son chemin vers une rue plus lointaine pour passer distraitement devant le pub des trois balais. Cella ne lui disait rien d'aller dans ce pub, trop de gens de Poudlard pouvait s'y trouver et risquaient de le balancer à un professeur. Il séchait les cours en toutes quiétude mais il ne voulait pas avoir d'ennuies pour autant. Il alla en direction du pub la tête de sanglier et ouvrit la porte. Un grand homme se tenait derrière le comptoir et le salua d'un signe de tête lorsqu'il s'avança vers lui. Les chaises étaient rangées sur les tables comme s'il voulait passer la serpière. Les chaises au comptoir étaient poussées contre le bar désert, à l'exception d'une femme tout de noir vêtue.
-Tiens, qui est-ce? Se demanda-t-il. Je ne la connais pas elle.
Il s'avança et engagea la conversation:
-Heu bonjour...
L'étrange femme tourna vers lui un visage magnifique mais très rude avec une expression de méfiance ajoutée à du mépris. Elle se contenta de lui répondre par un grognement peu audible. Alex s'aperçut qu'elle était en train de boire un verre bien dosé de ce qui ressemblait à du whisky pur feu.
-Puis-je? Demanda-t-il en tirant la chaise à coté d'elle.
-Pourquoi pas? Répondit-elle
Le barman s'approcha d'Alex, et lui demanda:
-Hé petit, tu n'as pas cours à Poudlard cette après midi toi?
-Ben si mais ça ne me dis rien. Z'allez pas cafter?
-Un client de plus dans mon petit bar, ou un élève de moins à suivre des cours trop compliqués pour moi? Choix difficile. Dit-il en souriant. Mais non, bien sur je ne te dénoncerais pas. Qu'est-ce que je te serre?
-Une bierraubeure s'il vous plaît.
L'étrange femme se tourna alors vers Alex et lui adressa enfin la parole d'elle même:
-Un élève de Poudlard qui sèche les cours? Tu es au moins un Serpentard dis moi?
-Ben non, je ne suis qu'un Gryffondor qui en à marre de tout aujourd'hui.
La femme mystérieuse le regarda de haut en bas et répondit:
-Allons bon, que peut-il bien y avoir de si terrible pour qu'un élève studieux sèche les cours?
-Hé bien je pense que je suis comme vous. Dit-il sur un ton de défi.
-Peux tu être plus explicite mon ami?
-La déprime je pense, non?
-Qu'est-ce qui te fait croire que je déprime. Demanda-t-elle.
-Ben moi je sèche les cours parce que je n’ai pas le morale et vous vous êtes dans un bar à 2h de l'après midi à boire du whisky pur feu, donc j'en ai déduit que vous déprimiez, j'me trompe?
L'étrange femme enleva son capuchon, laissant tomber une chevelure éclatante et très longue sur ses épaules. Les cheveux lui tombaient au delà de la taille, ils étaient d'un brun flammé éclatant:
-Percpicasse.Tu n'es pas un Gryffondor pour rien.
Elle lui adressa un sourire et leva son verre quand le patron lui apporta sa bierraubeure.
-A la déprime. Dit-elle ironiquement.
Alex acquiesça d'un signe de tête et leva, à son tour, son verre.
Il passa un long moment à ne rien dire. Il se contenta de la regarder boire son verre par petites gorgées. Elle s'interrompit à plusieurs reprises pour lui demander en souriant:
-Qui a-t-il? Pourquoi tu me regardes comme ça?
-Non rien, je...non rien.
Elle était resplendissante, comment une femme telle qu'elle pouvait bien déprimer.
-Excusez-moi? Demanda-t-il enfin mal à l'aise.
-Oui, qu'y a-t-il?
-Pourquoi déprimez-vous?
Elle baissa le regard et contempla d'un air triste ses mains à travers son verre. Elle espérait qu'il ne poserait pas cette question. Mais il venait de le faire et maintenant il attendait une réponse:
-Hé bien...j'ai fais des bêtises. Et je les regrette. Le genre de chose qu'il ne convient pas de faire dans la vie. Ho bien sur, je n'ai pas été une mangemort mais j'ai fais le mal malgré moi.
Alex ne s'attendait pas à ça, une jolie jeune femme qui fut jadis méchante, éprouvant du remords était en train de discuter avec lui de ses erreurs passées en buvant un verre.
-Bien, je pense qu'après ceci, mes problèmes vont vous sembler banals.
-Chaque problème à son importances tu sais, ce n'est parce qu'ils sont moins importants qu'ils ne sont pas déplaisants.
Alex réfléchit un moment avant de reprendre la parole et se décida enfin à ouvrir la bouche, mais il fut interrompu par le bruissement sonore d'un raclement de chaise que le barman venait de faire en mettant de l'ordre dans son pub. Il regarda sa montre qui lui indiquait qu'il était pour lui venu l'heure de s'en aller rejoindre l'école avant d'avoir de sérieux problèmes:
-Heu...je vais devoir vous laisser, il faut que je rentre avant de me faire renvoyer.
-Bien, je comprends, tu dois agir selon tes priorités. Dit-elle avec beaucoup de sagesse.
-Heu...comment vous appelez-vous?
Elle lui sourit à nouveau et baissa le regard:
-Tu n'as qu'à m'appeler Lili. Et toi, tu es?
-Alex.
Et il s'en alla sans ajouter un mot. Il laissa sur le comptoir le du de sa consommation et quitta l'établissement. Lorsqu’il se retourna pour fermer la porte, il vit que Lili le regardait en souriant.
Il regagna l'école avec une drôle de sensation et un sourire léger et timide aux coins des lèvres.
Il arriva enfin à la porte du château et la poussa pour entrer dans le hall d'entrée. Là il fit une douloureuse rencontre, le professeur McGonagall l'attendait les bras croisés, tapant du pied avec un regarde accusateur:
-Hé bien monsieur? Je ne vous ai pas vu en cour de métamorphose aujourd'hui? Auriez-vous une bonne excuse pour justifier cette absence?
Alex était trop pensif pour chercher une excuse et sur ce il décida de dire la vérité:
-Non professeur, je n'en ai pas.
Surprise par cette franchise, le professeur McGonagall lui dit:
-Y a-t-il quelque chose qui ne va pas?
Alex avait toujours son sourire timide aux coins des lèvres mais était résolu à ne rien dire de sa rencontre à son professeur:
-Heu... non, il n'y a rien de spéciale. J'avais juste besoin d'être un peu seul.
-Ce n'est pas une raison suffisante pour manquer mes cours jeune-homme, si je vous y reprends à manquer un seul cours, je vous mettrais en retenue. Mais pour cette fois je vous accorde le bénéfice du doute, estimez-vous heureux.
Et elle tourna les talons se dirigeant vers la grande salle où le diner venait tout juste d'être servit:
-Allons, venez manger quelque chose.
Alex la suivit et alla s'assoir à la table des Gryffondor sans beaucoup d'enthousiasme. Il avait encore l'image de Lili dans la tête. Il grignota trois fois rien de son assiette et regarda son verre lui rappelant son verre de bierraubeure...

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 26 Mai - 14:58

-Tu crois que je suis fou? Demanda-t-il à une de ses camarades de classe. Léa, tu crois que je suis fou? Léa était sa plus ancienne amie, et pour être franc, elle était sa seule amie. Elle était dans la même classe que lui ainsi que dans la même maison.
-Pourquoi tu me demandes ça? Tu débloques?
-Non, enfin je ne crois pas...
-Alors pourquoi me demandes-tu une chose pareille?
Alex réfléchit un instant et se demanda lui-même pourquoi il demandait cela, mais il ajouta:
-Ben j’en sais rien, il me semble que je ne suis pas vraiment normal, par rapport à la moyenne des gens qui nous entoure.
-N’importe quoi. Tu penses trop tu sais, si tu avais ne serai-ce que la moitié de ta parano en jugeote, tu serais sans doute le plus grand sorcier de tous les temps.
Il s’attaqua à un morceau de fromage posé devant lui qu’il boulotta plus qu’il ne mangea. Il se perdit dans ses pensées et se laissa entrainer dans cette douce folie qui le submergeait. Quand le repas fut terminé, il se leva le plus doucement qu’il put et traversa la grande salle pour aller en direction du grand escalier. Il fut arrivé à la porte de la grande salle lorsque le professeur Dumbledore l’appela:
-Alex! Viens, viens me voir un instant.
Prit d’une légère panique, il s’exécuta docilement. Il avait franchit quelques pas seulement quand un élève, apparemment pressé le bouscula et le fit tomber violement au sol. Il se releva tant bien que mal et vit que le professeur Dumbledore était venu à lui:
-Rien de cassé? Demanda celui-ci.
-Non, je...je crois que non...
Alex sentait venir en lui un sentiment de culpabilité mais ne s’en fit pas plus que ça pour la suite des évènements. Il savait que quoi qu’il fasse ou quoi qu’il dise, il n’échapperait pas à son heure de colle. Il se dit qu’il valait mieux prendre son mal en patience et que ce douloureux affront ne serait pas éternel. Il regarda un moment le professeur dans les yeux et détourna vite son regard du siens. Il savait que le professeur Dumbledore avait la faculté de voire ce que les gens pensaient, c’est pourquoi il s’efforça à penser à un cour de métamorphose. S’il lisait ses pensées, il y verrait qu’il était en cour cet après midi là et non à la tête de sanglier.
-Et pourquoi veux-tu me cacher que tu étais à la tête de sanglier? Tu as fais quelque chose de mal?
-Que...comment...je...hein?
-Et oui mon cher, ta crainte était bien fondée, je sais lire dans les pensées et je peux même te dire que tu y as rencontré une personne là bas, je me trompe?
Alex ne savait plus quoi dire pour sa défense, il était fait et ne savait pas comment il pourrait se sortir de là à part par un miracle. Mais comme si quelqu’un avait entendu sa requête, un élève fit une drôle de farce au professeur Sinistra, ce qui attira l ‘attention du professeur Dumbledore, juste le temps pour que Alex puisse s’éclipser sans trop attirer l’attention sur lui. Il n’avait plus envie à cet instant que d’aller dans son lit douillet se coucher. Il se dirigea vers les escaliers de marbre et tourna la tête vers la grande porte avec une lueur d’espoir dans le regard. Quand il voulut regarder l’escalier pour voir où il mettait les pieds, son regard se posa sur les yeux éclatants de Lili qui le fixait depuis une cachette dans la descente des cachots. Il accourut auprès de sa mystérieuse amie et lui dit:
-Lili? Que fais-tu ici? Si on te voit tu, enfin vous, heu...
-Ne t’inquiète pas pour moi petit Gryffondor, je ne risque rien ici. Je voulais juste te revoir un instant. J’ai quelque chose à te demander.
-Ben, vas y dis moi?
-Tu pensais ce que tu me disais tout à l’heure, à propos de mon attitude?
-Ben heu... Je disais quoi déjà?
La crainte de se faire voir avec elle, et que le professeur Dumbledore retrouve sa trace le rendait plus nerveux que jamais. Il voulut dire quelque chose mais en fut incapable.
-Tu me parlais de mes problèmes.
-Mais je croyais que tu n’en avais pas?
-Ben si mais je ne pense pas qu’ils soient vraiment importants comparés aux problèmes d’un Gryffondor essayant de fuir son directeur.
-Mais alors quoi? Je veux dire, en quoi je puis t’aider?
-Tu peux me retrouver dans le parc du château vers minuit au bord du lac noir?
-Je...heu...oui, je pense que je peux faire ça, mais...
-Mais rien, je t’attendrais alors là bas.
Et Lili se dirigea vers la porte du château et disparut derrière sans l’ouvrir.
Alex n’en cru pas ses yeux, il venait de voir une personne traverser une porte. Pourtant il avait déjà vu les fantômes de Poudlard en faire autant, mais là il pensait qu’il s’agissait d’une personne de bien réelle. Il secoua sa tête de gauche à droite pour essayer de remettre ses esprits en place mais il fut incapable de s’enlever cette vision du crane. Il monta les escaliers et passa le passage du portrait de la grosse dame. Il alla directement dans son dortoir où il fit semblant de dormir. Les minutes qui passaient lui semblaient interminables et il fut déçu d’être aussi impulsif quand la fatigue commença à le guetter d’un drôle d’air. Il ouvrit les yeux d’un coup et constata en regardant sa montre qu’il était en retard, même très en retard. Le cadrant indiquait déjà 12h35. Il se leva d’un bond et sortit en courant de la pièce. Il avait franchit le seuil du portrait lorsque la grosse dame lui dit:
-Attention à ce que vous faites jeune-homme.
Il ne répondit pas et s’empressa d’aller de l’avant. Quand il eut franchit la porte du château, il vit la silhouette de Lili au bord du lac noir. Elle était debout et semblait l’attendre impatiemment. Il courut les quelques mètres qui lui restait à faire d’un pas dangereusement rapide et dit:
-Désolé, je...je me suis endormi.
-Ce n’est pas grave, j’ai tous le temps que je veux.
-Alors Lili? Heu...commencez donc par me dire pourquoi vous voulez me parler la nuit et soudainement.
-Hé bien, tu ne t’en es pas encore rendu compte? J’ai un problème à régler et je pense que tu peux m’aider.
-Ha bon, En quoi?
-Je suis... Un fantôme.
A cette révélation, il resta sans voix et ne pu la regarder en face sans éprouver une certaine frayeur.
-N’ai pas peur de moi, je suis inoffensive, comme tous les fantômes d’ailleurs.
-Mais je...heu, quoi?
-Les fantômes sont des reflets de l’âme, ils n’ont, par conséquent, aucuns pouvoir sur quoi que ce soit, si ce n’est le fait de pouvoir parler comme des êtres humains et d’interférer dans certains domaines, comme le repos éternel.
J’ai besoin de toi parce que tu es le seul à pouvoir me voir.
-Mais à la tête de sanglier, vous y étiez cliente, et vous enfin... tu étais entrains de boire un verre.
-Effectivement, je bois un verre à la tête de sanglier depuis maintenant plus de 45 ans, c’est toujours le même d’ailleurs.
-Et le patron du pub, il vous à bien vu, non?
-Il à cru que l’excès de travail t’avait fait perdre un peu la boulle. Il t’a vu parler tous seul.
Alex était largué, en plus de parler à un fantôme, il allait passer pour un dingue.
Il n’avait qu’une seule envie c’était d’apporter son aide à cette personne qui apparemment en avait besoin:

-Mais que suis-je sensé faire pour t’aider? Demanda celui-ci.
-Hé bien pour commencer, tu pourrais me demander comment cela est arrivé?
Alex pensait que les fantômes étaient susceptibles, c’était pourquoi il avait évité de poser cette question plutôt embarrassante. Mais après que Lili lui ai proposé de lui demander il se sentit plus à l’aise et ne se gêna plus pour poser de plus en plus de question, mais cependant il évita de lui poser la question la plus importante, comment avait elle perdu la vie. Il lui demanda plutôt:
-A quelle époque à tu vécu? Où vivais-tu? Quelle est ta famille? Où sont-ils maintenant? Pourquoi n’es tu pas au Paradies? Que ressent-on quand on meurt?
-Je suis étonnée et un peu consternée que tu ne me pose pas la question la plus évidente et la plus déterminante pour la suite de ton aventure.
-Et la quelle est-elle? Demanda-t-il soudain un peu mal à l’aise.
-Comment je suis morte bien sur.
-Et heu... Comment... heu es tu... Est-ce arrivé?
-Je me suis noyée dans le lac noir, mais je crois que ce n’est pas arrivé tous seul.
-Tu...penses qu’on t’a tué?
-J’en suis sure maintenant, j’étais tranquillement en train de me baigner un soir de pleine lune, un peu comme ce soir, il était minuit et je me sentais euphorique avec le whisky pur feu que j’avais bu à la tête de sanglier. J’avais envie de défier l’école pour m’amuser et quand je suis allée dans l’eau, j’ai sentis quelque chose ou quelqu’un qui me tirait au fond du lac. Je me suis d’abord débattue, mais plus je le faisais, plus la chose ou la personne semblait forte et me tirait vers le fond. Et ensuite, je me souviens juste avoir été de retour à la tête de sanglier et je ne pouvais plus parler à personne.
Alex n’en crut pas ses oreilles. Comment quelqu’un ou quelque chose avait-il put agresser une personne à Poudlard? Cela paraissait insensé et totalement effrayant. Le fait qu’ une élève avait put mourir et disparaître sans que personne ne s’en inquiète, était passablement terrifiant.
-Mais personne ne t’as recherché? Tu as disparue comme ça sans laisser de trace et, plus rien?
-C’est pour ça que je pense que quelqu’un m’as tué, sinon on aurait pensé à lancer des recherches, non?
-Mais comment crois-tu que cela puisse être possible?
-Le sort Oubliette est très puissant tu sais, et un élève hors du communs pourrait très bien le jeter sur une école au grand complet tu sais.
-Mais, pourquoi aurait-on eu envie de te tuer? Cela me parait tellement atroce. Pourquoi aurait-on eu envie de te faire du mal?
-Simplement comme ça, pour voire ce que ça fait de tuer quelqu’un, il y a dans ce bas monde, une quantité non négligeable de gens qui testent leur curiosité, simplement pour voir les effets secondaires. Certains sèchent les cours pour aller boire un verre dans un pub en pleine journée en compagnie d‘une entité, et d’autre eux vont plutôt avoir envie de tuer quelqu’un pour le simple fait de voir s’ils en sont capable. Tu sais, comme je suis un fantôme, il y à pleins de choses que je peux faire maintenant. Comme espionner les élèves dans l’enceinte de l’école et voire ce qu’il s’y dit. Tu serais surpris de savoir tout ce qui se dit sur toi dans ton dos.
-Et pourquoi tu me dis ça! S’emporta Alex. Tu essayes de me décourager de la vie pour avoir un copain fantôme c’est ça?
Lili parut confuse et gênée. Elle n’avait aucune attention de vexer Alex mais elle avait apparemment réussi avec brio.
-Non voy... Heu non, je t’assure, j’ai dis ça comme ça.
-Parce que tu crois que je ne sais pas tout ce qui se dit sur moi? Tu crois que c’est simple pour moi? Moi qui croyais que tu pouvais comprendre ce qu’est la solitude, tu me donne un bon exemple d’exclusion et en plus tu te permets d’en rajouter avec un drôle d’air. Ecoute, tu es morte et c’est horrible, mais je n’y suis pour rien, alors si je peux t’aider d’une quelconque façon, dit le moi et fiche moi la paix!
Lili se figeât et regarda Alex d’un air triste et offensé. Alex la regardait dans les yeux et il mesura ses paroles. Il était convaincu d’être allé beaucoup trop loin mais il s’en fichait éperdument. Lili l’avait mit hors de lui et l’avait profondément blessé en lui rappelant une vérité honteuse. Elle disparut soudain et laissa notre colérique et malheureux ami seul à son triste sort.
Alex regretta instantanément de s’être emporté de la sorte et s’effondra sur le sol, la tête dans les genoux et les larmes aux yeux.
Durant les jours qui s’ensuivirent, il avait perdu tout appétit et ne parlait plus à personne. Lorsque son amie, bien vivante, lui adressa la parole, il ne sembla ne pas l’avoir entendu...

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 26 Mai - 14:59

-Hey!! Tu redescends? Ho!! Alex?
-Lili?
Ils étaient tous dans la grande salle à prendre leur repas du soir, mais Alex était toujours aussi absent que depuis que Lili l’avait quitté en cette nuit froide à tout point de vue.
-Heu non, c’est moi, rien que moi? Léa, tu te souviens de moi? Ca fait trois ans qu’on est dans la même classe et dans la même salle commune tous les soirs. Bien que ça fasse plus de deux semaines que tu ne m’as pas adressé la parole. Ca va? Je m’inquiète pour toi.
Mais ce discoure qui se voulait réconfortant, et commençait à calmer Alex, fut interrompu par une voix douce et familière, celle du professeur Dumbledore:
-Alex? Je peux te parler un instant?
-Heu waw! Heu oui professeur, je peux juste m’absenter quelques secondes avant?
-Bien sur mon ami, je t’attendrais dans la salle des trophées qui se trouve derrière. Et ne me fait pas faut bond cette fois. Ajouta-t-il avec un clin d’œil.
-Bien professeur, j’arrive.
Il attendit que le professeur soit hors de porté de voix et dit à Léa:
-Viens avec moi s’il te plait.
Et Léa le suivit dans le couloir de l’entrée. Il lui prit la main pour qu’elle le suive rapidement et s’engouffra dans une salle de classe vide pour lui dire:
-Je suis fou?
-Mais, je..., quoi?
-Tu me trouves fou, mais cette fois réponds moi sérieusement, s'il te plait, dis moi.
Elle resserra sa main sur la sienne et l’évalua du regard. Elle le fixa de haut en bas et s’arrêta d’un regard doux dans les yeux en prenant enfin la parole:
-Pour moi tu n’es pas fou, tu es perturbé par quelque chose et je crois que tu sais ce que c’est mais tu ne veux pas me le dire.
Léa avait hérité de sa famille de sang pure, une très forte puissance magique et de ce fait, la Légillimencie était presque naturelle chez elle mais elle ne savait cependant pas la maitriser. Bien entendu, elle n’en avait rien dit à Alex.
Alex lui se sentait mal à l’aise d’avoir des secrets avec la seule personne qui était en tout temps de son coté, même lorsqu’il était en tort. Il prit une profonde respiration et lui dit:

-Je, je crois avoir vu et parlé avec un fantôme. Ca y est je l’ai dit.
-Ben oui et alors? Je te signale qu’ici il y en a plus d’un. Qu’est-ce que ça a de si étrange?
-Ben ce serait un fantôme non connue. Je l’ai rencontrée il y à quelques jours à la tête de sanglier, quand j’ai séché les cours.
-Ecoute va voir le professeur Dumbledore mais ne lui dit rien de tout ça, je vais aller faire des recherches sur les fantômes de Poudlard et je vais essayer de trouver tout ce que je peux. Et toi, calme toi et va voir le professeur.
Il acquiesça d’une signe de tête furtif et s’en alla en direction du fond de la grande salle pour avoir son entretient avec le professeur. Il poussa la porte ouvragée et entra dans la petite pièce aux trophées rutilants de milles feux. Là le professeur Dumbledore l’y attendait, assis dans un confortable fauteuil. Il sortit sa baguette et en fit apparaitre un deuxième pour Alex et l‘invita à s‘assoir. Alex s’exécuta et resta silencieux. Le professeur rompit le silence:
-Comment vas-tu?
-Heu...ben...en fait, ça va pas trop mal je dois dire. Dit-il d’un ton qui se voulait rassurant, mais qui ne fit qu’accentuer les craintes du professeur.
-Alors si tu vas si bien que ça, pourquoi transpires-tu, je ne crois pas qu’il fasse trop chaud ici, si? Je sais que tu n’étais pas en cours ses derniers temps et je sais aussi que tu es sorti du château un après midi où tu avais cours avec le professeur McGonagall pour aller à la tête de sanglier, et pour conclure, je sais aussi que tu es sorti cette même nuits. Je voudrais juste savoir pourquoi tout cela.
-Hé bien. C’est vrai-je suis sortis dans la nuit et c’est aussi vrai que j’ai séché le cours du professeur McGonagall. Je suis même allé à la tête de sanglier cet après midi là mais ça je vous l‘ai déjà dit et vous venez même de me le rappeler.
-Pourtant Alex, toi dans un pub? Mais tu déteste ces endroits, non?
-C’est vrai, mais quelque chose me poussait à y aller, je ne sais comment vous l’expliquer.
-Pas la peine, je vois très bien ce que tu veux dire, mais cela valait-il le coup d’agir ainsi?
-Pas vraiment. Je... je vais avoir des ennuis professeur?
-Pas si tu fais des efforts. Je vais t’accorder le bénéfice du doute pour cette fois, tout comme l’a fait le professeur McGonagall, et je vais te laisser t’en aller si tu le souhaites, mais si tu veux continuer à parler avec moi, je suis tout ouïe.
-Désolé professeur, mais Léa m’attends, c’est pourquoi je vais prendre congé de vous si vous me le permettez. Mais je vous promets deux choses, faire des efforts et venir vous voir si je veux m’entretenir avec vous d’un sujet quelconque. Vous me croyez?
-Bien sur que je te crois, allé va rejoindre ton amie.
Sur ce, Alex se leva et sortit de la pièce en adressant un signe de tête au professeur Dumbledore. Il partit rejoindre Léa sans vraiment savoir où chercher. Il savait au fond de lui où la trouver et il obéît à ses sentiments en se rendant à la bibliothèque. Poussant la porte de chêne Alex aperçut son amie plongée dans une pile de livres poussiéreux. Il s’approcha lentement d’elle et lui susurra à l’oreille:
-C’est bon, je suis là, Dumbledore à été gentil avec moi, j’ai droit à une seconde chance.
-Et tu ferais bien de l’écouter cette fois Alex, je ne suis pas là pour te faire la morale, mais là tu pars en vrille. Pour ton histoire, voici tout les fantômes de Poudlard et fait moi le plaisir de cracher ton cheween-gum. Ou mastique en silence.
-Heu ouais? Dis le moi si je suis de trop aussi? Dit-il avec hargne.
-Désolé mais ça me rends folle que tu m’ai caché tout ça. Je croyais qu’on se disait tout?
C’était simplement la pure vérité jusqu’à ce qu’Alex voie cette jeune femme. Elle l’avait changé du tout au tout et il voulait savoir pourquoi. C’est pourquoi il rétorqua à Léa:
-Ecoute si je t’ai demandé de l’aide c’est parce que j’ai bien vue que quelques choses n’aillait pas. Si tu ne veux pas m’aider, je le comprendrais très bien, mais ne soit pas comme ça avec moi je t’en prie. Ne te referme pas, ne m’évite pas, aide moi.
Léa se sentit gênée par les dires d’Alex. Elle comprenait bien que son aventure avait quelque chose de personnel, mais elle y éprouvait de la jalousie. D’être mise à l’écart ne lui plaisait pas du tout et encore moins d’être loin de lui.
-Pardon Alex ça m’a échappé. Pote?
Alex sourit, c’était là une expression qu’il avait dit à Léa le premier jour de leur rencontre et elle était restée avec le temps:
-Pote. Alors tu as trouvé quoi?
-Hé bien voilà, il y a le moine gras, le baron sanglant, Elena Poufsouffle, Peeves, Nick quazy sans tête et quelques spectres mais ils sont tous connu. Tu es sur de ne pas avoir omis un détail?
-Hé ben...le fantôme en question est UNE fantôme.
-Quoi??? UNE FANTÔME? Heu, excuse-moi. Une fantôme? Mais à part Elena Poufsouffle et Mimi Geignarde, il n’y a pas de fantômes de femme à Poudlard. Et où dis tu que tu l’as vu?
-A la tête de sanglier, elle...elle à but un verre avec moi.
-Mais les fantômes ne boivent pas, si?
-Non tu as raison, mais d’après ce qu’elle m’a dit, elle buvait le même verre depuis 45 ans sans qu’elle ne boive ni qu’il se vide.
-Tu n’aurais pas fait un tour dans la serre de botanique avant d’aller faire ton tour?
-Ben non pourquoi?
-Parce qu’il y à là bas des plantes aux propriétés hallucinatoires qui peuvent avoir altéré ton jugement de la perception des choses.
-Traduction Léa!
-Ben en claire, tu peux avoir rêvé tout ça.
Alex y vit une provocation, mais il laissa sa parano de coté et se contenta de répondre:
-Non je n’y suis pas allé.
Ils étendirent leurs recherches sur les fantômes répertoriés d’Ecosse et de Grande-Bretagne, mais ce fut sans succès. Il était à présent très tard et ils n’avaient qu’une idée en tête, allé se coucher. La bibliothèque était déjà fermée, mais madame Pince avait autorisé Léa à y rester. Elle savait qu’elle était une élève model et qu’elle pouvait lui faire confiance. Ils avaient tout deux franchit la voute d’entrée lorsque Lili réapparut aux yeux d’Alex. Elle était toujours de même allure, mais semblait fatiguée. Comme s’il était possible pour un fantôme d’être fatigué. Alex en la voyant lui dit simplement:
-Pardon Lili.
-Heu non, moi c’est Léa, Alex.
-Non, Léa, regarde devant toi.
Léa tourna la tête et vite enfin pour la première fois Lili.
-Tu n’aurais pas du Alex. Dit Lili.
-Oui? Pas du quoi?
-Me montrer à elle. Elle peut me voir maintenant.
-Ben dans ce cas pourquoi es-tu là? Tu devais savoir qu’elle est mon amie et qu’il y avait de forte chance pour que je sois avec elle.
Lili s’effondra en sanglot, triste et visiblement blessée.
-Hoo pardon Lili, je n’voulais pas...Excuse moi.
Lili ne releva pas la tête mais continua de pleurer.
-C’est elle Alex? Demanda Lea.
-Oui, c’est elle. Et je crois que j’ai encore fais une gaffe, je suis vraiment trop nul moi.
-Tu... Tu n’y... es pour... Pour rien...Al...ex...
Alex voulait la croire mais il savait que sa réplique y était pour beaucoup.
Il resta un moment à regarder Lili pleurer, impuissant et triste de l’avoir rendu malheureuse. Puis il se décida enfin à aller la voir de plus près et de lui proposer de l’accompagné dans la salle commune. Elle accepta très volontiers, séchant enfin ses larmes. Ils montèrent tous trois les escaliers n’en faisant qu’à leurs têtes et arrivèrent enfin en haut des marches devant le portrait de la grosse dame au septième étage.

-Aqua-volubilis. Dit Léa devant le regard interrogateur de la grosse dame.
Le portrait pivota sur ses gonds et laissa passer les deux élèves de Gryffondor sans même avoir aperçut qu’un fantôme était avec eux. Après tout, cela n’avait pas grande importance puisque, si elle le voulait, Lili aurait put aisément passer au travers du mur. Alex et Léa s’assirent dans leur fauteuil, le même fauteuil, cote à cote, presque main dans la main. Lili les regardait avec un drôle d’air, elle semblait les envier.
-Alors que se passe-t-il Lili? Demanda Alex.
-Je t’ai demandé de l’aide et tu ne m’as pas aidé alors que tu m‘avais promis de le faire. Dit-elle furieuse.
-Oui, peut-être mais c’est toi qui es partie si tu te souviens bien.
Alex essayait de se dégager de toute responsabilité.
Léa n’osa pas parler, après tout elle était l’amie d’Alex mais cette histoire ne la regardait pas. Et maintenant qu’elle l’avait vu, elle la trouvait tellement belle qu’elle redevint jalouse. Aussi, plutôt que de dire quelque chose de vexant, elle préféra se taire.
-C’est vrai, mais c’est toi qui m’y à forcé. Je ne voulais pas m’en aller...

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 26 Mai - 20:59

Waw... J'adore ^^"
A quand la suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 30

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Mar 27 Mai - 11:29

Super Alex!
J'ai beaucoup aimé!! Very Happy Ecris-nous vite la suite! ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Mar 3 Juin - 10:19


[merchi à vous c'est cool voici une suite]

Alors Alex se sentit sale, dans un drôle d’état. Il estima préférable de ne rien ajouter et de laisser Lili reprendre là où elle s’était arrêtée. Mais elle n‘incitait pas à continuer alors Alex dit:

-Heu oui, bon alors dis moi, qu’est-ce qui ne va pas alors? Je devais t’aider et je ne l’ai pas fait, mais en quoi puis-je t’être utile?
Avec toute la sincérité qu’il pouvait offrir, il dit simplement à Lili ce qu’il avait sur le cœur. Mais cela n’était pas aussi simple.

-Tu ne peux plus rien pour moi se soir, il est trop tard maintenant. Il faudra attendre la prochaine pleine lune.
-Ha ouf je croyais que tu allais dire que tout était perdu.
Et soudain, Léa qui avait gardé le silence trop longtemps à son gout se permit de prendre la parole:

-Et c’est sans danger au moins votre escapade nocturne? Nan je sais pas moi, mais ya des contrôles la nuit, pis ya Rusard, sans parler du fait qu’il est en surcie et qu’il pourrait avoir de graves ennuis. Condamné à errer dans les limbes pour l’éternité c’est pas marrant certes, mais s’il faut un sacrifice humain en plus, je ne crois pas que ce serait vous rendre service à tous les deux. Essayez seulement d’analyser la situation quoi. Bon ce n’est pas que je ne veux pas vous aider, mais là, c’est plutôt risqué tout ça, il nous faudrait en savoir un peu plus.
Ses parole étaient dures mais sensés, il fallait qu’ils sachent où ils allaient et l’intervention de Léa ouvrit les yeux à Alex et Lili qui semblaient être partit pour leur monde. Lili prit enfin la parole:

-Léa a raison tu sais…
-C’est vrai mais tu as un problème à régler et je veux en être, de toutes façon tu m’as dit que c’était ainsi, parce que personne d’autre ne pouvait te voir, non?
-Techniquement, oui c’est ça, mais maintenant, tu n’es plus le seul à pouvoir me voir.
Mais Léa s’emporta comme pour se défendre:

-Quoi? Ca veut dire que je dois en être moi aussi maintenant?
-Non Léa, tu ne DOIS pas en être, mais si tu le veux, tu peux nous apporter ton aide.
Léa fit alors quelque chose qu’Alex redoutait, elle se releva d’un bond pour faire face à Lili comme pour l’affronter. Elle la fixa un moment et regarda Alex droit dans les yeux sans siller. Il détourna son regard un instant pour regarder Lili et ses yeux se reposèrent sur Léa:

-Tu ne va quand même pas faire ça Alex?
-Ben si, j’en ai peur Léa!
-D’accord alors je vous aiderez, mais c’est à contre cœur. Ajouta-t-elle en croisant les bras et en relevant la tête d’un air méprisant. Alex lui se contenta de sourire tendrement en regardant Léa faire semblant de faire la tête. Lili disparut aussitôt sans même prendre la peine de dire au-revoir. Alex se releva et s’approcha de Léa. Elle ne voulait rien savoir, mais lorsqu’il lui saisit la main pour la serrer dans la sienne, elle lui sauta dans les bras et disant:
-S’il t’arrive quelque chose, je te tue d’accord?
Alex éclata de rire et Léa, qui ne put se retenir plus longtemps, rit de plus belle.
Ils retournèrent prés du feu dans leur fauteuil, l’un sur les genoux de l’autre à regarder les flammes tournoyantes dans l’âtre. Lili n’était plus là mais cela n’avait pas d’importance pour eux. Tout était dit pour ce soir. Après un long moment, où ni l’un ni l’autre n’avait prononcé la moindre parole, Alex prit l’initiative de proposer qu’ils aillent se coucher.
Le lendemain, Alex et Léa n’avaient toujours pas parlé de ce qui c’était passé dans la salle commune la veille. Lili avait disparut sans mot dire et ils ne savaient pas du tout en quoi ils pourraient l’aider. C’était un samedi matin froid et venteux, et ils avaient le droit d’aller à Pré-au-Lard. Alex n’avait pas l’autorisation de sortir mais il le fit quand même mais cette fois Léa s’en était mêlée en reproduisant une copie parfaite de lui en train de dormir dans son lit. Elle avait prit soin de prévenir madame Pomfresh pour que personne ne vienne le voir d’un peu trop près:

-Tu crois que ça va marcher?
-
Tu ose mettre en doute mes compétences Alex?
-
Non, je me disais juste que…enfin…non tu as raison.
A peine plus loquace, ils suivirent le chemin menant chez Honneyduke. Alex remplit un sac des bonbons préférés de Léa et lui tendit après avoir payé la vendeuse. Il prit une modeste plaque de chocolat et en mordit le coin. Léa le vit dans ses pensées et n’osa pas lui demander à quoi il pensait. Elle le savait très bien. Après un long moment à réfléchir, elle lui proposa d’aller à la tête de sanglier pour y retrouver Lili:

-Mais on a le temps. On a un mois pour se préparer. Dit Alex.
-Parce que, naturellement, tu sais ce qui nous attend?
-Ben…j’en ai aucune idée. Répondit-il
-Alors on va retrouver Lili et essayer d’en savoir plus. Je suis toujours dans l’ignorance et je n’aime pas ça.
-Ha c’est pour ça? Ya un truc que tu ne sais pas et que tu dois savoir. Dit Alex en rigolant. Mais devant le regard de Léa il s’empressa d’ajouter:
- Excuse-moi, c’est pas drôle. Pardon. Pote?
-Oui, pote…
Ils se dirigèrent alors vers la tête de sanglier, main dans la main sur le sentier brumeux. Arrivé à la porte, Alex l’ouvrit et invita Léa à entrer d’un signe de tête. Notre petite Gryffondor entra en remerciant Alex et lui demanda:

-Alors, c’est où que tu l’as vu Lili la première fois?
-Là bas au comptoir. Mais elle n’y est pas.
-Quelle sagacité! T’as trouvé ça tout seul? Demanda Léa d’un ton sarcastique mais humoristique. Elle sourit et poursuivit sur:
-
Allez, allons nous assoir, je suis sure qu’elle va se montrer.
Alex s’assit en face de Léa et prit un bonbon que Léa lui avait proposé:
-
Merci. Dans quoi on s’est encore embarqué?
-Ha ça, je n’sais pas. Moi je ne fais que te suivre. C’est à toi qu’il faut demander ça.
Il lui rendit son sourire et mangea enfin son bonbon. Le temps passait, et au fur et à mesure, Alex et Léa riaient de plus en plus, se remémorant des blagues ou des anecdotes de cours. L’après midi était bien avancé, c’était presque le soir et ils devraient bientôt rentrer au château. Léa regarda sa montre et dit à Alex:

-Allez très cher, notre carrosse nous attend.
Alex paya leurs consommations et ils sortirent tous deux en direction du château. La fraicheur du soir était la bienvenue aux joues des nos deux Gryffondor. Tout était bien ce soir. Mais Lili n’avait pas donné de ses nouvelles. Ils se promenèrent encore un moment sur les rives du lac avant de rentrer. La lune était absente, cachée par les nuages. Tout était très sombre et Alex cru voir quelque chose bouger au loin. Il n’y prêta pas une grande attention mais ce fut Léa qui dit enfin:

-Hé, t’as vu? On dirait Lili là bas?
Alex fit un mouvement brusque de la tête et regarda plus en détails au loin là où il avait vu la forme bouger et, effectivement, Lili flottait dans les airs à leur rencontre:

-Salut Lili. Dirent en même temps Alex et Léa.
-Bonsoir à vous. Répondit Lili un sourire aux lèvres.
Ils s’assirent en triangle et commencèrent à parler, calmement et chacun leur tour afin d’en savoir plus sur ce qu’ils auraient à faire pour aider Lili:

-Ce n’est pas si dure, il faut juste m’aider à trouver le repos éternel.
-Heu ouais??? T’as pas plus simple à nous proposer?
-Mais comment nous aiderons vous à trouver le repos éternel? Y’a sans doute quelque chose de spéciale à faire, comme un rituel ou un enchantement? Demanda Léa.
-Il y a un simple enchantement c’est vrai, mais il nous faut tout trois savoir pourquoi et par qui j’ai été tué.
-Y’a 45 ans? Mais comment tu veux qu’on sache? Surtout si toutes l’école à subit un sortilège d’amnésie. Naan…an…an, je savais qu’on y arriverait pas.
Léa regarda un instant Alex se plaindre mais réfléchit en même temps:

-Il existe un contre sort au sortilège d’amnésie mais il est très compliqué. Et je pense que nous sommes trop peu doués pour le réussir. Mais on peut essayer quand même, ce sort n’est pas dangereux. Maintenant, il nous faut juste trouver quelqu’un qui eut été là il y à 45 ans.
Alex regarda Léa expliquer son plan avec tant de calme qu’il en fut sidéré:

-Ce n’est rien Dit-t-il. Trouvons un élève de 55 ans et faisons lui retrouver la mémoire, un jeu d’enfant.
Mais Léa avait déjà prévue l’hypothèse de cette réponse et regarda Alex en souriant et en secouant la tête comme pour montrer qu’elle avait une fois de plus comprit plus vite que lui:

-Et pourquoi donc essayerons-nous de retrouver un élève au hasard, qui ne sait peut-être rien de ce qui est arrivé, alors que nous avons les professeurs de Poudlard à notre disposition toutes l’année? Tu m’expliques? Surtout que les professeurs sont les premiers avertis de ce genre de situation.
Soudain une lueur brilla dans le regard d’Alex, il avait enfin comprit. Mais ce qui lui faisait le plus peur c’était que Dumbledore semblait le plus approprié à ce genre de disposition mais il était aussi le plus grand sorcier de tout les temps…

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Dim 15 Juin - 21:08

Under way towards new adventures !!!
Je veux la suite :MrRed: :
Revenir en haut Aller en bas
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Mar 17 Juin - 12:25

Le lendemain matin, Alex était troublé. Il avait passé une très mauvaise nuit. Toute la discussion qu’il avait eu avec Léa et Lili lui était apparut en rêve sans qu’il puisse s’en défaire. Il avait passé toutes la nuit dans un sal état. Il avait les nerfs en vrac et la tête à l’envers. Comment allait-il faire pour aller de l’avant maintenant. Plus il se posait cette question, plus il angoissait. Il avait une seule envie, c’était que tout finisse la plus vite possible. Il ne le savait pas mais il n’était pas au bout de ses peines. Il s’était engagé en terrains inconnu. Après tout, il n’était qu’en troisième années. Comment pourrait-il kidnapper un professeur et lui soutirer des information sur Poudlard, à une époque où il n’était même pas encore né? L’hypnose était toute indiqué pour ce genre de situation. Sa pratique était très simple mais il fallait qu’il visualise plus ou moins le Poudlard d’avant pour que le professeur retrouve sa mémoire convenablement. Triste réalité mais cependant élémentaire à la suite de son aventure. Il fallait qu’il en apprenne d’abord par lui-même sur le Poudlard de l’époque avant de se lancer à l’aveuglette. Il sortit du dortoir au milieu de la nuit pour aller réfléchir à tout ça dans la salle commune. Il avait un peu froid à marcher de long en large en pyjama. Après avoir poussé la porte, il vit au fond du couloir du dortoir des filles, en face de celui des garçons, une porte se refermer rapidement. Il ne savait pas qui cela pouvait-être mais cela ne lui importait guère. Il n’allait pas parler tout seul, enfin il espérait. Il s’approcha lentement de la porte et au moment où il était le plus près de celle-ci, il voulut s’assurer qu’elle était bien fermée lorsqu’elle s’ouvrit rapidement, lui cassant presque le nez. Dans une douleur à peine supportable, il tomba au sol en saignant abondement. Il releva la tête pour voir qui avait poussé la porte si violement et vit son amie Léa, les contours de celle-ci déformé par les larmes qui aveuglait presque Alex:
-Ho Alex pardon, c’était toi le «boum» dans la porte? Excuse moi je n’ai même pas vu qu’il y avait quelqu’un? Ca ira?
-
Heu…ben don ze grois bas gue za va aller. Rhaaa z’ai bal. Du veux bas be zoigner? Dit-il suppliant.
-
Si bien sur, pardon encore: RectifiusNazohus.
Et l’arrêt déformée du nez d’Alex reprit sa place initiale et le sang ne coulait plus un instant plus tard:

-Merci Léa, mais…t’es dingue de pousser les portes si fort. T’aurais pu me tuer.
-Heu ben, non en fait, pour te tuer il aurait fallu que je pousse plus fort la porte de vingt quatre déca-newton, et ceci aurait provo…heu… non désolé c’est pas le moment. En fait je me suis dit que nous devrions peut-être nous renseigner sur Poudlard à l’époque où Lili était élève ici avant d‘essayer d‘hypnotiser Dumbledore, tu crois pas?
Alex était ravi qu’ils aient pensé à la même chose sans se concerter. Pour une fois son cerveau égalait celui de son amie beaucoup plus intelligente que lui:

-Bien qu’après ce coup de porte, mon cerveau ne sera sans doute plus jamais comme avant. Dit-il en croyant avoir pensé cette phrase.
-Quoi? Dit Léa. Qu’est-ce que tu as dis?
Alex rougit et ne répondit pas à Léa. Il ne voulait pas qu’elle ai des remords.

-Non rien. Je dis n’imp’, fais pas gaffe.
Après avoir passé de longues heures à chercher et rechercher dans des livres de mode Poudlarienne la bonne époque, il ne virent pas grand-chose de prometteur. Les coutumes étaient plus ou moins les mêmes qu’aujourd’hui et les tenus vestimentaires également. Le seuls différence avec aujourd’hui étaient que le château était plus petit. Il manquait quelques tours ici et là. Et un donjon qu’ils ne connaissaient pas était présent.
Sans doute démoli pour une raison ou pour une autre. Alex et Léa se regardèrent sans échanger un mot. Ils étaient tous les deux très fatigués mais ne pouvaient cependant pas dormir. Léa sortit une plume de la couverture de son livre et commença à griffonner sur un bout de parchemin des petites notes sur les tours ajoutées et le donjon manquant. Au cas où cela aurait une quelconque importance. Elle sortit de la poche de sa robe de chambre ce qui convenait à nos jeunes amis, une petite fiole fermée d’un bouchon de liège. Une fois ouverte, la fiole dégagea une odeur bizarre mais agréable qu’Alex ne connaissait pas. Elle remplit une seconde fiole vide qu‘elle avait apporté aussi et dit à Alex:
-Tiens, prends en une goute avant de dormir si tu veux pas être un zombie demain.
-
Heu…ouais? C’est quoi? On dirait…
-C’est de la goute du mort-vivant. J’en ai préparé la semaine dernière quand on avait le cour de potion sur les bézoards. Je m’ennuyais tellement que j’ai préparé ça devant Rogue sans qu’il ne me voit. Pas mal hein?
Elle attendait un compliment gratuit qu’Alex avait l’habitude de lui faire:

-C’est claire, qu’est-ce que je serais sans toi?
-Complètement paumé et insomniaque en plus. Mais merci pour ce compliment mon cher.
Alex prit le flacon que lui tendait Léa et se releva péniblement de son fauteuil. Ils avaient des courbatures partout et ils avaient hâte de retrouver leur lit. Alex dit bonsoir à Léa et entra dans le dortoir des garçon. Il s’écroula dans son lit et but, non pas une goute, mais une gorgée de la goute du mort-vivant. Il tomba dans un sommeil profond et ne rêva de rien. Il se réveilla dans son lit en pleine nuit. Léa était à ses coté l’air inquiète:

-Mwouaaaa. Bailla-t-il. Hmmm quel heure il est?Mais il fait toujours nuit? Tu es sure de bien l’avoir préparé ta potion?
-
Alex! Ca fait deux jours que tu dors. Tu en as bu combien de goutes?
Alex se sentit soudain honteux et vira du rose pâle au rouge vif:

-Oups! Je crois bien que j’ai dépassé les doses prescrites. Cela dit, j’me sens en pleine forme. Mais on ne m’as pas demandé?
-
Ben si, j’ai dit que tu étais toujours malade, comme quand nous sommes allé à Pré-au-Lard, mais cette fois je n’ai pas eu besoin de faire un double de toi puisque tu dormais réellement. Tu vas bien t’es sur?
Elle lui toucha le front et lui baissa les yeux pour voire ses pupilles. Tout semblait en ordre sauf qu’Alex avait les yeux plus claire qu’avant. Il étaient passé du bleu au bleu ciel. Mais cela était du au fait qu’il n’avait pas vu de lumière depuis deux jours et quatre nuits. Il se leva d’un bond et entreprit d’aller faire un tour dans le château:

-Mais? Tu vas où?
-Voir Lili? Tu viens avec moi?
-Oui.
Il savait qu’elle dirait oui mais il ne savait pas qu’elle lui dirait si rapidement. Agréablement surpris de cette réponse positive, il sortit de son lit et s’habilla de pieds en cape. Ceci fait il se tourna devant Léa et lui dit:

-Comment me trouvez-vous ma chèèèèèèèèèèèèèère? La cape fait très volontiers quinzième siècle à mon goût vous ne trouvez pas? Bien sur notre fiacre nous attends et nous ne voulons pas paraître importin aux yeux de nos invités. C’est pourquoi je vous en prie, hâtons nous vers de nouvelles aventures. Avec un ton grossier de baron ou de duc.
Léa explosa de rire et Alex lui sourit joyeusement. Ils descendirent tous deux vers la porte de la salle commune et prirent soin de lancer quelques sort de discrétion pour ne pas être repérer dans le château la nuit tel que Assurdiato et d’autres sort que connaissait bien Léa mais qu’Alex aurait été incapable d’en retenir rien que le nom. Une fois dans le couloir, ils prirent soins de regarder aux alentours avant d’aller de l’avant. Personne en vue, de part et d’autre des couloirs, cela était étrangement calme et un peu trop serein pour Poudlard la nuit. Ils savaient qu’ils ne risquaient pas grand-chose à part une retenue s’ils se faisaient attraper dans le château en pleine nuit, mais le plus dure pour eux serait de trouver une bonne excuse. Alex était d’une humeur très joviale et se moquait de son sort personnel. Léa elle était plus ou moins anxieuse mais le fait d’être avec un Alex si calme la rassurait. Arrivé en bas de l’escalier, ils scrutèrent les environs à la recherche de quoi que se soit, vivant ou non. Mais toujours rien. C’était trop calme et Alex était perplexe que même Peeves n’était pas dans le coins à chercher à faire une bêtise nocturne. Ils poussèrent le plus silencieusement les portes menant au parc du château. Une fois dehors, le vent frais de cette nuit là leur glaça le sang et nos deux jeunes gens furent bientôt transit. Euphorique cependant ils allèrent en direction du lac, là où Lili avait donné rendez-vous à Alex. Ils se mirent à accélérer le pas pour se réchauffer et furent bientôt à destination:

-Tu crois qu’elle viendra ce soir? Demanda Léa à Alex.
-Aucune idée. Tu sais on ne se fixe pas de rendez-vous précis, et elle apparait toujours lorsque je m’y attends le moins alors je ne peut pas te dire.
Alex était toutefois sur que Lili allait arriver d’un instant à l’autre. Il le présentait comme une certitude au fond de lui. Mais où exactement et quand, il n’en savait rien. Ils entendirent une vois douce et mélodieuse près d’eux leurs souhaitant la bienvenue d’un ton très amicale :

-Bonsoir vous deux. Dit enfin Lili. Elle arriva près d’eux en glissant sur le sol sans effectuer le moindre geste. Cela aurait pu paraitre effrayant pour quiconque ne la connaissant pas mais aux yeux d’Alex et de Léa, son approche était d’une douceur infinie. Elle les regarda tour à tour et ajouta:
-Comment allez vous? J’espère que je ne vous donne pas trop de soucis?
Léa voulut répondre une phrase assez blessante, laissant parler sa jalousie mais s’en retint. Elle ne voulait pas que la nuit si belle, malgré sa fraicheur, soit gâchée par un mauvais mot au mauvais moment. Alex lui répondit poliment:

-Ca va super, j’ai dormis deux jours il parait, alors je pense être en forme. Et toi, comment ça va?
La question ne se posait pas pour un fantôme puisque le seul soucis d’un fantôme était de reposer en paix mais elle répondit:

-Bien mieux depuis que je vous ait aperçût sortant du château.
Alex et Léa sourirent ensemble d’un même sourire gêné mais, d’une certaine manière, fier d’eux. Ils s’assirent cotes à cotes et regardèrent Lili. Léa la regarda de haut en bas en pensant à voix haute:

-Pourquoi aurait on voulut faire du mal à quelqu’un d’aussi gentil que vous?
Lili fut surprise que Léa lui témoigne soudainement autant d’affection pour lui dire un compliment aussi sympathiquement:

-Sans doute un fou, ou une envieuse, voir une jalouse qui sait.
Ils n’y avèrent encore pas pensé, mais l’assassin de Lili était peut-être une femme. Mais cela ne les intéressaient pas pour l’instant. Alex, Léa et Lili avaient autre chose en tête que de parler d’une chose si terrible ce soir là. Ils voulaient simplement tous trois profiter d’une rare moment à apprécier la vue, le bruit de la nuit, les étoiles, le clapotit de l’eau du lac, la fraicheur du vent leurs donnant la chaire de poule et toutes ses choses qu’ils avaient presque oublié avec ces récents évènement dans leurs vie tranquilles de jeunes élèves de Poudlard. Une étoile filante fit son apparition au loin dans le ciel et là il se passa quelque chose que Léa eu beaucoup de mal à accepter. Lili se redressa, regarda la lune, leva la main droite et dit:

-Toujours uni et toujours…
Lili et Léa se figèrent sur place et devinrent toutes deux aussi blanche l’une que l’autre. Lili sourit et disparût dans la nuit. Léa elle essayait de lui courir après en disant:

-Non attends! Reviens! Où tu…?
Puis elle compris qu’elle avait disparût pour de bon jusqu’à leur prochaine rencontre. Léa revint auprès d’Alex qui n’avait rien compris de ce qui venait de se passer:

-Tu m’expliques là?
Mais Léa préféra se traire pour l’instant, histoire d’y voir plus claire. Elle en parlerais à Alex mais en temps voulus:

-Non, c’est rien, je croyais qu’elle voulait me dire quelque chose. Mentit-elle.
Alex ne la cru pas vraiment mais préféra ne pas en rajouter. Si elle avait voulu lui mentir, cela la regardait.
Pendant les jours qui s’ensuivirent, Alex et Léa furent plutôt distant. Alex essayait de rejoindre Léa à leurs endroits habituels mais elle y était toujours absente. Curieux, mais après tout elle était peut-être malade. Mais lorsque les cours reprirent, elle ne lui adressait même pas la parole en cour. Même dans la salle commune des Gryffondor, Léa n’y était plus. Mais quoi de plus facile pour une sorcière très douée que de disparaitre au yeux d’un élève médiocre. Alex commençait à croire qu’il y était pour quelque chose et alla voir le professeur McGonagall pour lui demander si elle savait où Léa pouvait bien se trouver en dehors des cours mais même le professeur ne le savais pas. Ils avaient toujours cour ensembles, mais Léa se plaçait toujours avec une de ses amie. Maintenant c’était à elle de l’abandonner. Il lui demanda quand même à quelques début de cour pourquoi elle n’était plus avec lui, mais elle ne répondait jamais. Elle restait toujours de marbre à ses questions. A croire qu’Alex s’était montré particulièrement désagréable.
Alex ne chercha pas plus loin et fit son habituelle promenade en direction de Pré-Au-Lard mais cette fois ce fut de nuit. Il était seul, comme toujours depuis deux semaines, et arpentait les rues sombre et froides du village. Il y était bien finalement, il ne pensait à rien et se laissa guider par la luminosité de la lune au dessus de lui qui brillait majestueusement. Il passa devant la tête de sanglier et n’y accorda pas le moindre regard. Plus loin, il vit la cabane hurlante se balancer sur elle-même comme toujours. N’ayant plus rien à perdre, il se dit:

-Ouais? Bon! Pourquoi pas?
Il savait parfaitement où il voulait aller. S’enfuir loin de Poudlard et loin de tout ses tracas. Vivre en solitaire comme toujours. Il regarda la lune et dit:

-Accio Nimbus 2001!
Son balai arriva sur lui quelques instant après et il l’enfourcha. Il regarda une dernière fois Poudlard et lui fit un clin d’œil avec une larme humide coulant sur sa joue. Il se retourna et tapa fort du pied pour décoller. Il s’éleva dans las airs et fonça aussi vite que possible vers l’inconnu. Il regrettait déjà d’avoir fait cela mais il s’en fichait tous ce qui lui importait maintenant c’était de voler très loin, en terres inconnue même, pour voir par-dessus l’horizon…

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice & admin
Stéphy Wulfric
avatar
Fondatrice & admin
Féminin
Age : 30

Espace perso

Des fizwizbiz :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Dim 22 Juin - 23:13

Ayé, j'ai enfin lu toute la suite!
Super! Je fais déjà des suppositions quant à la réaction de Léa et l'étrange signe de Lili! lol

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.grenadine-acidulee.com
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 23 Juin - 17:37

[Merci à vous voici encore une autre suite^^ pour ce qui est de Léa et Lili c'est une surprise et je pense que vous n'aurez pas imaginé ça ce sera ma fin(s'il y en à une un jour^^)]

Lorsqu’il se réveilla le lendemain, Alex était transit et roulé en boule devant un feu de camps mort, dans la clairière d’une épaisse forêt son balai dans les bras. Cela faisait longtemps qu’il n’avait pas mangé et il commençait sérieusement à avoir faim. Parti depuis seulement quelques heures, il avait cependant voler très vite et était déjà à plusieurs centaines de kilomètres de Poudlard. Il regarda autour de lui en quête de nourriture et vit au sol quelques champignons qu’il connaissait bien. Il n’était pas question d’utiliser sa baguette, le ministère pourrait le repérer facilement et il ne voulait pas du tout que cela arrive. Il se contenta de faire du feu avec les restes de son feu de camps qu’il avait allumer avec des silex et de la mousse sèche. Il prit une branche qu’il tailla au moyens d’un couteau, celui qu’il utilisait en cour de potion et qui était pour lui une sorte de porte bonheur. Il planta un de ses champignon au bout de sa branche et le fit rissoler à la flamme de son misérable feu. Il le dégusta et se contenta d’en manger qu’une petite trentaine. Une fois rassasié, il entreprit de continuer son périple dans les bois et alla dans une partie très sombre de la forêt. Elle était noir pour un matin à l’aube. Il y vit un monument abandonné et y aurait bien élu domicile durant un moment, mais il présentait quelque chose de mauvais à rester ici. Il se ravisa donc à cette dernière idée et s’en alla plus loin dans les bois. Après avoir passé un long moment à marcher, ses jambes commencèrent à fatiguer. Il enfourcha son balai et vola sous la cime des arbres évitant les toiles d’araignées et les branches basses. Il commençait même à apprécier ses acrobaties, lorsqu’une branche surgit de nulle part vint lui couper sa trajectoire et il s’écrasa dessus. Il roula et retomba violement sur le dos dans un tas de feuilles mortes. Se relevant tant bien que mal, il se dit à vois haute:

-Mais c’est pas vrai, ya que moi pour faire ça!
Il avait mal au crane et le dos en compote mais la douleur n’était pas grand-chose comparé à ce qu’il éprouvait. De la colère, du dégout et même une certaine haine envers Léa:

-Nan mais sérieux, qu’est-ce que je lui ai encore fait. Je sais bien que je suis pas facile mais pour une fois j’avais rien fait de mal. Dit-il avec hargne.
Il shoota dans la souche d’un arbre le plus fort possible et regretta instantanément son geste. Il venait de se faire très mal à un endroit qui n’avait pas encore subit les représailles de sa violente chute de balai. Dans un hurlement de douleur il sautilla sur un pied se tenant des deux mains l’autre. Un moment plus tard, il n’avait plus mal qu’au cœur. Il avait la tête dans les bras et pleurait à chaudes larmes. Son amie l’ignorait et il ne savait même pas pourquoi, il avait fuit Poudlard et vivait en fugitif:

-Tout ça c’est la faute de Lili! Ajouta-t-il en essayant de rejeter la faute sur quelqu’un d’autre. Il savait très bien qu’il était seul responsable de ses actes. Le professeur Dumbledore lui avait souvent rappelé au cour des ses deux précédentes années:
-Dumbledore! Que ferait Dumbledore? Ben déjà il ne serait pas partit lui, ya que les lâches qui s’enfuient.
Il ré-enfourcha son balai et s’envola très haut dans le ciel, assez haut pour ne pas être aperçût par quelqu’un. Il s’envola dans la même direction qu’il avait prit la veille et continua son périple vers le lointain.
Ce soir là, il vit les lumières d’un village et descendit tout droit dessus. Il avait vraiment très faim. Il avait l’habitude de ses plusieurs repas par jour et il n’avait pas prévue qu’il ne trouverai rien à manger dans les montagnes. Arrivé au sol dans un atterrissage majestueux, compte tenu du fait qu’il était gelé, en clair il venait de se ramasser une belle gamelle; il se mit à fouiller dans ses poche à la recherche d’argent moldu. Il trouva quelques billets qu’il gardait pour le voyage dans la gare au retour des vacances, avant de rentrer chez lui pour l’été. Il y avait de quoi manger pour plusieurs repas et de quoi dormir pour plusieurs nuit. Mais ce qui lui importait était de manger copieusement et de repartir pendant la nuit. Il cacha son balai dans un tas de bois derrière le bar où il voulait entrer et se dirigea vers la porte. De la musique s’élevait des fenêtres ouvertes et une délicate odeur de nourriture vint lui chatouiller les narines. Il poussa la porte et entra. Personne ne semblait l ’avoir vu et il s’en moqua éperdument. Il se mit dans un coin de la salle et se posa sur une chaise attendant que l’on vienne s’intéresser à lui. Au bout de quelques instant, une serveuse s’approcha et lui dit:

-Bonsoir! Je vous sert quelque chose?
Alex essaya d’être aimable, mais la fatigue déforma le ton de sa voix:

-N’importe quoi mais chaud et vite s’il vous plait.
On ne pouvait faire plus disgracieux. La serveuse s’en alla légèrement choquée par le ton d’Alex et revint quelques minutes plus tard avec un copieux repas. Alex la regarda dans les yeux et dit:

-Merci et…et pardon d’avoir été malpoli.
La serveuse lui sourit et lui répondit:

-C’est rien. Bonne appétit. Et elle s’en alla vers le comptoir où quelques clients bien marinés commençaient à épiloguer sur un verre à moitié vide et un verre à moitié plein. Alex mangea très rapidement et laissa sur le comptoir le du de sa consommation. Il se mit en route vers la sortie lorsqu’une drôle de femme recouverte d’une toge le saisit par la main. Il ne l’avait même pas vu arriver et cru que ses yeux l’avaient abusé mais le bras de cette vieille femme était bien réelle:
-Toi! Tu en es! Tu es des leurs n’est-ce pas?
Alex ne sut quoi répondre, il se voyait déjà brûlé vif sur un bûcher au milieu de la place du village, ou enchainer tel une bête de cirque. Mais à tous ces soupçons, la vieille femme se contenta de dire:

-N’ai pas peur, j’en suis aussi. Viens avec moi si tu veux bien.
Et elle s’en alla tranquillement, traversant la porte d’entrée. Alex ne savais pas trop s’il devait lui faire confiance. Une fois dehors, il se mit à la recherche de son balai mais ne le trouva pas:

-C’est ça que tu cherches mon ami? Dit la vieille femme en agitant son balai au dessus de sa tête avec un sourire aimable. Alex approuva d’un signe de tête et rejoignit la vielle femme. Arrivé devant elle, il demanda enfin:
-Mais que me voulez vous?
-
Je sais pourquoi tu es là cher ami. Je sais que tu es parti de Poudlard et que tu es perdu depuis hier soir. Je sais aussi que tu ne vas pas bien.
-Sans blague? Ca se voit tant que ça? Et en quel année je…
-Troisième jeune homme, ou plutôt Alex? C’est bien ça?
Alex était sans voix, elle savais vraiment tout. Il était surveiller il le savait maintenant. Dumbledore n’avait pas eu confiance en lui et l’avait fait suivre:

-Pas du tout, Dumbledore est un puissant sorcier mais il accorde sa confiance et le bénéfice du doute à chacun. Et lui ayant donné ta parole, il n’eu pas besoin d’en avoir plus de toi pour être en confiance. Mais apparemment il se trompait je crois.
-Ok j’ai compris, vous êtes une voyante?
Alex était long à la détente comme toujours mais il avait trouvé aisément que la vieille femme était ni plus ni moins qu’une très bonne voyante:

-En effet mon garçon je le suis. Répondit elle avec un sourire. Tu ne veux pas rentrer un instant?
Alex accepta enfin l’invitation de la vieille femme et entra avec elle dans une maison d’aspect pittoresque. Passant le pas de la porte, il sentit une agréable odeur d’encens. Il posa son regard sur les meubles de la sorcière et vit une remarquable collection de vieux grimoires entassés sur une commode de noyer massif. Léa devrait être contente si elle était là. Léa, même fâché il ne pouvait s’empêcher de penser à elle:

-Elle ne t’en veut pas tu sais. Dit la vieille femme.
-Heiiiiinn de quoi? Heu qui?
-Mais Léa bien sur, à qui d’autre penses-tu là en ce moment en regardant mes grimoires?
Alex était vraiment étonner de voir une voyante si douée. Cela lui changeait des cours avec Trélawney. Il repassa dans sa tête tous les évènements récents qui auraient pu contrarier Léa et en fait Alex n’y trouva rien de concluant:

-Mais alors, si elle ne m’en veut pas, pourquoi a-t-elle décidé de m’ignorer du jour au lendemain? Vous savez vous?
-Evidement que je le sais. Mais c’est flou et compliqué, il me faudrait un peu de temps pour y voir claire tu permet?
Elle lui saisit le bras et passa ses doigts sur les lignes de sa main. Elle se concentra encore et mit sa main face à elle et la toucha de toute sa paume. Un flash de lumière blanche éblouit Alex qui avait toujours les yeux ouvert. La sorcière tremblota un moment et redevint calme et sereine. Elle ouvrit les yeux et dit à Alex:

-En t’ignorant, Léa à cru te protéger.
-
Me protéger? Mais de quoi? Je suis pas si nul comme sorcier? Si?
-C’est bien plus que cela. Elle à peur qu’une récente apparition te sois néfaste à travers elle.
-Ca-y-est je pige plus rien. Vous devez connaitre le professeur Binns vous j’me trompe? Nan sérieux vous pouvez me traduire là?
-Haaaaaa, l’ingratitude de la jeunesse. Dit elle en souriant. Alors pour faire simple, tu as rencontrer quelqu’un que tu n’aurais pas du rencontrer ces derniers temps, et cette personne est étroitement liée à Léa. Et Léa à peur qu’à cause d’elle-même tu ai à souffrir ou même à mourir. Mais c’est tout ce que je peux voire, Léa me ferme son esprit.
-
Parce que Léa sait que vous venez de lire dans sa tête?
-Ho oui mon cher, elle est très forte ton amie. Et elle ne t’en a jamais voulu et maintenant elle regrette beaucoup d’avoir agit ainsi. Tu lui manques affreusement.
-Vous êtes sure hein? Pas que j’y retourne pour rien?
La vieille femme sourit et acquiesça d’un signe de tête. Alex la remercia pour son hospitalité et voulut lui donner quelque chose pour la remercier:

-Non mon jeune ami, prenez cela, c’est à moi de vous faire un cadeau, afin que vous ne soyez plus si perdu la prochaine fois.
A la fin de cette phrase énigmatique, Alex tendit la main pour prendre le présent que la vieille femme tenait dans son poing fermé. Il découvrit un superbe médaillon gravé des armoiries de la famille de la vielle femme. Il fut surprit par tant de générosité et s’apprêta à refuser, lorsque la sorcière lui fit signe de tête pour qu’il s’en aille. Il lui sourit et prit son balai dans une main après avoir mit le médaillon autour du cou. Il referma soigneusement la porte derrière lui et s’envola vers l’endroit où il s’était reposé la veille.
Après un long moment à voler au milieu des arbres, il était bel et bien perdu. Il commençait à avoir peur de ne plus retrouver son chemin. Les arbres, encore les arbres toujours les arbres, il y avait des arbres partout dans cette forêt. Déjà qu’en plein jour il était très simple de s’y perdre, mais là Alex était vraiment dans l’impasse. Il se stabilisa sur son balai et fit le point dans sa tête:
-
La clairière, et le monument dans les bois…la clairière et le monument…
A cet instant précis, le médaillon de la vieille femme se mit à trembler et à chauffer. Alex le sortit de sous son pull et vit qu’il brillait aussi. Lorsqu’il le lâcha, le médaillon se mit à se tendre devant lui. Il cru comprendre que ce médaillon enchanté lui servait de moyens de guidage pour retrouver un endroit perdu. Pour le tester, il pensa très fort à la vielle femme et le médaillon changea de direction pour pointer son dos. Fou de joie, il fit confiance au médaillon et suivit la route indiquée. Plus tard dans la nuit il vit la fameuse clairière et passa au dessus aussi vite qu’une comète. Quelques heures plus tard, il était de retour à Pré-Au-Lard. Il avait volé comme jamais il n’avait volé et ne ressentait même plus le froid. Sa peau était complètement gelé mais il s’en fichait, à Poudlard il pourrait utiliser la magie en toute quiétude pour se réchauffer. Après avoir passé le portail, il vola jusqu’à la fenêtre de la tour de la salle commune des Gryffondor et poussa le carreau de celle-ci. Par chance elle était ouverte. Il s’en alla très vite vers son fauteuil devant la cheminé et s’endormi devant, bien au chaud et un sourire au lèvres…

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Jeu 26 Juin - 10:06


Alex fut réveillé en sursaut par quelque chose venu violement se coller sur sa joue. C’était une main, et pas n’importe laquelle, c’était celle de Léa. Elle venait de le gifler avec une force qu’elle-même ne s’en serait cru capable. Alex en tomba de son fauteuil. Reprenant tant bien que mal ses esprits (surtout mal) il essaya de se remémorer les évènements passé qui auraient put donner à Léa autant de haine pour quelqu’un qu’elle aimait tellement:

-Mais t’es folle? Qu’est-ce que j’ai f… Mais il ne finit pas sa phrase. Son périple lui revint en mémoire et il se rappela pourquoi Léa était si peu accueillante ce matin. Il était encore très tôt et personne d’autre n’était présent dans la salle commune que Léa et Alex. Léa avait les larmes aux yeux et tremblait de tout son corps. Alex lui se sentait très honteux à présent. Il était déjà fier de lui à son retour d’avoir fait l’effort de revenir mais il n’avait pas pensé que Léa puisse lui en vouloir autant. Quoi qu’il en soit, il n’échangèrent pas un mot durant les minutes qui s’ensuivirent. Puis finalement Léa rompis le silence:
-Ne refait jamais ça. Tu n’as donc pas idée de ce que j’ai pu m’inquiéter?
Alex voulut lui répondre mais tout ce qu’il aurait trouver à lui répondre n’aurait pas arranger les choses. Il lui aurait dit que s’il était partit c’était à cause d’elle et de l’ignorance qu’elle témoignait à son égards, qu’il se sentait seul et que la seul véritable amie qu’il ai eut en trois ans à Poudlard l’avait délaisser du jour au lendemain sans aucune explication. Mais il ne dit rien de tout cela. Il se contenta de la regarder ainsi abattu et prêt à repartir. Après tout il était revenu pour elle et c’était pire qu’avant. Mais pour qu’elle s’en rende compte il aurait peut-être fallut qu’il lui dise. Mais tout comme il s’abstint de répondre à sa question, il s’abstint de lui dire ce qu’il s’était passé lors de son voyage. Il estimait qu’ils feraient mieux de se retrouver tous les deux avant de préciser certains détails de son aventure. Léa ne disait toujours rien mais Alex vit qu’elle s’était calmée, son souffle était moins saccadé et elle ne tremblait plus. Il tenta un sourire. Léa lui rendit un sourire franc et très heureux avant de se jeter dans ses bras:

-Espèce de naze! Mais où étais-tu passé?
-Pas très loin à vrai dire à une centaine de kilomètres pour être exact.
-Ho t’es là maintenant, mais attention! Elle se débattit de son étreinte et le regarda très sévèrement le doigt en l’air et ajouta:
-Recommence un truc comme ça et tu le regretteras. C’était pour te…
-Protéger que tu m’ignorais! Oui je sais.
-Hein? Mais comment tu as…
-Hé bien si tu en as le temps et l’envie je peux te raconter ce qui c’est passé depuis que je suis partis?
-Vas y je t’écoute.
Et tous deux s’installèrent
dans un fauteuil face à face. Alex racontait en détails tout ce qu’il avait fait pendant ces deux jours. Il ne s’arrêta que lorsqu’il conclu par:
-Et là j’me suis pris une rafale de phalanges en pleine tête.
Léa rosit très légèrement, elle regrettait à peine de s’être emporté de la sorte:

-Une vrai voyante t’as donc tout dit sur moi? Je ne m’étais pas trompé, quelqu’un essayait bien de regarder dans ma tête. Haha je suis plus forte qu’une voyante HA!
-
Tu te sens bien? Un verre d’eau peut-être?
Alex avait dit ça sur un ton comique mais Léa n’y prêta aucune attention. Lui en voulait-elle encore? Non elle était simplement si fier d’elle ne l’avait même pas entendu. Des suites de leur conversation ils se levèrent tous les deux et allèrent se coucher dans leurs lit respectifs. Il était encore très tôt et ils pourraient dormir tard en ce dimanche naissant. Arrivé à leurs dortoirs Alex voulut dire bonsoir à Léa d’un signe de main comme ils faisaient d’habitude mais Léa s’approcha bizarrement de lui et lui embrassa le front se hissant sur la pointe des pieds pour l’atteindre. Alex hésita mais suite au regard fuyant de Léa, il ne put s’empêcher de sourire joyeusement:

-Bonne nuit Léa. Dit-il simplement pour conclure cette soirée mouvementée.
Et les deux portes se refermèrent doucement à la même allure et derrières chacune d’elles se trouvait un Gryffondor ayant le sourire aux lèvres.
Le réveil fut cependant beaucoup plus douloureux que précédemment( si cela était possible). Alex devrait très bientôt fournir des explications au professeur Dumbledore et le mieux était encore de tout lui avouer sans pour autant trahir, ni Léa, ni Lili. Cela allait sans doute être simple, il avait passé de tels journées que d’oublier de penser à quelques passages lui serait très certainement facile. Ses craintes étaient fondées et se confirmèrent lorsqu’il reçu, non pas un hibou, mais Fumseck en personne dans sa chambre. Là il allait passer un très mauvais moment. Il prit sur lui de ne pas aggraver la situation et ne chercha même pas à savoir ce que Fumseck lui voulait. Il s’habilla avec diligence et descendit les escalier jusqu’à l’entré du bureau du professeur Dumbledore. Il ne connaissait pas son mot de passe et regretta de ne pas avoir lu le mot que Fumseck avait à la patte. Mais il était repartit à présent. Il se dit que le professeur McGonagall elle devait connaitre le mot de passe étant elle-même professeur et de plus la directrice adjointe. Direction la salle des professeur pour une dernière ligne droite en liberté. Il frappa à la porte et, à sa grande surprise, il constata que le professeur Dumbledore s’y trouvait avec pour seule compagnie son majestueux Phénix:

-Ponctuel c’est sur mais pas très futé. Tu aurais pu au moins lire le mot de Fumseck.
-
Quoi? Mais je…enfin oui c’est vrai mais je ne voulais pas…
-Me faire attendre? Et un agréable regard au sourire heureux vint se poser sur Alex, un regard que seul ce professeur hors du communs avait pour habitude de lancer. Agréable, réconfortant, mais autoritaire. Alex, qui avait très peur un instant auparavant, était en pleine confiance à présent. Le professeur Dumbledore venait sans doute de se lever car il portait encore la marque du sommeil sous ses yeux. Il invita Alex à s’assoir face à lui:
-
Je vais tout vous dire professeur…
-Aurais-tu un problème mon cher ami? Dit le professeur de son habituel ton apaisant. Il le regarda perplexe. Apparemment Alex ne savait pas pourquoi Fumseck était venu le chercher. Et si Alex s’était simplement trompé et que Fumseck n’était même pas venu le chercher lui? Impossible, ou du moins improbable, un phénix sur un lit à baldaquin, surtout le phénix du directeur lui même était sans hésitation pour lui:
-Arrête de te poser toutes ses questions Alex c’est un tel capharnaüm dans ta tête que même moi je ne m’y retrouve pas.
Alex était cuit il ne pourrait plus mentir il savait trop bien lire en lui. Il abandonna toute lutte mais le directeur lui dit:

-Dis moi Alex tu chutes considérablement dans tes devoirs et tu as été absent dans quelques cours ces derniers temps. Y a-t-il quelque chose dont tu voudrais me parler?
Alex réfléchit si vite qu’il ne pu lui-même savoir à quoi il avait pensé:
-
En effet professeur il y à quelque chose. On m’a envoyer récemment cette pierre que je porte autour du cou. C’est un cadeau de ma famille et je crois qu’il ont oublié de me dire si il était possible qu’elle ait des effets secondaires sur moi comme de la fatigue par exemple. Je sais que je dors beaucoup mais là je suis inquiet. J’ai dormis plusieurs jour d’affilé selon Léa, mon amie, et je ne savais pas à qui en parler. Vous comprenez, cette pierre est un cadeau, si je ne dois pas la porter autour du cou ce n’est pas un problème mais je tiens trop à ce cadeau pour qu’on me le confisque. Alors j’ai pensé que vous auriez sans doute l’amabilité de me laisser la garder?
C’était le plus beau mensonge qu’Alex ait un jour réussi à improviser. En effet, il n’eu même pas besoin de réfléchir à ce qu’il disait. Le professeur Dumbledore se pencha sur lui afin d’observer la pierre de plus près. Il la reconnu aisément, ce n’était pas la première qu’il voyait:

-Alex tu as de la chance. C’est une pierre d‘orientation. Elle te montre bien sur les points cardinaux mais elle peut aussi te montrer le chemin d’un endroit que tu connais mais dont tu as perdu la route. Cette pierre est très précieuse et ne doit pas être mis en vue ni délaisser tu as donc eu parfaitement raison de la mettre autour du cou. Pour ce qui est de ses qualité soporifique, je n’ai jamais entendu parler de pareils effets secondaires mais il se peut que cette pierre agisse sur toi plus que sur un autre sorcier. Vois-tu la pierre est vivante et elle à besoin d’un peu de forces d’un sorcier pour fonctionner. La magie qui est en elle est temporaire à moins que le sorcier la porte, comme tu le fais en ce moment, autour du cou. Mais ne crains rien, elle ne va pas t’assommer tous le temps. Si effectivementla pierre t’endors à ce point ce ne sera que temporaire. Et si vraiment cela persiste tu peux toujours te lancer le sort Enervatum. Conclu-t-il avec un sourire joyeux. Alex le remercia d’un signe de tête pour toutes ces précises explication et lui demanda:
-Vous croyez que ça suffira comme sort?
-
Bien sur mon cher. Le sort lancé par madame Pomfresh ne perd ses effets qu’au bout de douze heures alors pour tes cours ton sort devrait faire l’affaire.
-
Merci professeur. C’était la seule raison pour laquelle vous vouliez me voire?
-
En effet je n’ai plus rien à te demander. Tu peux regagner ta salle commune.
-Merci professeur, bonne journée.
Et il s’en alla refermant doucement la porte comme à son habitude…

_________________


Dernière édition par Alex Auhesse le Lun 7 Juil - 12:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 30 Juin - 11:07

Il s’apprêtait à repartir très vite mais il se retrouva nez à nez avec Léa qui le regardait sévèrement. Elle tenait sa baguette dans la main et avait les bras croisé:
-Tu allais tous dire à Dumbledore? Et ben? Heureusement que je t’ai suivit.
-
Tu me suis maintenant? Demanda Alex sur un ton d’amusement. Léa devint toute rouge et Alex rit de bon cœur à sa réaction:
-Mais c’est pas grave. Alors tu disais que tu m’as suivit et après?
-Ben je t’ai lancé un sort pour que tu dises ce que je voulais que tu dises.
-Ha c’est pour ça que je n’ai pas eu besoin de réfléchir? Mais comment savais-tu pour la pierre?
-
Je l’ai vu hier soir et je sais parfaitement ce qu’est une pierre d’orientation moi monsieur.Et je sais aussi qu’elle agit fortement sur certains sorciers. Et je savais que Dumbledore ne te punirait pas s’il savait que cette pierre était à l’origine de ton absence. Pour lui en fait tu n’as jamais quitté Poudlard.
Alex la regardait visiblement perdu tout cela allait trop vite pour lui. Il était encore très tôt et Alex remarqua enfin que Léa était, bien habillée, mais portait toujours ses mignon chaussons en tête de ronflac cornu. Il fixa un moment ses pieds et se mit à rire aux éclats d’un coup:

-Ca y est il débloque complètement. Ho le fou?! Qu’est-ce qui t’arrive? Mais respire tu vas t’étouffer.
Alex se remit enfin de ses émotions et montra d’un signe de tête les pieds de Léa. Celle-ci devint
d’une rougeur extrême et fonça dans le hall d’entrée pour courir vers la tour des Gryffondor. Alex lui regagna la tour le plus simplement et le plus tranquillement possible. Il allait rejoindre Léa lorsqu’il fit une rencontre à laquelle il ne s’attendait pas du tout. Au deuxième étage se trouvait Lili flottant devant lui, derrière la statue de la sorcière borgne. Elle lui fit signe de la rejoindre et Alex arriva devant elle:
-Comment vas-tu? Ça fait longtemps que je ne t’ai pas vu?
-Ca va, je me suis enfuis de Poudlard y’a trois jours et suis revenu hier soir. Léa m’a fait la tête depuis que vous avez vu cette étoile filante. Et j’ai rencontrer une personne qui m’a offert ceci. Et il lui montra la pierre d’orientation qu’il tenait dans sa main. Lili fut impressionné par son clame. Elle semblait réfléchir à quelque chose mais quoi. Alex la vit pencher la tête sur le coté à la manière de quelqu’un qu’il connaissait mais qui? Alex lui proposa:
-Tu veux qu’on se retrouve à la tête de sanglier ce soir? Je pourrais sortir aisément. Et même avec Léa si tu veux?
Lili hésita un moment puis dit enfin:

-Ok mais ne risquez pas de vous faire punir.
-Ne crains rien nous serons discret.
Alex lui fit un signe de main et s’en alla vers la tour pour raconter tout ce qu’il venait de se passer pendant que Léa laissait ses ronflac dans sa chambre. Léa accepta avec joie son invitation mais ce n’était pas tant pour Lili mais pour le fait qu’elle voulait en savoir plus sur les mouvement qu’elles avaient fait toutes les deux ensembles. La journée se passa sans la moindre contrariété. Alex avait été des plus charmant et Léa ne l’avait pas disputé une seule fois. Elle devait avoir peur qu’il se moque d’elle avec ses chaussons ronflac cornu. Ils avaient passé un très bel après-midi dans le château et ils devraient bientôt aller se coucher en théorie. Mais nos jeunes aventuriers iraient bientôt se relever pour se rendre au pub où Lili les attendait peut-être déjà. Lorsque 22h00 sonna à la pendule de la salle commune, Alex et Léa se retrouvèrent devant le portrait de la grosse dame et ils sortirent en direction du hall d’entrée. Arrivé en bas ils se faufilèrent par la grande porte et sortirent très rapidement. Les rues étaient vides mais les pubs étaient pleins. Ici et là on voyait des gens passer devant les fenêtres. Alex s’arrêta et demanda à Léa:

-Heu tu as un plan au cas où on tomberais sur un prof?
-Ben oui un plan très simple, la fuite.
Il était vrai que c’était un très bon plan mais de là à le concrétiser, il y avait une marge. Alex était un risque tout mais il ne voulait pas attirer d’ennuis à Léa. Mais douée comme elle l’était, rien ni personne ne pourrait les voir entrer dans le pub. Léa avait prit avec elle sa baguette. Ils arrivèrent enfin devant la porte de la tête de sanglier. Alex prit une profonde respiration et:

-STOP! Espèce de pauvre inconscient.
Lili était apparut derrière lui et avait lancé une réflexion familière aux oreilles d’Alex. Ce dernier se retourna et vit Lili flotter dans les airs comme elle seule pouvait le faire. Elle se tenait étrangement droite comme si elle allait le réprimander mais ne pu garder son sérieux plus longtemps en voyant l’expression d’incrédulité d’Alex:

-Alors tu allais rentrer dans ce pub comme ça en pleine nuit alors que tu as déjà eu des avertissements ce matin même?
Alex ne savait pas comment Lili pouvait être au courant qu’il avait vu le professeur Dumbledore avant leur rencontre, il ne se souvenait pas lui en avoir parlé mais après tout il était tellement bavard qu’il aurait bien pu lui dire sans même s’en rendre compte. C’est alors qu’il lui proposa:

-Bon alors on fait quoi si n ne va pas dans ce pub? Ya pas d’endroit assez chaleureux pour…haouuuuuffff…aïeu.
Alex venait de se prendre un généreux coup de coude dans les cotes. Léa paraissait outrée d’un tel comportement. Elle était navrée de voir Alex ainsi mais en même temps elle avait curieusement perdu sa jalousie:

-Heu tu crois pas que pour une personne comme Lili c’est très peu d’importance l’endroit où nous nous trouvons? N’ai-je pas raison Lili?
-Ho vous savez moi peu m’importe mais si vous voulez discuter, ce n’est pas un endroit très sur ce pub. Hagrid y à un jour rencontré une personne très peu recommandable.
-
Ben tu as une idée alors? Ajouta Alex.
La nuit était très belle mais un peu froide. Aussi Lili et Léa proposèrent en même temps et d’une même voix:

-Ben ya la cabane hurlante?
Toutes deux se regardaient l’air perdu. Quelque chose clochait dans tout ça, c’était à croire que Lili lisait en Léa et faisait en sorte qu’elle l’approuve pour ne pas semer de discorde entre elle et Alex. Alex lui n’y fit même pas attention, après tout deux personnes pouvaient très bien avoir la même idée au même moment:

-Ben va pour la cabane hurlante moi ça me va. Léa?
Alex avait tendu son bras à Léa à la manière d’un gentleman. Léa le saisit et ils allèrent enfin vers la cabane hurlante. Ils était l’un à coté de l’autre à progresser vers le chemin sombre et effrayant. Alex Léa et Lili furent tous très silencieux jusqu’à la cabane hurlante. Alex poussa la porte qui était coincée avant de l’enfoncer brutalement sous la perte soudaine de son sang froid. La porte s’envola presque mais resta fixée sur ses gonds et se contenta de lui revenir violement dans la figure. Heureusement, Léa en avait assez de lui préparer ses bandages, aussi elle l’avait bloqué en brandissant sa baguette avant même qu’Alex ai pu remarquer que la porte revenait sur lui:

-Très bon réflex. Dit Lili. Elle s’assit dans un fauteuil face à eux après s’être assurée qu’ils étaient bien seuls dans la cabane hurlante:
-Bon alors Alex? Tu sais ce que tu as autour du cou?
-Ben ouais c’est une…une…Léa?
-
Pierre d’orientation! Quelle mémoire? Tu me surprendras toujours?
-Oui bon vala c’est une pierre d’orientation. Je l’ai déjà utilisée et elle fonctionne très bien.
-Et où l’as-tu trouvée?
-C’est une vieille femme qui me l’a offert dans un village où j’avais fait escale pour me ravitailler. En claire je bectais.
-Oui Alex nous avons tous compris, goinfre!
Alex rosit un instant mais cela ne dura pas il commençait à avoir faim à parler de nourriture. Il imaginait déjà les jambons et le fromage flotter au dessus de lui lorsqu’une délicate tape le ramena à la réalité:

-Hein? Quoi? L’os? Quel os?
-
Non pas l’os. Alex, Al-ex! Tu t’appel toujours Alex? Non?
-Heu oui pardon bon on disait quoi, ha oui la pierre je l’ai eu par une vieille femme, une voyante très douée qui à vu ce que Léa pensait et ce qu’elle faisait.
Lili eut une réaction bizarre. Elle réfléchissait depuis un moment lorsqu’Alex dit enfin:

-Lili? A quoi tu penses? On peut savoir?
Lili rapporta toute sans attention à ses hôtes et leur dit:

-Vous croyez que cette voyante pourrait nous aider pour découvrir le pourquoi du comment de mon histoire?
Léa s’empressa d’ajouter:

-Alors ça je ne sais pas. Tu sais elle à lu en moi mais je l’ai stoppé sans trop d’effort.
-Ca c’est juste parce que tu es très douée ma chère Léa.
Alex, qui venait de prononcer cette gentille remarque fut bientôt plongé dans de grandes réflexions à son tour. Après tout pourquoi pas. La voyante savait très bien y faire dans ce domaine et pourrait très bien lire en quelqu’un qui serait en de bonnes dispositions pour être bavard. Alex savait que Hagrid ne résistait pas à un ou deux cognac de temps en temps, mais pour des sorciers de treize ans, il n’était pas raisonnable d’inviter un professeur de soin au créature magiques à aller boire un verre dans un pub à la tombée de la nuit avec une fantôme et une voyante, cela pourrait attirer quelques soupçons. Il y avait aussi le professeur Dumbledore, mais mieux ne valait pas jouer avec le plus grand sorcier de tous les temps. Ensuite:

-McGonagall! Elle est souvent seule dans son bureau le soir avant d’aller se coucher. Si on va la voire avec des petits gâteau un peu dosé en liqueur, elle sera sans doute moins sur la défensive et même plus bavarde, vous croyez pas?
-Alex mais qu’est-ce que tu nous propose encore? On ne va pas saouler un professeur quand même.
Alex et Lili échangèrent un regard mais la raison les poussa
à abandonner l’idée. Comment y arriveraient-ils? Ils savaient déjà que la voyante pourrait les aider, mais après tout ils n’en savaient rien:
-Attendez. On parle là mais comment être sur que nous devrions pas nous débrouiller tout seuls? Alex tu sais quoi de cette voyante?
-Ben…elle est très douée, accueillante, sympa même, mais honnêtement je ne sais pas si elle voudra être des notre.
Alex avait une très bonne idée mais n’osa pas la proposer à Léa. Il portait encore la marque de ses doigts sur sa joue. Mais comment lui dire qu’il voulait aller lui demander carrément. Lili le sauva de cette hésitation en disant:
-
Pourquoi ne pas lui demander simplement? Elle acceptera peut-être? Alex, tu sais où elle vit?
-Ouais je sais. Mais je ne sais pas si ce serait vraiment prudent pour moi d’y retourner…
-Mais qui à dit que tu irais la voire? Tu n’es pas le centre du monde mon cher. J’irais la voire moi-même, mais je vais avoir besoin de deux ou trois choses avant.
Alex était de plus en plus largué. Comment un fantôme réussirait-il à convaincre une voyante de le suivre sans moyens de locomotion à travers le pays pour venir en aide à se même fantôme en questionnant un professeur d’une grande école de magie en compagnie de deux jeunes élèves?...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 7 Juil - 12:23


Ils en parlèrent longtemps et tombèrent enfin d’accord. Lili irait chercher la voyante et Alex et Léa les attendraient au château. Lili partit dans le nuit et ne revint pas avant deux jours. Pendant ce temps, nos deux Gryffondor menaient la belle vie. Alex était passé maître dans la préparation de gâteau, et Léa elle aurait très bien pu enseigner si elle en avait le temps. Il était tard et Alex n’avait pas du tout sommeil, quant à Léa, elle aurait volontiers dormis une semaine entière. Alex lui proposa un gâteau qu’elle prit en disant:

-Allé fini maintenant! Marre de ces bouquins!
Alex sourit et lui dégagea leur fauteuil. Elle s’y laissa tomber lourdement en soupirant:

-Pfffffffff quel nuit. Merci pour les gâteaux, ils sont super beau et bon.
-Mais de rien! Répondit Alex.
Le feu dans la cheminée était presque éteint. Il était l’heure de se coucher mais aucun des deux Gryffondor n’en avait envie. Alex était très content que, même fatiguée, Léa soit si charmante avec lui. Il voulait profiter de ce moment, cela ne durerais peut-être pas avec tout ce qu’ils traversaient en ce moment:

-Encore un gâteau?
-Ce serait avec joie mais je vais enfler comme un ballon si je ne m’arrête pas. Répondit-elle en riant. Les gâteaux d’Alex étaient tous au chocolat et étaient très sucrés. Il se ravisa d’en faire apparaitre un autre pour Léa mais ne se priva pas d’en engloutir un dernier. Léa commençait à s’endormir. Elle était bien installé dans son fauteuil et ses yeux se mirent à se fermer lentement perdant petit à petit le fil de sa conversation avec Alex. Alex la regardait mais ne voulait pas la réveiller. Léa bredouilla une phrase pendant son sommeil, une phrase qu’elle n’avait pas dit depuis le soir où elle et Lili avait vu l’étoile filante:
-ZZZzzz…toujours uni…zzzZZZ…toujours loyale…maman?ZZZzzz…c’est toi?…
La mère de Léa avait disparut sans jamais laisser de trace. Elle était parti un jour en forêt et personne ne sut ce qui lui était arrivé. Alex ne savait rien de cela parce qu’elle ne lui en avait jamais parlé. Alex ne savait plus quoi faire. Il aurait voulut qu’elle continue à parlé pendant son sommeil pour ne pas lui poser la question, cela l’aurait peut-être chagriné d’en reparlé. Léa se réveilla aussi doucement qu’elle s’était endormie et vit Alex faire une drôle de tête:

-Oups désolé, tu me parlais?
-Ben en fait, non. C’est toi qui parlais.
Léa parut gênée et devint toute rouge. Elle repensait au rêve qu’elle venait de faire, dans lequel elle parlait au spectre de sa mère disparue qui était incarnée par Lili:

-J’ai dis quoi?
Alex était content qu’elle lui pose la question et répondit:

-Ben…en fait…tu as dit toujours uni et toujours loyale, et…
Il appréhendait la suite de sa phrase:

-Hé ben! Accouche?
-Maman, c’est toi?
Léa changea de tête. Son secret si bien gardé depuis trois année qu’elle connaissait Alex, venait d’être révélé malgré elle. Pourquoi cela paraissait si gênant? Alex voulait en savoir plus mais n’osait pas lui demander:

-Ma mère est disparue depuis mes six ans maintenant. Elle est partie sans jamais revenir à la maison. Mon père croit qu’elle nous à abandonné mais moi je crois… enfin depuis que nous connaissons Lili, j’ai l’impression que c’est elle. Enfin c’est vrai quoi, regarde les points communs que nous avons: Nous sommes toutes deux de Poudlard, nous sommes toutes deux de la même maison, nous disons les même choses lorsque nous voyons passer une étoile filante. Toujours uni et toujours loyale est une devise familiale que nous nous passons de mère en fille, c‘est comme un vœux…
Alex ne voulait pas la faire revenir sur terre trop brutalement. Mais il avait déjà fait le compte:

-Ecoute! Je ne veux pas te blesser mais…tu as déjà calculé votre âge? Et puis Lili est morte à Poudlard…
Léa, si brillante, avait malheureusement omis ce détail important. Lili, si elle était bien sa mère, aurait disparue en forêt en non assassiné à Poudlard. Elle aurait pas pu mourir il y à 45 ans et donner la vie à Léa treize ans auparavant pour disparaitre six ans plus tard:

-Tu as raison Alex, mais tu sais avec la magie tout est possible, c’est toi-même qui me l’a dit.
C’est alors que Lili réapparut, enfin de retour de son voyage chez la voyante:

-Salut vous deux! J’ai de bonnes nouvelle pour nous. La voyante…heu…ça va?
Alex et Léa répondirent d’un même signe de tête approbatif. Lili se doutait de quelque chose mais ne releva pas. Elle savais quelque chose mais, pour une raison inconnue, ne dit rien. Alex rompit le silence en disant:

-Alors? La voyante?
-Voui alors la voyante veux bien nous aider mais il faudra qu’elle vienne à Poudlard de nuit et s’installe dans la forêt interdite. Ensuite nous devrons amener le professeur que nous voudrons questionner.
Alex pensait à Dumbledore mais aussi à McGonagall. Ils avaient respectivement les rangs de Directeur et directrice adjointe de Poudlard. Il serait logique que ces deux personnes sachent mieux que quiconque ce qui c’était passé à Poudlard en ces temps anciens. Alex et Léa ne rajoutèrent plus rien et Lili s’en alla fier d’elle-même. Alex et Léa étaient parti se coucher et s’endormirent très rapidement. A leur réveil, Alex était encore plus fatigué que s’il n’avait pas dormi. Il alla voir Léa pour qu’elle lui lance le sort que Dumbledore lui avait conseillé. Il frappa à la porte du dortoir des fille et appela Léa. Une camarade ce celle-ci lui répondit:

-Alex? C’est toi? Viens vite.
Mais Alex ne pouvait pas entrer dans le dortoir des fille. Un très ancien sortilège protégeait le dortoir des filles et, de ce fait, aucuns garçon ne pouvait y entrer. Alex le rappela à sa camarade qui se fit une priorité de sortir Léa du dortoir. Elle était inconsciente et fiévreuse. Elle parlait en son sommeil mais cette fois, personne ne pouvait déchiffrer ce qu’elle disait, c’était comme si elle parlait une autre langue. Alex la prit dans ses bras et sortit de la salle commune. Il passa le portrait de la grosse dame et descendit les escaliers le plus rapidement qu’il pouvait. Arrivé à l’étage de l’infirmerie, Alex tambourina du pied à la porte fermée du bureau de madame Pomfresh. Alex n’avait pas le temps d’attendre. Il poussa la porte avec violence et installa Léa dans un lit tout près du bureau de l’infirmière. Lorsque celle-ci arriva, elle était paniqué. Elle savait bien que si quelqu’un arrivait comme cela dans son bureau, et en plus si tôt, cela voulais dire que c’était urgent:

-Que c’est-il passé? Voyons fièvre…délire…probablement des hallucination…A-t-elle mangé ou bu quelque chose que vous ne connaissiez pas?
Alex était de moins en moins rassuré et raconta en détails l’histoire des gâteau:

-Non rassurez-vous Alex, ce genre de gâteau n‘est en rien dangereux. Ils ne font même pas grossir c‘est dire s‘ils sont inoffensif.
-Lorsqu’elle est allé se coucher, elle allait très bien. Elle était fatigué mais elle allait bien j’en suis sur.
-Laissez moi un instant avec elle, je vous appellerais un peu plus tard. Préparez vous à aller en cour…
-Alors ça c’est hors de question madame. Je vais vous laisser avec elle bien sur, mais il est hors de question que j’aille en cour aujourd’hui. Je vais rester près d’elle et celui ou celle qui voudra m’en empêcher devra me ligoter et m’enfermer dans un sac. Et notez bien que je n’ai aucunement dit que je me laisserais faire.
-Je comprends ce que vous pouvez ressentir mais…soit… restez ici mais ne venez pas vous plaindre si vous êtes en retenue ou même renvoyé.
-On parle de la vie de mon amie et vous…vous osez me parler de représailles?
A ces mot madame Pomfresh eu les larmes aux yeux. Alex éprouvait quelque chose de fort pour son amie. Peut-être le seul fait qu’il soit à ses coté, dans un état pareil, l’aiderais à guérir. Alex resta à l’infirmerie pendant quelques heures. Le professeur Dumbledore était venu voir Léa quelques minutes après qu’Alex ait refusé de s’en aller. Après un long moment, il ressortit de la chambre où était Léa avec madame Pomfresh. Il s’approcha d’Alex et lui dit:

-Tout vas bien Alex. Léa est hors de danger. Si tu n‘avais pas été là, hé bien, elle ne serait peut-être plus de ce monde. Comment est-ce arrivé?
Alex fouilla dans sa mémoire et raconta en détail ce qui s’était passé:

-Hé bien, je me suis réveillé assez fatigué mais je crois que cela vient de la pierre que je porte, ensuite j’ai voulu suivre votre conseil et demander à Léa de me lancer le sort Enervatum.J’ai frappé à la porte du dortoir des fille etLudivine m’a dit de faire vite, que Léa n’allait pas bien du tout. Ensuite je l’ai amenée ici et la suite vous la connaissez. Vous croyez que ma pierre y est pour quelque chose?
-Ho oui en effet, je pense que ta pierre y est pour beaucoup Alex. Sans elle Léa serait peut-être morte. Tu n’aurais pas prit sur toi d’aller chercher ton amie et Ludivine aurait sans doute continuer à paniquer en silence, incapable de prononcer le moindre mot. Elle est venu me voir tout à l’heure, pendant que tu amenais Léa ici. Elle m’a tout raconté ce que tu n’as pas pu voir.
-Alors? Continuez?
Le professeur Dumbledore avait l’air fatigué et triste:

-Hé bien, tout porte à croire que Léa viens de subir une tentative de possession. Bien sur, tout danger est écarté, et celui ou celle qui a fait cela n’était qu’un piètre novice. Léa était encore elle-même, mais lorsque le ou la sorcière est entré en elle, Léa l’a emprisonner jusqu’à ce que je sois intervenu. La personne a réussi à prendre la fuite lorsque j’ai voulu l’emprisonner à mon tour. Mais je crois que pour l’instant tu en sais suffisamment. As-tu besoin d’une quelconque aide de madame Pomfresh ou de moi-même?
Alex tremblait beaucoup mais il se sentait bien et refusa l’aide du professeur. La seule chose qui lui importait était son amie. Mais il ne pouvait plus rien faire pour elle. Il fallait simplement qu’elle se repose et récupère. Elle devrait rester à l’infirmerie pendant un long moment. Elle serait en permanence accompagnée d’un professeur ou de madame Pomfresh
Alex demanda au professeur Dumbledore:

-Je peux la voire?
-Je t’en prie. Répondit-il
Alex se dirigea diligemment vers la porte de la chambre de Léa et vit avec effroi qu’elle était toujours inconsciente:

-Elle peut m’entendre? Demanda-t-il à madame Pomfresh.
-C’est possible, et cela pourra peut-être l’aider à récupérer plus vite.
Alex s’approcha de Léa et lui dit à l’oreille, la vois tremblante:

-Ne…ne meurs…pas…
Et il ne pu se retenir plus longtemps. De grosses larmes coulèrent le long de ses joues. Il prit sa main et la serra un long moment. Il cachait ses larmes mais il était très perturbé. Ce n’est que le soir qu’il allait à peine mieux. Il s’était endormi assis, la tête sur le lit de Léa. Madame Pomfresh arriva avec une couverture et la déposa sur les épaules d’Alex…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 7 Juil - 12:24


Il fut réveillé à l’aube par la chute de sa couverture. Il avait eu le sommeil agité. Léa elle était toujours inconsciente et à cette vision Alex commençait à éprouver de la haine envers celui ou celle qui avait fait cela. Il regarda autour de lui et vit madame Pomfresh assise très près d’eux:

-Tout vas bien Alex?
-Oui madame. Mentit-il. Je crois que ce n’était qu’un cauchemar. Je vais aller me préparer pour aller en cour et je repasserais à chaque récréations.
-Très bien. Elle s’approcha de l’oreille d’Alex et lui dit:
-Dis lui que tu viendras la voir.
Et Alex n’attendit pas qu’elle ai finit sa phrase et se pencha à l’oreille de Léa et lui répéta ces dire en ajoutant, le plus imperceptiblement possible:

-Je te vengerais.
Il se leva brutalement et sortit de la pièce. Il était de très mauvaise humeur le matin mais en plus il était dans un sale état émotionnel.
Il voulait se changer les idées, Léa irait bientôt mieux et il avait fait tous ce qu’il pouvait faire. Il était perdu sans elle dans les couloirs de l’école. Chaque mures et passage secrets lui rappelait Léa. Il vit Ludivine au loin et cria:

-Hé Ludivine? Attends.
Il courut dans le couloir afin de la rattraper et arriva bientôt à sa hauteur:

-Hé…attends…ouf…je voulais te dire merci pour Léa.
Mais à cette phrase, Ludivine changea de comportement. Elle qui était si joyeuse d’ordinaire, sembla se pétrifier d’effroi. Elle n’arborait plus son jolie sourire. Elle avait lamine triste mais aussi légèrement absente:

-Ludivine? Ca va pas?
Alex mit son absence de parole sur le dos du choc qu’elle avait pu ressentir en voyant Léa dans une état pareil. Il ne releva pas et mit la main sur son épaule et ajouta simplement:

-Ben merci c’est tout.
Et il s’en alla. Il devait normalement avoir cour de potion avec le professeur Rogue dans les cachots. Il ne voulait pas y aller mais il se dit que cela serait sans doute mieux que de rester dans son dortoir ou dehors à repenser encore et encore à ce réveille pénible qui ne voulait pas quitter son esprit. Il prit alors la direction de la salle de cour. Il n’était pas en retard mais pas en avance non plus. Il arriva avec le flot des élèves qui ignoraient tout de l’état de Léa:

-Tiens, regard! Alex est tout seul? Il a du encore se disputer avec Léa.
Un jeune Poufsouffle avait prononcé ces mots sans trop réfléchir à ce qu’il disait. Il était vrai que Léa et Alex se disputaient assez souvent, et leur récente ignorance mutuel n’avait fait que confirmer les suppositions mal placés des ces quelques ignares voulant parler sans savoir quoi dire. Alex avait très bien entendu mais ne releva pas à cette remarque. Il se dit que cela n’arrangerait en rien les choses. Le professeur Rogue arriva de son air impériale mais pour une raison qui échappait à tous, il ne fit pas la moindre remarques désobligeante sur les Gryffondor ce matin:

-Bien! Entrez tous et dans le calme s’il vous plait.
Alex ne regardait et n’adressa la parole à personne. Il mit son sac sur son pupitre et chercha ses affaires. Il vit qu’au tableau il était inscrit « emprisonner les sens » comme titre de cour. Alex y vit tous de suite un point commun avec Léa:

-Professeur? Est-ce que le titre de ce cour à un rapport avec la possession d’êtres humains?
-Oui en effet. La potion que nous allons voir aujourd’hui peut aider une personne à être dépossédée.
Alex vit à ce cour un grand intérêt soudainement. Il savait qu’il y aurait un ou deux petit détails en rapport avec l’attaque de Léa. Ce professeur, si détestable soit-il, était un très bon professeur et traitait très souvent ses cours en les comparant à des sujets d’actualité:

-Ouvrez vos livres à la page 286. Avant que quelqu’un prenne la parole sans y être invité, je suis parfaitement au courant que nous sommes en avance pour ce cour et que nous n’avons pas fini le cour sur les bézoards mais cela est important pour vous de savoir comment préparer la potion que je vais vous apprendre aujourd’hui. Le but premier n’est pas tellement que vous sachiez la préparer mais que vous puissiez reconnaitre certains symptômes de la possession humaine, comme l’absence de sens de l’humour, les comportement qui ne ressemblent pas à une personne que vous connaissez, et ainsi de suite.
Alex savait bien que le professeur Rogue parlait de Léa mais il n’en ajouta pas un mot. La situation était déjà assez pénible comme ça. Il écouta attentivement le professeur Rogue et lorsque la cloche retentit et que tous le monde s’apprêtait à sortir, le professeur Rogue demanda à la classe:

-Approchez vous tous à mon bureau s’il vous plait et prenez ceci. Si vous soupçonnez quelque chose envers une personne que vous connaissez, comme d’être possédée, proposez lui à boire et glissez lui ceci dans son verre. Si effectivement, la personne est possédée, la couleur de sa peau changera pour devenir verte par endroit et il ou elle retrouvera son état normal. Mais, comme nous venons de le voir en cour, ses effets ne sont que temporaires et il faudra que vous en parliez à un professeur le plus rapidement possible.
Les élèves prirent chacun et chacune leur flacon et lorsqu’Alex arriva à son tour, il était le dernier de la classe dans la file indienne, le professeur Rogue l’invita à rester:

-Mais professeur, j’ai un cour de botanique et je dois traverser le parc pour m’y rendre.
-Ne vous inquiétez pas, tout les professeur sont au courant de ce qui est arrivé à votre amie. Je voulais juste savoir si vous avez reconnu quelque chose ou quelqu’un à travers votre amie lorsque vous l’avez amené à l’infirmerie? Ca peut vous paraitre grossier de vous poser cette question mais c’est de première importance.
-Alors si c’est de première importance, comment cela se fait-il que le professeur Dumbledore ne m’en ai pas touché un mot hier matin, lorsque Léa était entre la vie et la mort?
La mauvaise humeur d’Alex avait dominé la conversation. Il regarda le professeur Rogue dans les yeux et soutint son regard avec hargne. Le professeur estima qu’Alex était encore choqué et le laissa partir sans rien ajouter.
Il partit rapidement de la salle de potion et se dirigea vers le parc. Il passa les portes du hall d’entrée et sortit. Les élèves ne l’avaient pas distancé de beaucoup et il se mit bientôt à leur hauteur:

-Hé Alex? T’as vu comme il est bizarre le Rogue aujourd’hui? Il avait l’air plus sérieux que d’habitude, Wahaha.
Alex ne dit rien mais approuva d’un signe de tête et d’un imperceptible sourire. Toute la classe arriva près de la serre numéro dix, une serre inconnue de tous, même de certains professeur. C’était une sorte de réserve où madame Chourave y entreposait des plantes rares et importantes:

-Bonjour à tous! Dit le professeur. Aujourd’hui le cour sera différent et portera sur les plantes inconnue qui permettent à un malade de reprendre le dessus sur lui-même en cas de délire. Il est parfois possible que la fièvre, ayant atteint une trop haute température, fasse délirer le malade et peut même aussi lui provoquer des hallucinations. Ce cour est à mettre en parallèle avec celui que vous venez de recevoir du professeur Rogue. La plante que nous allons étudier, entre dans la composition de sa potion.
Le cour était passionnant et Alex regretta lorsque la cloche sonna à nouveau. Le professeur Chourave alla voir Alex et lui dit:

-Mon cher, soyez bien assuré que je compatie au triste sort de votre amie mais nous manquons de détails. Il nous faudrait savoir si vous avez reconnu quelqu’un dans les paroles de Léa lorsqu’elle délirait.
Deus fois la même question en deux cours. Cela devait avoir son importance. Alex répondit qu’il devait aller voire son amie à l’infirmerie. Il s’en alla rapidement et courut vers l’infirmerie ou Léa était toujours inconsciente. Madame Pomfresh n’était pas là mais le professeur McGonagall était au chevet de Léa:

-Bonjour professeur, Léa comment va Léa?
Le professeur se retourna la mine grave et lui répondit:

-Elle va bien, elle est encore fiévreuse mais elle est en meilleurs voie que ce matin. Pourrais-je m’entretenir avec vous?
-Oui bien sur.
-Il faudrait que nous sachions si vous avez reconnue quelque chose ou quelqu’un dans les moment de délire de Léa.
Alex était las d’entendre cette question. Si Dumbledore ne l’avait pas posé c’est qu’elle était sans intérêt:

-Mais pourquoi vous me posez tous la même question?
-Parce que c’est de première importance comme vous l’a dit le professeur Rogue.
-Alors si c’est si important, pourquoi le professeur Dumbledore ne m’en a-t-il pas parlé hier matin, lorsque nous avons parlé de ce qui s’était passé?
Le professeur McGonagall était fier mais aussi consternée par l’intelligence d’Alex. Il avait déjà fait le rapprochement avec le directeur de Poudlard mais il n’avait pas fait un rapprochement primordiale:

-Je suis touché que vous soyez si confiant envers le professeur Dumbledore mais, vous ne vous demandez pas s’il pourrait être à l’origine de cette possession?
Alex reçu un choque violent à l’estomac. Effectivement il n’y avait pas pensé. Il était si sur que le professeur était du son coté qu’il le soupçonnait même pas:

-Heu…hé bien…non professeur, mais alors pourquoi aurait-il voulu la sauver? Il a tout fait pour l’aider ce matin là.
-Et un sorcier si brillant que notre directeur n’aurait pas réussi à capturer un esprit déjà emprisonné? Vous ne voyez pas où je veux en venir?
-Si je vois parfaitement où vous voulez en venir, mais dans ce cas…qu’est-ce qui me garantie que vous êtes ce que vous prétendez être. Enfin c’est vrai, il se peut que ce soit une conspiration de prof après tout. Dans ce cas comment savoir si vous êtes vraiment vous?…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Ven 25 Juil - 20:04

Parano powa ça me plaît ça^^, j'ai enfin tout lu je suis fière de moi, bravo pour ton histoire, j'adore!
Revenir en haut Aller en bas
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 18 Aoû - 17:27

[merchi Yumi^^ vala une suite Wink]

Le professeur McGonagall était offensée mais en même temps fier qu’Alex prenne cela tant au sérieux. Elle ne répondit pas par des mots mais par une vision. Elle venait de faire revoir à Alex son premier jour à Poudlard avec Léa. C’était elle qui leur avait mit le choixpeau magique sur la tête et Alex revit un bon moment. C’était celui où Léa, très inquiète, avait parlé à Alex pour la première fois sans aucune raison, juste pour que celui-ci la rassure. Il était aussi nerveux qu’elle et ne su lui répondre. Mais seul eux trois savaient qu’ils s’étaient parlé avant la répartition et cela suffit comme preuve au jeune Gryffondor:

-Ok professeur, je vous croie. Mais comment être sur que vos disiez vrai, après tout, le professeur Dumbledore n’est pas infaillible. Il se peut simplement que cette possession matinale l’ai perturbé et qu’il ne savait plus comment s’y prendre. Après tout, on a pas entendu parler de possession depuis que Potter à vaincu vous-savez-qui lors de se deuxième année…
-Hé bien, il est possible que ce soit un admirateur de vous-savez-qui, qui ai voulu faire honneur à ce sorcier perfide? Un de sa lignée…
-Encore un? Non c’est impossible. Tom Jedusor était fils unique. Les professeurs subissent des interrogatoires très précis lors de leur admissions donc je ne vois pas du tout comment un mauvais professeur aurait put échapper à la vigilance constant du professeur Dum…
- Pardonnez-moi d’insister Alex, mais pourquoi croyez-vous tant que le professeur Dumbledore est innocent?
-Et vous alors? Pourquoi croyez-vous tant qu’il est coupable?
Le ton qu’il avait prit envers sa directrice de maison était froid et limite impoli. Il en avait assez que l’on critique un professeur aussi brave et aussi doué que lui. S’ils étaient meilleurs que lui, en tout point de vue, qu’ils le prouvent à la fin. Ca devenait agaçant pour Alex d’entendre un professeur qu’il aimait tant se faire critiquer. C’était là pour lui un manque de respect envers quelqu‘un d‘honorable en tout point. Il avait sauvé l’école plusieurs fois de la fermeture en intervenant toujours au bon moment. Il était toujours compréhensif avec les élèves, et surtout il ne jugeait jamais personne sur ses origines ou sur ses talents. Et Alex y voyait là un respect indiscutable:

-Ecoutez professeur, analysez la situation comme le ferait le professeur Dumbledore. Il dirait que quelque chose de puissant menace Poudlard et que l’union fait la force. Alors que là on dirait que tous le monde cherchent à se séparer du corps enseignant de cette magnifique école qui existe depuis plus de mille ans.
Le professeur McGonagall avait les yeux de plus en plus brillants. Elle savait au fond d’elle-même qu’Alex était dans le vrai, mais il ne comprenait toujours pas que le directeur de Poudlard puisse lui aussi être berné ou même possédé. Elle voyait bien qu’il refusait de croire à une telle chose mais les risque à faire confiance à un si puissant sorcier étaient très grands pour le destin des élèves. A travers le professeur Dumbledore, le mal pourrait atteindre un trop grand pouvoir. Afin de ne pas le blesser d’avantage, elle l’approuva d’un sourire en disant:

-Je vois très bien ce que vous voulait dire et ce que vous essayez de faire, mais comprenez moi. Comme vous venez de me le dire, le professeur Dumbledore est un puissant sorcier donc s’il y avait un quelconque doute, les élèves seraient tous en grand danger.Mais je suis sur que vous avez raison sur un point capitale: l’union fait la force et nous avons peut-être jugé le professeur Dumbledore un peu vite. Je ne veux pas spécialement mettre un terme à cette discussion, très passionnant je dois dire pour un élève de troisième année, mais l’heure est venue pour nous d’aller manger quelque chose. Je sais très bien que vous n’avez pas la tête à cela mais étant votre professeur, je vous ordonne de reprendre des forces. Vous semblez exténué.
C’était la pure et simple vérité. Alex était à bout de forces. Il estima sage de s’exécuter aux ordres du professeur. Il caressa la main de Léa et s’en alla vers la sortie après s’être assuré que madame Pomfresh prendrait bien la relève du professeur McGonagall. Ceci fait, ils descendirent ensembles les marche du grand escalier. Arrivé dans le hall, Alex fit une nouvelle rencontre. Un élève était arrivé en milieu d’année et appartenait à la maison des Serpentard. Il venait de Durmstrang et était venu à Poudlard pour des raisons que personne ne connaissait. Alex l’avait déjà vu plusieurs fois mais c’était la première fois qu’il lui adressait la parole:

-Salut. Tu peux m’aider? Je cherche Ludivine, tu ne l’aurais pas vu?
Alex savait bien que Ludivine n’était pas bien depuis ce matin où Léa avait été possédée:

-Je n’ai aucune idée de l’endroit où elle peut être. Désolé.
Puis il s’en alla sans même attendre que son camarade lui ai répondu. Il était toujours dans le même sale état et ne voulait rien d’autre que son amie. Il alla s’assoir à la table des Gryffondor et se mit à manger timidement. Il n’avait pas d’appétit mais il savait qu’il devrait magner s’il ne voulait pas se retrouver lui aussi à l’infirmerie. Il ne mangea que le strict minimum. Il resta un moment à réfléchir tout en observant le professeur Dumbledore. Il avait l’air fatigué lui aussi mais rien ne lui faisait croire qu’il puisse être possédé ou changé. Il regarda longtemps avec un frisson de dégout, l’ingratitude et l’hypocrisie du professeur Rogue. Il discutait avec lui arborant de grands sourires au regard fuyant. Alex en eut assez et s’en alla de la grande salle. Il avait prit la direction du parc lorsque l’élève de Serpentard l’appela:

-Hé! Attends!
Alex s’était arrêté et attendit qu’il soit à sa hauteur pour lui dire:

-Quoi! Qu’est-ce que tu veux?
L’élève s’arrêta devant lui un peu contrarié qu’Alex soit si peu chaleureux et lui dit:

-Nan, rien de spécial. Juste…ben moi c’est…je m’appel Mérik. Et toi c’est Alex c’est ça?
-Ouais et? Tu as quelque chose d’autre à me dire?
-Apparemment je tombe mal. Je te reverrais plus tard.
Alex avait été méchant sans même s’en rendre compte. Il avait tant de choses en tête qu’il était très contrarié de devoir penser à autre chose. Il s’en aperçut un peu tard mais ne présenta aucune excuse à Mérik. En fait, il était content qu’il le laisse toute seule. Alex serait bien mieux sans lui dans les jambes pour savoir comment continuer son aventure. Mais curieusement, Mérik resta planté là devant lui, lui barrant le chemin en le regardant d’une drôle de façon, un façon qui ne plaisait guère à Alex. On aurait dit que Mérik le prenait de haut et cherchait la bagarre :

-Je te préviens gentiment Mérik, c’est loin d’être le moment de me chercher là.
Mais Mérik ne fit rien d’autre que de continuer de fixer Alex avec un petit air très agaçant, un sourire malsain aux lèvres. Alex était prêt à se battre mais le professeur Dumbledore attira son attention:

-Bonjour à vous. Mérik, Alex, je tombe mal?
Alex aurait voulut répondre oui mais il respectait trop le professeur Dumbledore pour lui dire ça:

-Non professeur, Mérik allait s’en aller, pas vrai Mérik?
Mérik acquiesça d’un signe de tête mais fit une drôle de grimace à Alex. Une grimace voulant dire « On se retrouvera ».
Alex n’avait pas peur, mais cela lui compliquerait les choses si Mérik s’y mettait aussi. Alex regarda le professeur Dumbledore en face mais pas dans les yeux. Tout ce qu’on lui avait dit récemment lui trottait encore dans la tête, et il ne voulait pas que le professeur Dumbledore exprime le moindre doute sur la fidélité sa à son égards. Il prit enfin la parole en disant:

-Professeur? Vous avez du nouveau sur les raisons pour lesquelles Léa fut dans cet état?
-Hélas non mon cher Alex, toujours aucune piste. Et toi de ton coté? Tu as trouvé quelque chose?
Alex fut très surpris que le professeur lui demande cela. Il est vrai que d’ordinaire, le professeur Dumbledore laissait plus ou moins les élèves contourner le règlement, mais là, cela sous entendait carrément une enquête. Le professeur était-il vraiment dans un état second qui ne lui ressemblait pas? Ou était-ce vraiment lui? Et enfin savait-il que…

-Oui Alex, je sais tout, comme toujours, des questions que les professeurs t’ont posés ce matin même.
La preuve était faite, seul le professeur Dumbledore pouvait aussi bien lire les pensées et lui seul aurait put finir cette phrase:

-Mais professeur? Avec tout le respect que je vous dois: vous ne dites rien? Cela ne vous parait pas injuste? Je sais pas, vous êtes toujours présent pour le bien de l’école et de ses élèves et lorsque vous manquez un tant sois peu de vigilance, on met votre loyauté et votre personne en doute.
-Comme tu dois déjà le savoir au fond de toi, le cœur de la race humaine est aisément corruptible. Bien souvent il ne suffit que d’un échec pour changer la face du monde. Tu as du apprendre ça en étude des moldus je suppose. Les présidentiels sont au programme des troisièmes année, il me semble.
Il adressa un sourire suivit d’un clin d’œil à Alex, et là, celui-ci fut certain que la personne face à lui était bel et bien son professeur et directeur de Poudlard. Il aurait voulut tout lui dire des questions que les professeurs lui avaient posé mais le temps lui manquait pour cela. Le repas se terminait et il voulait aller voire son amie avant de retourner en cour:

- Excusez-moi professeur mais je vais aller voir Léa. Vous m’accompagnez?
Le professeur fut ravi qu’Alex n’utilise pas sa visite à Léa pour se débarrasser de lui au passage. Il lui ouvrit la route d’un geste du bras avec un grand sourire et Alex se mit en chemin vers l’infirmerie.
Ils ne dirent pas un mot sur le trajet les séparant de l’infirmerie. Trop d’oreilles indiscrètes pourraient les entendre et rapporter leur conversation à un professeur n’ayant plus confiance. Arrivé à l’infirmerie, madame Pomfresh les accueillit chaleureusement. Tout cela surprit Alex. Madame Pomfresh n’était pas chaleureuse d’ordinaire mais pour une fois elle se montrait très gentille même si Léa n’était toujours pas réveillée.
Alex s’approcha rapidement d’elle et l’observa comme pour évaluer son état. Elle avait le sommeil agité mais plus énergique qu’au début de son coma. Cela était peut-être la raison pour laquelle madame Pomfresh était de si bon humeur.
Alex n’y prêta pas une très grande attention. Il y avait des jours comme ça où rien ne lui disait. Sa seule préoccupation était son amie. Il passa sa main dans les cheveux de Léa en espérant la calmer un peu. Avec surprise et soulagement, Alex constata que la caresse qu’il venait de lui donner sembla l’apaiser. Il lui sourit tristement et se tourna vers le professeur Dumbledore:

-A votre avis professeur, pour quel raison à-t-on voulut du mal à Léa? J’aurais bien une hypothèse, mais je ne sais pas comment y venir…
-
Non Alex, les fantômes ne peuvent pas faire ce genre de choses.
Une fois de plus le professeur, si habile en la matière, lut dans les pensées d’Alex comme dans un livre ouvert. Alex commençait à y voir une certaine gêne. Il avait peur que le professeur en lise trop sur Léa, Lili et Lui.

-Professeur? Avez-vous le souvenir d’une jeune femme qui serait apparentée à Léa et qui aurait fait ces études ici il y à environ 40 à 50 ans?
-Quelle question directe et hors du communs Alex. Hé bien… La famille de Léa est une puissante famille de sorciers, mais que depuis ses parent je le crains et ils ont fait leurs études il y à moins de 50 ans. Pourquoi une question si précise? Tu penses que c’est ton amitié avec Léa qui est la cause de son état? Tu crois que c’est parce que tu es de sang mêlé et elle de sang pure que son agresseur lui à fait pratiquement perdre la vie?
Alex mesurait l’importance des mots du directeur et le poids de ceux ci lui pesaient lourd sur les épaules et dans son cœur. Lui aurait-on fait du mal par jalousie ou par orgueil? Comment le pourrait-on?
La journée se finit ainsi, sans réponse précise. Alex était encore assez secoué de l’état dans lequel était Léa mais il refusait de l’ admettre. Le professeur Dumbledore était resté en compagnie de Léa lorsqu’Alex était partit…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Mar 23 Sep - 11:50


Alex ouvrit lentement les yeux. Il était dans son lit qui était d’une agréable chaleur. Il faisait encore nuit et sa vue était brouillées par des ombres qu’il ne connaissait pas. Une silhouette le regardait dormir. Il savait que Léa ne pouvait pas être là dans la nuit alors il pensa à Lili mais ce n’était pas elle non plus. La personne qui le regardait dormir était un garçon. Alex reconnu Mérik et sursauta lorsque celui-ci se rapprocha de lui :

-Nan mais t’es dingue ? Tu fais quoi là ?
Et comme simple réponse, Mérik lui saisit la gorge et il commença serrer avec force. Alex se sentit perdre connaissance mais dans un ultime effort, il se redressa avec une force impressionnante et propulsa Mérik à l’autre bout de la pièce. Il regarda autour de lui et vit qu’un soleil radieux brillait dans le ciel déjà haut, annonçant qu’il était plus de 10h00 du matin. Il était en sueur le cœur battant à tout rompre et encore sous le choc de son évident cauchemar :

-Tu parles d’un rêve à la c…
-Alex ! T’es debout ? Dit un de ses camarades. Ludivine te cherche…
-Dit lui que j’arrive dans une minute.
Il n’avait pas encore réussi à parler à Ludivine depuis que Léa avait été attaquée. Il allait peut-être avoir des réponses à ses questions. Il se leva diligemment et s’habilla avec autant de rapidité qu’un cognard sur le terrain de quidditch. Alex déboula dans la salle commune et vit Ludivine l’air perturbée. Il s’approcha d’elle et lui saisit le bras pour l’emmener avec lui dans un endroit plus discret pour parler de choses qui ne regardent personne :

-Alex, où allons-nous ?
-Dans le parc, ensuite nous allons quitter l’école pour un petit moment. Nous allons à Pré-Au-Lard.
-Mais il ni a pas de sortie prévue pour aujourd’hui ?
-Non tu as raison mais c’est le seul endroit où nous serons sure que personne ne nous écoutera parler.
Alex ouvrit la marche et incita Ludivine à le suivre d’un signe de tête. Elle n’hésita pas très longtemps avant de se mettre en route. Elle paraissait soucieuse et incroyablement nerveuse pour la Ludivine qu’Alex connaissait :

-Est-ce que ça va ? Demanda Alex.
-Pas du tout ! Je…
-Non ! Pas ici…Je n’ai plus confiance en personne ici. Attends que nous soyons sortit de l’école.
Ils franchirent la grille du portail d’entrée l’un après l’autre et ils furent bientôt devant les portes de la tête de sanglier. Ils regardèrent autour d’eux et Alex dit :

-Personne, je t’écoute.
-Comment va Léa ?
-Mieux, beaucoup mieux, merci. Et toi, que t’arrive-t-il ?
-Je fais d’horribles cauchemars depuis que c’est arrivé. Je suis dans mon lit et quelqu’un est à mes cotés et lorsque je vois qui c’est…
-Cette personne tente de t’étrangler ?
-Comment tu sais ? Ho peu importe. J’ai peur, je n’ose plus m’endormir.
Ludivine tremblait de la tête aux pieds. Des larmes coulaient le long de ses joues, des larmes de terreur. La voyant ainsi, Alex était beaucoup à moins à l’aise. Il avait fait ce rêve pour la première fois alors que Ludivine semblait exténuée de faire et refaire le même rêve sans pouvoir dormir convenablement :

-Est-ce que tu as reconnu la personne qui tente de t’étranglé ?
-Ou…oui. C’est Mérik, le nouveau garçon qui vient de Durmstrang.
Il n’était sure de rien mais Alex avait eu le pré-sentiment que Ludivine dirait son nom tôt ou tard. Il était bien connu que les élèves venant d’une autre école en cour d’année venaient généralement d’une école ne voulant plus d’eux :

-Tu en as parlé à quelqu’un d’autre ?
-Tu es fou ? Tu ne vois pas ce qui se passe à Poudlard ? Tous les profs sont les uns contre les autres. C’est à croire qu’ils ont perdu la tête.
-Si Ludivine, je vois très bien ce qui se passe malheureusement.
Ils échangèrent un regard triste et compatissent. Alex avait pleins de chose en tête mais c’était surtout des soupçons infondés qui, faute de preuve, pourraient lui apporter des ennuis plus que de régler les ennuis de l’école et de ces élèves :

-As-tu confiance en Dumbledore ?
-Bien sur, c’est le seul professeur pour qui ma foie n’a pas faillit. Et toi Alex ?
-Oui. Tout comme toi, c’est le seul. Même McGonagall me fait peur. Je pense que nous devrions le voir et lui raconter ce que nous savons et les rêves que nous faisons.
-Pour les rêves, je veux bien mais pour ce que nous savons, je crois que nous n’en savons pas encore assez pour accuser qui que ce soit. Tu ne crois pas ?
Les sages paroles de Ludivine se répercutèrent dans la tête d’Alex tel un écho lointain. Elle avait raison et Alex se sentait impuissant de ne pouvoir rien faire. Soudain lui vint une idée. Léa était à l’infirmerie avec un souvenir de sa possession. Si elle était réveillée, ils pourraient en savoir plus sur son agresseur, et ils pourraient ainsi fonder une autre théorie ou appuyer la leur. Alex se releva brusquement et dit à Ludivine :

-Ecoute moi, toi va en cour, il ne faut pas éveiller les soupçons, nous sommes seul contre tous. Moi je vais voir Léa et essayer d’en savoir plus. Ensuite j’irais voir une autre personne en qui j’ai confiance. Ne cherche pas à me retrouver, je te rejoindrais ce soir dans la salle commune et dirais ce que j’ai appris.
Ludivine acquiesça d’un timide signe de tête. Elle avait toujours peur, cela ce voyait mais elle était rassuré qu’Alex ne l’ai pas prise pour une folle. Elle se mit alors en marche vers le château en compagnie d’Alex. Ils n’avaient plus échangé un seul mot jusqu’à la porte d’entrée. Entré dans le hall, Alex sourit à Ludivine essayant de la rassurer et s’en alla vers l’infirmerie. Arrivé là, il entendit avec joie le son de la voix de Léa. Elle était réveillée, enfin il pourrait reparler à son amie. Il poussa la porte et la vit assise sur son lit en compagnie de Mérik. Là une fureur monstrueuse et dévastatrice envahit le cœur et l’esprit d’Alex. Léa parlait avec une personne inconnue et cela n’était pas dans ses habitudes. Lorsqu’elle croisa le regard d’Alex, elle lui adressa un imperceptible clin d’œil. Alex joua le jeu et ne fit comme si de rien n’était :

-Salut vous deux. Dit-il avec une fausse joie dans la voix.
Il déposa un doux baisé sur le front de Léa qui sourit immédiatement l’air rassurée :

-Mérik. Ravi de te revoir !
-Tu vas mieux on dirait ce matin. Je croyais que tu ne m’aimais pas.
Alex voulut répondre « tu m’étonnes » mais il se ravisa.
Il prit une profonde respiration et répondit à Mérik :

-Non ce n’était rien. J’étais à cran de savoir Léa dans cet état. Mérik ? Je…peux-tu nous laisser ?
Il regarda Alex d’un œil bizarre mais s’en alla après s’être forcé à lui sourire. Mérik passa la porte et disparut derrière.

-Merci Alex. Dit Léa sur le ton le plus franc qu’Alex ai entendu sortir de sa bouche depuis qu’ils se connaissaient. Il avait tant attendu ce moment qu’il se jeta dans les bras de Léa. Ravi de la voir enfin rétablie, il était d’une joyeuse allégresse. Un long moment passa où Alex et Léa étaient toujours enlacés puis Alex desserra son étreinte :
-Merci pourquoi ?
-Pour tout. Je sais que c’est toi qui m’as emmené ici le matin de ma possession. Je sais que tu es très souvent venu me voir et que tu as passé beaucoup de temps avec moi.
-Qui t’as dit tout ça ?
-Personne, j’entendais ta voix. Mais je voulais aussi te remercier de m’avoir débarrassé de… Mérik ? C’est comme ça qu’il s’appel ?
-Ouais c’est bien comme ça qu’il s’appel, enfin c’est ce qu’il dit. Il me parait louche ce type.
-Ha ça pour être louche il est louche, c’est lui qui m’a possédé.
Alex était sans voix. Il se doutait bien que Mérik était une personne compliqué voir même tordue mais il n’imaginait pas qu’il pourrait être capable de ce genre de choses. Il fallait avoir de bonnes connaissances et fait longtemps usage de techniques compliquées pour prendre possession d’un corps :

-Tu en es sure ? J’veux dire…enfin…je crois qu’il à essayer de…enfin non, pas ici.
-Quoi ? Qu’est-ce que tu veux dire ?
-Tu peux quitter l’infirmerie ?
-Oui madame Pomfresh me l’as dit ce matin dès mon réveil.
-Bien ! Je t’aide ?
-Non merci ça ira, attends moi juste dehors, j’arrive.
Alex acquiesça et sortit de l’infirmerie. Il se mit à faire les cents pas le long du couloir et vit sortir Léa. Il lui tendit le bras pour l’aider à marcher. Elle le prit et ils avancèrent ainsi dans le château comme de jeunes mariés. Léa boitait et semblait avoir de douloureuses courbatures, ou peut-être était-ce le fait qu’elle soit restée trop longtemps sans bougé qui avait atrophié ses muscles.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Mar 23 Sep - 11:54


Alex était ailleurs, comme bien souvent ces derniers temps. Il voulait savourer chaque instant passé avec Léa, mais il fallait éclaircir les mots de Léa. Elle sortait enfin de son coma et paraissait en bonne santé. Elle et Alex se dirigeaient vers la sortie du château. Léa marchait avec beaucoup plus de rythme que lorsqu’elle fut sortie de l’infirmerie. Alex était ravi de la voir retrouver ses forces si rapidement. Il aurait voulu qu’ils sortent vers Pré-au-Lard, mais Léa pouvait à peine sortir du château. C’est pourquoi ils se postèrent tous deux dans le grand hall, à l’entrée d’un passage secret qu’ils ne connaissaient pas mais qui était connu des autre comme étant celui de la sorcière borgne. Là ils commencèrent à discuter :

-Toi d’abord. Dit Alex
-Très bien. Le matin de ma possession, j’ai fait un rêve étrange, un rêve dans lequel un élève essayait d’entrer dans ma tête. Cet élève, c’était Mérik. Ensuite, tout devint froid et c’était comme si je n’étais plus que la moitié de moi-même. J’avais du mal à respirer, je me sentais perdre le contrôle de tout. Mon dernier souvenir conscient est d’avoir crié. Après je pense que j’ai du réveiller quelqu’un dans le dortoir qui est allé te chercher. Je me suis réveillé et j’ai vu ton visage. Ensuite ce fut le tour de celui de Dumbledore et puis Mérik tout à l’heure. Et toi de ton coté ?
-Comme ils ne connaissent pas vraiment la nature de l’attaque, et que Dumbledore à été incapable de te soigner plus rapidement, ils ont des doutes sur sa loyauté. Il sait que j’enquête et il sait tout ce que je sais. J’ai toujours foie en lui. Et toi ?
-Bien sur, quelle question. Je sais qui est mon agresseur et je vais m’empresser d’innocenter Dumb…
-NON ! Surtout pas. Mérik sera sur ses gardes et nous ne pourrons plus rien faire pour le coincer. Ne dit rien. J’espère juste qu’il ne tentera pas d’entrer à nouveau dans ton esprit.
-Ne t’en fait pas pour ça, il ne peut plus rien me faire.
Léa sourit joyeusement comme si, une fois encore, elle avait compris quelque chose bien avant les autres. En effet, Mérik avait commis une erreur. Il n’avait pas cherché à dissimuler son apparence, étant sans doute trop sur de lui. Et Léa le reconnaitrait à la moindre tentative, ainsi que, depuis cette possession, une grande force brûlait en elle. Elle ne savait ni comment ni pourquoi mais elle le ressentait au fond d’elle même. Elle ajouta :

-Je trouve ça très injuste de ne rien faire pour aider Dumbledore.
-Je suis sure qu’il nous dirait de ne pas l’innocenter, le temps que l’on démasque cette personne.
-Tu as probablement raison. Admis Léa presque à contre cœur.
-Et Lili alors ? Tu as des nouvelles d’elle ?
Alex y avait pensé mais Lili n’avait donné aucune nouvelles d’aucune sorte :

-Non, absolument rien depuis la dernière fois. Tu penses qu’elle pourrait nous aider ?
Léa fut très surprise de sa question, Alex ne manifestait pas un grand enthousiasme à retrouver son fantôme favori ni qu’il ait pensé demander de l’aide à Lili lorsque Léa avait été attaquée. Elle se demandait si pour une raison ou pour une autre, Lili était impliquée dans cette affaire. Après tout, Mérik avait peut-être trouvé un moyen de menacer un fantôme ?

-Ecoute, moi je vais en cours et je dis aux autre que tu es allé te reposer et…
-Non Alex, je vais bien, c’est moi qui vais aller en cours en disant que tu es allé te coucher, et pendant ce temps, tu iras voir où peut bien, être Lili.
Alex était heureux, Léa avait retrouvé toutes ses forces. Le ton autoritaire qu’elle avait prit en s’adressant à lui était un très bon signe de bonne santé. Mais toutefois, Alex était loin d’être tranquille. Poudlard n’était plus sur désormais. Un élève avait réussi à duper les professeurs et eux même se soupçonnaient entre eux. Il lui fallait de l’aide, mais il ne voulait pas laisser Léa toute seule. Il l’accompagna un moment en la suivant de loin, et une fois qu’elle l’eu repéré, elle se retourna et dit :

-Je ne crois pas que ce soit ton chemin par là ?
Alex approuva et lui saisit la main. Il entraina Léa au croisement d’un couloir et partit rapidement dans une autre direction sans rien ajouter. Léa était perplexe mais se laissait guider. Elle avait confiance en lui, elle l’aurait suivit n’importe où. Quelques instants plus tard, ils se trouvaient devant la gargouille montrant l’entrée du bureau du professeur Dumbledore. Alex fouilla dans sa mémoire afin d’y trouver un mot de passe qui aurait pu être celui du professeur, mais au moment où il voulut ouvrir la bouche, la gargouille pivota sur elle-même et un escalier en colimaçon descendit avec le directeur en haut des marches. Il leur sourit et les invita à entrer dans son bureau. Léa commença son récit et Alex remarqua quelque chose qu’il n’avait jamais vu avant. Un magnifique pendentif en or, sertit de pierre précieuses bleus, habillaient le cou de Léa. Voyant dessus des lettres qui semblaient être ses initiales, il en déduit que ce collier était un bien de famille, ou du moins qu’il était sans danger. La professeur Dumbledore écouta tout de son histoire et se mit à réfléchir avec grande attention. Il ne disait rien mais marchait de long en large dans la pièce. Après un long moment, il dit :

-Bien jeunes gens ! Vous allez retourner à vos occupations habituelles, et par là j’entends que vous avez toujours l’autorisation de sortir hors du château lorsque des sorties sont prévues. Je voudrais juste que vous fassiez quelque chose pour moi, puis-je compter sur vous ?
Léa et Alex se regardaient bizarrement. Le professeur les incitait à faire comme toujours alors qu’un mal les menaçaient tous. Mais son éternelle faculté à lire les pensées des gens les rassura :

-Non vous ne risquez rien, je ne serais jamais très long de vous. En cas de danger, envoyez-moi simplement une étoile rouge avec votre baguette. J’ai jeté un sort sur vos baguettes. Ce sort sera qu’entre nous, même si je ne vois pas les étoiles, je saurais que vous serrez en danger.
-D’accord professeur, mais que voulez-vous que nous fassions pour vous ? Dit Alex.
-Je voudrais que vous alliez dans la réserve de la bibliothèque et que vous y cherchiez un ouvrage intitulé ‘‘Les vivants et les morts dans les dimensions temporels’’. Je suis convaincu que ce livre pourrait nous aider. Ceci fait, lisez le et essayez de trouver quelque chose vous aidant dans votre quête.
-Mais professeur…
-Excusez moi mais je dois vous demander de vous en aller maintenant, je suis toujours surveillé et vous aussi. Soyez sur vos gardes constamment.
Et ainsi, le professeur prit congé d’eux. Il ne semblait pas inquiet et cela rassura Alex et Léa. En ces heures sombres, il leur fallait découvrir le pourquoi du comment de tout cela… Ils ne savaient plus trop par où commencer. Ils avaient convenus d’un commun accord de retrouver Lili. Mais ils devaient en même temps trouver le livre. Mais Lili pourrait au moins les rassurer ou les guider :

-Et tu n’as même pas essayé de la voir lorsque j’étais à l’infirmerie ? S’étonna Léa avec une pointe d’ironie dans le son de sa voix.
-Hein ? Mais qu’est-ce que tu me racontes ? Tu crois que je t’aurais laissé toute seule à l’infirmerie ?
Léa se sentit soudain très gênée. Elle n’avait pas voulu être méchante mais avait formidablement réussi à touché un point sensible chez Alex. A présent ils étaient tous deux mal à l’aise. Léa rompit le silence qui s’était installé en signe d’excuse :
-
Non bien sur, je sais bien que tu ne m’aurais jamais abandonné…
C’était en effet un point indiscutable :

-Parce que tu en doutais ?
-Non bien sur, j’avais juste pensé que vous vous seriez vu pendant le temps où j’étais endormie.
-Pas du tout, et même si je l’avais vu, je ne crois pas que j’aurais été présent pour elle.
Léa étais sans voix et se trouva un peu honteuse. Elle se mordait la lèvre en signe de déception :

-Ecoute, je crois que nous ne devons plus nous séparer, pas avant d’avoir trouvé comment mettre fin à tout ça. Il faut trouver Lili, mais où est-elle, ZUT !
Et comme si elle avait obéit à un appel, Lili apparut au croisement d’un couloir devant eux, la mine triste et l’air fatigué. Lorsqu’elle vit Léa et Alex cotes à cotes, sa mine triste se métamorphosa tous à coup en un air enjoué et joviale :

-Vous êtes là, enfin je vous retrouve !
Alex et Léa se demandaient à présent pourquoi Lili était si ravi de les retrouver. Avait-elle entendu dans le château qu’ils avaient eut des malheurs ? En tout cas, elle était heureuse, c’était même la première fois qu’Alex et Léa voyaient un fantôme aussi heureux. Lili flotta sur le sol en leur direction et voulut les étreindre mais elle passa au travers de nos deux jeunes élèves. Elle se retourna et sourit timidement. Les fantômes avaient une étrange particularité, ils laissaient une sensation froide de légèreté pour ceux qui les traversaient. Voyant Alex et Léa aussi bizarres, elle dit :

-Comment vous allez tous les deux ?
Alex et Léa étaient fatigués mais répétèrent leur récit à Lili.
Etrangement, Lili ne paraissait pas surprise. Elle analysait tout ce qui se disait. Après un long moment, Lili voulut prendre la parole mais Alex dit avant :

-Et toi, où étais-tu pendant tous ce temps ?
-Je vous cherchais. Vous allez croire que je vous dis n’importe quoi mais depuis le matin où Léa à eu cette mésaventure, j’ai essayé de vous retrouver sans jamais y parvenir.
Que c’était-il passé depuis cette possession ? Même les fantômes semblaient en perdre le nord.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Jeu 25 Sep - 12:21


La journée se prolongea à la bibliothèque. Alex et Léa avaient un accès illimité à la réserve d’ordinaire, mais compte tenu des évènements, ils étaient obligés de suivre les directives de Madame Pince. ‘‘Les livre de cet endroit sont maudit et interdits pour vous jeunes gens’’. Certains élèves avaient un jour lancé la rumeur qu’elle et Rusard étaient amoureux. Cela avait beaucoup fait rire les élèves mais maintenant, Alex et Léa comprenaient pourquoi les élèves se posaient des questions à ce sujet. Ils étaient aussi têtu et ennuyeux l’un que l’autre…

-Comment allons-nous faire ? Dit Alex passablement irrité du comportement de la bibliothécaire.
-Je crois qu’il y à un moyens.
Lili qui était toujours avec eux, mais que personne ne pouvait voir, se faufila dans la réserve en glissant sur le sol. Arrivé à l’entrée de la réserve, elle fut projetée en arrière par une force invisible. Apparemment, la réserve était protégée par un sort anti-intrusion spectrale. Elle revint auprès de ses amis la mine triste et découragée :

-Je ne peux y rentrer…
-Ne t’inquiète pas Lili, nous trouverons un moyens.
Alex ne perdit pas une seconde. Il prit Léa par la main et emprunta le même chemin que Lili. Arrivé devant les grilles de la réserve, il prit soins de s’assurer que personne ne les regardait et poussa les portes. Curieusement, aucun son, aucun grincement ne se fit entendre. Alex regarda Léa l’air surprit. Celle-ci avait sa baguette pointée vers la porte :

-Alex ! Ne confond pas vitesse et précipitation.
Léa venait de lancer le sort Assurdiato le plus vite et le plus imperceptiblement possible. Alex rougit timidement et acquiesça d’un signe de tête approbateur.
Ils entrèrent dans la réserve après s’être assuré que personne ne les avait vus. Lorsqu’ils furent entrés, ils commencèrent leur recherche minutieuse en quête de l’ouvrage conseillé par le professeur Dumbledore. Là Alex vit un élève dans les bibliothèques : c’était Mérik. Que faisait-il là ? De toute évidence, lui aussi cherchait un livre sans autorisation. Sitôt les avait-il vu qu’il se cacha au croisement d’une rangée de livre. Alex voulait en savoir plus et même s’expliquer de façon primaire avec lui mais sa raison l’en dissuada, il fallait apprendre le plus de chose affin d’éviter une futur défaite. Le laisser faire était difficile pour Alex mais pas impossible. Il continua sa recherche, gardant un œil protecteur et attentif sur Léa. Lili les attendait à l’entrée flottant dans l’air comme à son habitude. Après un long moment passé a chercher leur ouvrage, Alex et Léa se rendirent à l’évidence, le livre était égaré ou emprunté. Ils s’en allèrent tous deux vers la sortie où Lili était toujours là. Mérik n’était plus dans la réserve mais pourtant, il n’était pas présent dans la bibliothèque :

-Heu Lili ? Tu n’as pas vu passer un jeune élève de taille moyenne avec les cheveux courts appartenant à la maison Serpentard ?
Mais Lili répondit en toute franchise :

-Non je n’ai vu que vous deux.
Plus le temps passait, plus la vie à Poudlard semblait bizarre. Plus rien ne ressemblait avec le Poudlard qu’il connaissait. Des règles de sécurité étaient imposées aux élèves de toutes les maisons, sans compter que les professeurs faisaient leurs cours avec beaucoup moins de sympathie que d’ordinaire. L’ensemble du corps enseignant était aussi agréable que le professeur Rogue et Rusard réuni.
Le dîner dans la grande salle était le moins agréable que les élèves eurent connu de tous leur séjour dans le château. Alex et Léa étaient en bout de table, le plus près possible de la sortie. Ils voulaient essayer d’aller dans les rues de Pré-au-Lard avant qu’ils soient surveillés de très près par les adultes. Une coupe tomba près d’eux. Dans un sursaut, Alex avait déjà dégainé sa baguette et était prêt à lancer un sort. Il vit qu’ils ne craignaient rien après avoir analysé la situation, il se sentit honteux mais cette impression ne dura pas longtemps. Il préférait être trop prudent que pas assez. Lorsque le repas toucha à sa fin, Léa et lui quittèrent la salle avant les autres pour s’éclipser en douce vers le parc du château. La nuit était belle mais froide, très froide. Le ciel était dégagé laissant apparaitre une magnifique pleine lune. Ils se dirigèrent vers le portail d’entrée en se cachant le plus possible et sans prononcer le moindre mot. Une fois à l’abri des représailles scolaires, ils marchèrent plus lentement et profitèrent de la nuit. Léa avait très bien récupéré, elle marchait à allure soutenue et ne titubait plus. Alex lui prit la main et tous deux avancèrent sans vraiment avoir de destination précise. Dans l’état actuel des choses, ils cherchaient tout et n’importe quoi. Lili arriva à leur rencontre ce qui les rassura tous les deux. Bien qu’elle n’avait aucun pourvoir sur les humains, elle avait cependant le pouvoir de voir dans la nuit et ainsi ils seraient prévenue d’une quelconque attaque ou de quelqu’un de suspect. Ils progressaient dans la nuit de plus en plus épaisse. Alex était loin d’être tranquille. Il aurait voulut être en sécurité ailleurs mais…où ? Toute cette aventure commençait à le rendre mal à l’aise. Il regrettait presque le jour où il s’était rendu au pub pour la première fois. Il croyait que tout était sa faute, même si au fond de lui il savait que c’était faux. Lili lui serait un jour apparût et Mérik serait venu à Poudlard même s’il était resté bien sagement en cours. Mais tout se bousculait dans sa tête. Au croisement de deux routes, un banc était disposé sous un arbre dont les feuilles n’étaient plus. Alex invita Léa à s’assoir puis en fit de même :

-Ca ne va pas Alex ?
Mais comme seule réponse il ne fit qu’un mouvement d’épaules :

-Aller tu peux bien m’le dire ?
-Qu’est-ce qu’on fait là dans une galère pareil ?
Léa était plus que perplexe. Alex était-il en train de perdre les pédales ? Probablement, après tout il n’était qu’en troisième année. Tout cela faisait peut-être un peu trop pour de si jeunes épaules ? Pour treize ans, il avait faillit perdre sa seule amie, il voyait régulièrement un fantôme, les personnes lui étant chère se faisaient accuser des pires choses ou d’autres disparaissaient. Il rapprocha ses mains et les sera l’une contre l’autre. Léa et Lili le regardaient avec pitié compatissante. Elles comprenaient toutes deux que le manque de sommeil et tout ce qu’il faisait n’était pas pour lui donner des forces. Tout lui échappait, il perdait le fil des choses et bientôt la nuit autour de lui n’était plus que ténèbres… Flottant dans l’air à la façon de Lili, il venait de quitter sons enveloppe charnelle. Il s’élevait dans les airs glacée des cette froide nuit mais il ne ressentait pas le froid. Les couleurs qu’il voyait étaient d’une luminosité presque aveuglante. Poudlard au loin brillait de mille feux et la fumée s’échappant des cheminées de Pré-au-Lard était accueillante et s’élevait en volutes dans le ciel, plus si sombre que ça…
Une douce voix dans sa tête essayait de le ramener à la réalité. Mais il voulait fuir cette réalité, il était si bien ici. Il était comme hypnotisé et enfermé dans un rêve dont il contrôlait la moindre partie. Mais bientôt se doux rêve s’envola en chaos, éruption volcanique et cendres. Tout brulait autour de lui et rien n’était reconnaissable. A cette vision de terreur, il se réveilla en sursaut. Léa, au dessus de son visage, le regardait très inquiète. Lili elle était au dessus de Léa avec la même mine triste. Là Alex cru voir deux fois la même personne. Mais il mit cette hallucination sur le compte de la fatigue. Il tenta de se relever mais il en fut incapable :
-Léa, je n’arrive pas à me lever. Dit Alex le plus sincèrement du monde.
-Pourquoi ça ? Demanda Léa.
-Tu es sur mes jambes.
Léa rit aux éclats et s’empressa de dégager Alex après s’être perdue en excuses. Il se relava, titubant, et regarda la lune. Elle n’était plus visible. D’épais nuages avaient recouvert la terre au dessus de la contrée magique. Le fond de l’air s’était radoucit mais l’ambiance générale des rues était lugubre :

-Ca va ? Tu te sens bien ? Demandèrent Léa et Lili d’une même voix.
-Ca ira merci… Dit Alex avec beaucoup d’incertitude. Il était absent, comme coupé de la réalité. Que lui arrivait-il ?
Il fallait vraiment qu’ils se reposent tous les deux. Son précédent désespoir et son malaise n’avait rien d’une coïncidence. Il était à bout de force et de nerf. Il se s’assit à nouveau et engagea la discussion cette fois ci :

-Bon, essayons de faire le point, Léa fut en danger, Dumbledore à essayer de la sauver, mais il s’est vu endosser le rôle du méchant. Les profs n’ont plus, confiance ni en lui ni en eux, et toi pendant tous ce temps tu es maudite. Alors soyons logique une seconde : que devons nous faire en premier ?
Alex regardait le bout de papier sur lequel il avait recopié le titre du livre conseillé par le professeur Dumbledore :

-Les vivants et les morts dans les dimensions temporels… On ne peut pas dire que le titre nous aide beaucoup. L’une de vous à une idée ?
Mais personne ne répondit. Tous cherchaient. La réponse était là quelque part mais il était impossible pour l’instant de la trouver :

-Accio Nimbus 2001 !
-Alex ? Où vas-tu ?
-Ne vous inquiétez pas, vous venez avec moi.
-J’arriverais facilement à te suivre, mais Lili ?
Lili sourit à Léa et Alex devant leur regard interrogateur :

-Je peux moi aussi vous suivre sans le moindre problème.
Le balai d’Alex fondit sur lui et Léa appela le siens à son tour qui ne mit guère plus de temps à arriver :
-
Alors où allons-nous ?
-Je crois que tu le sais déjà Léa.
Et ils s’envolèrent dans l’air glacé de cette soirée lugubre…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Co-Administrateur
Alex Auhesse
avatar
Co-Administrateur
Masculin
Age : 34

Espace perso



Aparecium :
 


MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   Lun 17 Mai - 11:10

Ils n’avaient pas ajouté un mot depuis leur départ. Tous trois volèrent avec rapidité et légèreté dans la brise glacée de ce début d’hiver. Alex évitait les branches de la sombre forêt de justesse. Léa le suivait avec un peu de mal. Lili elle ne prenait même pas la peine de regarder où se dirigeaient ses amis. Elle passait au travers des branches et des arbres qui se trouvaient sur son passage. Un épouvantail sur sa droite, fit perdre l’espace d’un instant sa concentration à Alex et il faillit prit une branche en pleine figure.
Seulement sur le dessus de sa tête, il sentit les feuilles mortes, qui tenaient encore sur la branche, se coller à son front. Il ralentit l’allure et fit demi-tour. L’épouvantail avait disparu. Ne croyant pas aux hallucinations, sauf en cas de délire du à la fièvre ou ce genre de chose qui touchent le domaine médicale, il s’arrêta non loin de l’endroit où il avait vu cet épouvantail et se posa au sol. Ils n’avaient pas fait de halte depuis un long moment et le froid n’était en rien pour arranger le confort de leur voyage. Grelottant, Alex invita Léa et Lili à s’assoir, lorsque celles-ci l’eurent rejoint. Il se prépara à allumer un feu par de moyens moldu. Il ne fallait pas attirer l’attention sur eux. Léa dit quelque chose qui ressemblait plus à un murmure qu’à des paroles :

-On ne risque rien ici ?
Alex regardait autour de lui et dit :
-Non, ici nous sommes en sécurité.
Son regard s’était posé sur la bâtisse abandonnée qu’il avait vue lors de son précédent voyage. Ils ne risqueraient rien ici, et il en avait pour preuve, la pierre d’orientation sur son cou qui chauffait de sa lumière étincelante. Sa dernière question à la pierre, était de les mettre dans un endroit sur, juste avant qu’il ne décide d’atterrir.
Il faisait de plus en plus froid et Alex se posait un tas de questions. Merik ? Poudlard ? S’ils échouaient ? Mais il sortit de ses pensées, pour une fois, pour profiter de l’instant présent sans penser à rien d’autre. Cela lui était difficile d’ordinaire, mais ce soir, il ne voulait penser à rien d’autre qu’aux personnes étant avec lui. Plus loin, une chouette fit entendre son hululement et tous sursautèrent, comme si on les avait sortit d’un rêve.
Le froid qui leur balayait l’échine était très intense. Alex regardait le ciel avec un air bizarre, il était très surpris de voir, déjà, tomber de la neige :

-Hé vous avez vu ? Il neige. Dit-il avec une douce joie dans le son de sa voix.
Léa et Lili lui sourirent après avoir constaté qu’effectivement une fine poudreuse commencer à recouvrir le tronc des arbres les plus élevés. Tous ici aimaient la neige, et Alex commençait à imaginer Hagrid, en train de ramener de la forêt interdite, un sapin de dix mettre qui aurait sa place dans la grande salle, au pied de la table des professeurs.
Il revint à lui lorsqu’un vent très froid lui saisit les joues :

-Heu…bon…ouais…quoi ? Pardon… alors nous ne sommes pas au bout de notre voyage…
-Mais où veux-tu que nous allions, il fait froid ici. Dit Léa, légèrement contrariée.
-Oui je sais, c’est pour ça que nous resterons ici un moment. Nous allons repartir très vite, c’est juste le temps de nous réchauffer.
-Tant que tu sais ce que tu fais…
Mais plus le temps passait, moins Alex savait ce qu’il faisait. Dans quelle galère les avait-il encore une fois entrainés ? Il savait ce qu’il voulait mais ne savait pas ce qu’il faisait. Il aurait voulut être au bout du voyage et ne jamais plus entendre parler d’une quelconque aventure ou quoi que ce soit d’irréfléchi. Plus la nuit gagnait l’esprit de ses hôtes, plus Alex semblait trouver les réponses… Mais il n’en fut rien, au contraire. Il était certain d’une chose cependant, Léa et Lili avaient un point commun, mais lequel ?
Le vent contrariait Léa visiblement. Alex s’approcha d’elle pour la rassurer, mais il aurait mieux fait d’aller trouver une maman dragon pour lui voler un œuf, m’est avis qu’il aurait eu moins de mal à s’en sortir :

-J’aimerais bien savoir ce qui se passe dans ta tête des fois Mr Auhesse !
-Gné ? Qu’est-ce que j’ai dit ?
-Rien comme d’habitude ! Tu attends d’avoir des ennuis plus gros que toi avant de parler. Tu crois que c’est comme ça que l’on règle les problèmes ? On les solutionnant toujours en en parlant avant d’aller plus loin dans le malheur, mais toi non, toujours à vouloir sauver le monde à toi seul.
-Euh attends voir, tu me dis trop proche alors je m’éloigne ensuite tu me reproches de te laisser respirer, faudrait savoir ce que tu veux à la fin !
Le ton était monté dans la vois d’Alex mais curieusement, il n’en éprouva aucuns remords. D’ordinaire, Léa, lui était une source d’accalmie mais là, elle l’avait de toute évidence irritée.
Alex s’en alla un moment afin de se calmer. Lili voulut le suivre, mais Léa l’en dissuada d’un signe de tête. C’est elle qui se leva et le rejoignit à sa bouderie infantile :

-Alex ? Je n’ai pas voulut que tu t’éloigne, j’ai juste toujours pensé que tu prenais tout cela trop à cœur, mais si tu le sens comme ça, hé bien soit.
-Trop à cœur ? Oui possible, mais j’ai bien envie d’essayer de faire quelque chose pour quelqu’un d’autre que moi pour une fois.
Léa réagit instinctivement et serra dans ses bras. Alex revint aussitôt à lui :
-Heu…Léa ??? Tu fais quoi là ?
-Arrête de bouder, c’est beau ce que tu viens de dire là.
-Tu aurais pu me le dire simplement ?
-…
Léa devint rouge mais elle s’en fichait. Alex avait réussi à la calmer sans même s’en rendre compte. D’habitude il avait le don d’énerver les gens sans le vouloir, mais là, il avait enfin réussi à faire le contraire…
Lili contemplait la scène d’un œil qui se voulait vitreux, mais parlant d’un point de vue fantomatique, il ne pouvait être autre que vaporeux.
La tension se dissipa, mais le froid s’intensifia. Une tempête se leva mais nos aventuriers avaient retrouvé le gout de la quête. Alex saisit la pierre d’orientation qui pendait lamentablement à son cou et le regarda un instant. La pierre se mit à changer légèrement de couleur. Elle vibra un moment puis plus rien. Alex cru qu’elle voulait leur dire de rester ici, mais aussitôt avait-il pensé cela, que la pierre se redressa et indiqua le chemin du village où il avait fait escale peu de temps auparavant :

-Vous ne croyez pas qu’il est temps d’y aller ?
La tempête venait de se calmer, et ils allaient se remettre en route. Alex se mit sur son balais, et attendis que les dames l’accompagnant soient prête à le suivre. La lune brillait au travers des nuages chargés de neige qui menaçaient à tout moment de s’abattre sur eux. Alex se souvint un instant de quelques moments de sa jeunesse. Puis il revint rapidement à la réalité lorsqu’un flocon lui tomba sur le visage…
Il frappa fort le sol puis s’éleva dans les airs. Léa le rejoint très vite, tandis que Lili, elle, flottait avec grâce devant eux, sans avoir la moindre peine pour planer. Alex se posa une drôle de question qu’il s’obligea de taire, afin de ne pas risquer de vexer Lili…
Un pesant silence vint s’installer entre nos amis c’est pourquoi, Alex ouvrit quand même la bouche :

-Lili ? Tu ressens quoi lorsqu’il fait froid ?
Mais curieusement, le fantôme, soit ne l’écoutait pas, soit ne l’avais pas entendu. Ils avançaient dans le froid, mais au loin, Alex vit Lili faire volte face l’air affolé :
-Une tempête ! S’écria-t-elle.
Alex se retourna, afin de prévenir Léa, mais il vit qu’elle ne le suivait plus… :
-AAAAAAAAAh !!!
Alex se réveilla en sursaut, tiré d’un mauvais rêve. Il fut réveillé par ces émotions, mais aussi par un flocon de neige lui tombant sur le visage :
-Euh ? Ca ne va pas Alex ? Demandèrent Léa et Lili d’une même voix.
-Ben…euh…ch’sais plus…Bredouilla Alex.
Bien qu’il ne s’en souvienne à peine, son mauvais rêve le fit réfléchir et ils restèrent, tous, bien longtemps dans la maison délabrée des bois avant de penser se remettre en route. Alex faisait tourner dans ses mains la pierre d’orientation, tout en réfléchissant. Léa commençait à s’impatienter. Le froid les saisissait tous, mais l’étrange vison d’Alex devenait de plus en plus clair, mais pour affoler personne, il ne voulait rien dire. Le vent se levait, et Léa dit :
-Bon, Alex ! Si tu nous as fait venir ici pour rester assis à ne rien faire, sans même prononcer le moindre mot, je crois que nous ferions mieux de retourner à l’école.
-Non ! Léa si tu sors maintenant, tu vas mourir de froid.
Lili ne dit rien et semblait compatir, comme si elle aussi avait vu la vision d’Alex…
-Mais qu’est-ce que tu me racontes Alex, tu n’es pas capable de voir l’avenir mais…
Léa, qui elle était capable de voir les pensées des gens, vit clairement qu’Alex avait de bonnes raisons de s’inquiéter, et à la manière dont il était angoisser, elle constata bien que son rêve était prémonitoire :
‘‘Pour une personne ne rêvant jamais, la vision d’une personne de votre entourage dans une situation familière dont les premiers moments se reflètent comme les derniers moments de votre sommeil, à savoir votre réveille, ne peut signifier qu’une seul chose, c’est que vous faite un rêve prémonitoire’’…
Ces mots résonnaient dans la tête de Léa, c’était les mots du professeur Trélawney, qui leur avait donné un cours sur l’interprétation des songes de la nuit, deux jours à peine auparavant…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les aventures d'un Gryffondor   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les aventures d'un Gryffondor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- Hpsse - Forum RPG, Poudlard interactif :: Hors RPG : en rapport direct avec le forum. :: La Bibliothèque de Poudlard-